Croix du Nivolet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croix (homonymie).

45° 36′ 49″ N 5° 57′ 56″ E / 45.61361, 5.96556 ()

En approchant de la croix.
La croix vue depuis le bassin chambérien.

La croix du Nivolet est une monumentale croix chrétienne dans le massif des Bauges dominant le Nivolet et surplombant Chambéry en Savoie.

Elle est située sur le territoire de la commune des Déserts, à la limite avec Saint-Jean-d'Arvey, à une altitude de 1 547 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 15 septembre 1861[1], la première Croix du Nivolet est inaugurée par François-Marie Vibert, évêque de Maurienne[2], délégué par le Cardinal Billet, âgé de 78 ans et ne pouvant accomplir lui-même le déplacement.

L'histoire de cette croix commence lorsque le conseil municipal de Chambéry décide le percement de l'avenue du Comte Vert. Pour cela, il faut démolir le chapelle des Pénitents noirs avec son calvaire et sa croix.

Le prieur de la confrérie, le comte Louis de Fernex de Montgex, intendant à la retraite, donne son accord à condition que la croix existante soit déplacée sur un emplacement visible de la cluse de Chambéry. L'emplacement de la Croix des Raforniers sur la dent du Nivolet est choisi pour l'implantation de cette nouvelle croix monumentale. Le 31 juillet 1861, le préfet Hippolyte Dieu donne l'autorisation de construire la croix. Une souscription est ouverte, dont le comte est le principal mécène. Les habitants des Déserts assurent le transport des matériaux, les entreprises de Chambéry participent à la construction. La croix sera une charpente métallique recouverte de fer blanc. Le 15 septembre 1861, l'inauguration peut avoir lieu. En 1867, les bras de la croix sont rallongés d'un mètre. En 1872, le revêtement de la croix est changé. En 1877, la croix est embrasée en l'honneur du pape Pie IX.

Le 22 décembre 1909, un ouragan plie la croix. Le dommage étant irréparable, il fallait édifier une autre croix. Un comité est constitué. Il est présidé par le marquis de la Serraz et M. Abrioud est le trésorier. Un projet est dressé par M. Gotteland, ingénieur des ponts, et MM. Dénarié et Bertin, architectes. La structure de la croix sera en béton armé recouverte de plaques d'aluminium. L'entreprise Grosse se charge de la réalisation pour la somme de 6 500 francs. Hauteur de la croix 21,50 m, enfoncement dans le sol 5 m, envergure 9,60 m, circonférence 2 m, poids 70 tonnes. La croix terminée à l'automne 1910 fut inaugurée le dimanche 2 juillet 1911[1] par le vicaire général Gavillet en présence de 3 500 personnes.

En 1944, la croix fut victime d'un attentat qui endommagea le socle[1]. Le 2 juillet 1960, M. Charles Montreuil, président du comité, procède à l'inauguration de l'illumination de la croix décidée pour le centenaire du rattachement de la Savoie[3]. L'installation de 1960 ayant été endommagée par la foudre et des vandales, une nouvelle installation, financée par EDF, est mise en place en 1989[4] en vue des Jeux olympiques d'Albertville de 1992.

Cette croix constitue pour l'IGN un site géodésique du réseau de détail français[5].

Accès[modifier | modifier le code]

La croix du Nivolet est accessible à pied seulement. Le sentier le plus emprunté pour y accéder est celui dit « par les Crêtes » dont le lieu de départ se trouve au Sire sur la station de ski de la Féclaz. Le dénivelé total n'excède pas 140 m puisque la station est globalement à la même altitude que la croix, mais la marche prend une bonne heure.

Il est aussi possible d'y accéder depuis l'alpage du Nivolet en contrebas, en partant des hameaux de Lovettaz (commune de Saint-Jean-d'Arvey) ou de Pragondran (commune de Verel-Pragondran). Un passage équipé (main-courantes, câbles, marches et barreaux de fer) appelé « Pas de l'Échelle » permet de franchir une faille dans la falaise et d'accéder au plateau final et à la croix. Une variante plus escarpée et dépourvue d'équipement est possible par le passage dit de « la cheminée » situé plus à l'ouest. Ces passages sont moins fréquentés que celui des crêtes car ils requièrent un effort plus important ainsi qu'une certaine vigilance.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ 2005, 251 p. (ISBN 978-2-8420-6272-9), p. 108.
  2. Histoire 1982, p. 222.
  3. Jean-Olivier Viout, Chambéry au fil d'un siècle : 1900-2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ 2001, 334 p. (ISBN 978-2-84206-154-8), p. 235.
  4. Thérèse Leguay et Jean-Pierre Leguay, Histoire de la Savoie, Paris, Éditions de Borée,‎ 2000, 128 p. (ISBN 978-2-8774-7804-5), p. 50.
  5. Les Déserts I, site no 7309801, IGN. Consulté le 21 octobre 2012.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Paillard (dir.), Michèle Brocard, Lucien Lagier-Bruno et André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes, vol. 2 : Savoie, t. 1 : Chambéry et ses environs, le Petit Bugey, Roanne, Éditions Horvath,‎ 1982, 475 p. (ISBN 2-7171-0229-9), p. 351.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]