Alexis Billiet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Billiet.
Alexis Billiet
Image illustrative de l'article Alexis Billiet
Alexis Billiet en 1869
Biographie
Naissance 28 février 1783
aux Chapelles (Royaume de Piémont-Sardaigne)
Ordination sacerdotale 23 mai 1807
Décès 30 avril 1873 (à 90 ans)
Chambéry (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
27 septembre 1861 par le
pape Pie IX
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de Ss. Bonifacio ed Alessio
Consécration épiscopale 19 mars 1826 par
Mgr François-Marie Bigex
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Alexis Billiet, né le 28 février 1783 aux Chapelles et mort le 30 avril 1873 à Chambéry, fut un homme d'Église, archevêque puis cardinal savoisien[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Berger, il fut ordonné prêtre en 1807, vicaire général en 1818, évêque de Saint-Jean-de-Maurienne le 9 mars 1826, puis archevêque de Chambéry en 1840.

Il est nommé sénateur du royaume de Sardaigne, par décret royal du 3 avril 1848 par Charles-Albert de Sardaigne.

Il fut créé cardinal par Pie IX en 1861, avec le soutien de Napoléon III. Ce dernier lui offre même la fonction de sénateur de l'Empire[1].

André Palluel-Guillard, dans La Savoie de la Révolution à nos jours, XIX-XXe siècle, le décrit ainsi « ...Il participe à la fondation de l'Académie de Savoie d'autant plus activement qu'il est persuadé, à la différence d'Auguste Comte, que la science ne peut aboutir qu'à Dieu et la religion. Ce personnage froid, maigre, au regard lourd, était plus moraliste qu'un théologien, plus administrateur qu'un pasteur. Son autorité et son expérience en imposaient à tous mais s'il était obstiné et catégorique il sut se montrer modéré, patient et diplomate... »[2].

Membre de l'Académie de Savoie[modifier | modifier le code]

En 1815, il fut membre fondateur de l'Académie de Savoie et nommé président perpétuel honoraire de celle-ci. Il est aussi membre national non-résident de l'Académie royale des Sciences de Turin. Il rédige d'ailleurs de nombreuses études non pastorales sur la province ou des ouvrages dont le Bienheureux Liguori (1823)

Annexion de la Savoie[modifier | modifier le code]

Face au projet d'annexion de la Savoie à la France, Monseigneur Billiet a une attitude de prudence et de réserve. Pourtant la politique anticléricale de Cavour et les visées du roi de Sardaigne sur les États Pontificaux accompagnant le Risorgimento, avec le concours de l'aventurier Garibaldi, auraient pu le pousser à prendre parti. Il disait ainsi : « ... La réunion de la Savoie à la France paraît être en ce moment le vœu d'un certain nombre de personnes. Dans une question aussi grave et aussi délicate, nous croyons devoir recommander à tous les prêtres du diocèse de ne prendre absolument à aucune part aux manifestations que l'on pourrait faire à cette fin.... »[3]. Toutefois, les prêtres seront les premiers agents du projet, ayant souffert de la loi sarde du 28 mai 1855, dite de l'Incamération, à savoir la nationalisation des biens ecclésiastiques. Quelques mois plus tard, à la suite du traité de Turin du 24 mars 1860, on consulte lors d'un plébiscite la population savoyarde sur la « réunion » à la France, les 22-23 avril. À Chambéry, un cortège réunissant le conseil municipal et les prélats, dont Monseigneur, qui espère devenir cardinal (dit-on !), guide le peuple, après une messe, aux urnes. Sur les 35 961 votants, 35 892 vote en faveur du rattachement.

Le 27 août, la famille impériale se rend en Savoie. Monseigneur accueille les altesses sur les marches de la cathédrale. Il rappelle que les Savoyards placent les intérêts de la foi avant tout autre et précise : « .... Nous exprimons aussi à Votre Majesté l'espérance qu'elle continuera à user de la haute puissance que le Ciel lui a donné pour protéger l'Église catholique en Italie, en Syrie, en Chine, partout où elle a des épreuves à subir... »

Ouvrages publiés par Mgr Billiet[modifier | modifier le code]

  • Aperçus géologiques sur les environs de Chambéry. Mémoires de l' Académie de Savoie. Vol.1. -1825-
  • Abrégé du catéchisme imprimé par ordre de monseigneur l'évêque de Maurienne -1827-
  • Abrégé du catéchisme à l'usage des enfants, de la première communion à la confirmation -1834-
  • Les Brises périodiques dans les vallées des Alpes. Mémoires de l'Académie de Savoie. Vol.II -1843-
  • Discours d'ouverture de la Société Royale Académique de Savoie. -1844-
  • Mémoire sur les Tremblement de Terre ressentis en Savoie. Mémoires de l'Académie de Savoie. Vol. IV. -1851-
  • Notice biographique sur Philibert Simon. Mémoires de l'Académie de Savoie. Vol.V. -1863-
  • Mémoire pour servir à l'Histoire ecclésiastique du diocèse de Chambéry, Puthod, Chambéry. -1865-


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Marie Mayeur, Christian Sorrel et Yves-Marie Hilaire, La Savoie, t. 8, Paris, Éditions Beauchesne, coll. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine,‎ 1996, 2003, 441 p. (ISBN 978-2-7010-1330-5), p. 75-76.
  2. Jean-Pierre Leguay (sous la dir.), t4 – La Savoie de Révolution française à nos jours, XIXe-XXe siècle, Evreux, éd. Ouest France, 4 tomes,‎ 1986 (ISBN 2-85882-536-X), p. 187.
  3. G. Dardel, Et la Savoie devint française..., Paris, Librairie Arthème Fayard,‎ 1960, p. 114.

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]