Verel-Pragondran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Verel-Pragondran
Village de Verel, chef-lieu de la commune.
Village de Verel, chef-lieu de la commune.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Saint-Alban-Leysse
Intercommunalité Chambéry métropole
Maire
Mandat
Jean-Pierre Coendoz
2014-2020
Code postal 73230
Code commune 73310
Démographie
Population
municipale
439 hab. (2011)
Densité 67 hab./km2
Population
aire urbaine
125 974 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 29″ N 5° 56′ 57″ E / 45.6080555556, 5.9491666666745° 36′ 29″ Nord 5° 56′ 57″ Est / 45.6080555556, 5.94916666667  
Altitude Min. 432 m – Max. 1 500 m
Superficie 6,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Verel-Pragondran

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Verel-Pragondran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verel-Pragondran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verel-Pragondran
Liens
Site web www.verel-pragondran.com

Verel-Pragondran est une commune française, située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Devrai-Gondraniers et Devrai-Gondranières.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune a une superficie de 6,53 km2, pour un peu plus de 400 habitants (428 en 2009). Elle se trouve entre 432 et 1500 m d'altitude et est à proximité de Chambéry (5 km).

Vue sur le lac du Bourget depuis les Balcons de Pragondran (sous-commune de Pragondran, située à 1 km).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Verel-Pragondran
Méry Drumettaz-Clarafond Les Déserts
Sonnaz Verel-Pragondran Saint-Jean-d'Arvey
Saint-Alban-Leysse

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Saint-Cassin se compose du maire, de xxx adjoints et de xxx conseillers municipaux.

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal :

Groupe Président Effectif Statut
SE Jean-Pierre Coendoz 11 Majorité

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des derniers scrutins électoraux
1er score 2e score Participation
Élections européennes de 2014 24,54 % pour Jean-Marie Le Pen (FN) 23,20 % pour Renaud Muselier (UMP) 43,93 %
Élections municipales de 2014 51,63 % pour Eric Madelon (SE) 51,03 % pour Philippe Ogier (SE) 82,17 %
Élections législatives de 2012 51,56 % pour Bernadette Laclais (PS) 48,44 % pour Christiane Brunet (DVD) 67,68 %
Élection présidentielle de 2012 52,93 % pour Nicolas Sarkozy (UMP) 47,07 % pour François Hollande (PS) 82,41 %
Élections régionales de 2010 50,84 % pour Jean-Jack Queyranne (PS) 40,34 % pour Françoise Grossetête (UMP) 62,76 %
Élections cantonales de 2008 54,73 % pour Jean-Pierre Burdin (PRG) élu 1er tour 29,39 % pour Christiane Nantois (DVD) 78,61 %

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1989 Claude Mudry ... ...
1989 1995 François Gallet ... ...
1995 mars 2001 Philippe Rouard ... ...
mars 2001 mars 2008 Luc Caillat MDC Vice-Président de Chambéry métropole
mars 2008 octobre 2008 Luc Caillat PS Vice-Président de Chambéry métropole
octobre 2008 mars 2014 François Gallet UMP Vice-Président de Chambéry métropole
mars 2014 en cours Jean-Pierre Coendoz    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 439 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
276 150 291 266 348 407 366 370 363
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
353 377 414 354 309 292 265 267 247
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
217 192 177 190 178 146 106 100 175
1982 1990 1999 2006 2007 2011 - - -
273 347 408 419 420 439 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église placée sous le patronage de l'Immaculée Conception. Le nouvel édifice, de style néoroman, est construit selon les plans de l'architecte des Bâtiments du département et architecte diocésain, Joseph Samuel Revel, en 1875. Il est consacré en 1880[3].

Dans la partie haute de Verel-Pragondran, à 900 m d'altitude, se trouve un site très apprécié de décollage pour parapentes.

Activités et associations[modifier | modifier le code]

Bien qu'étant une petite commune, celle-ci est dynamique et compte plusieurs associations : on peut citer les Barrotiers, association qui entretient les chemins de la commune, l'A2V (Association des Deux Villages), la Gymnastique Volontaire...

La fête du pain[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, le dernier dimanche d'août, la commune organise la Fête du Pain. Celle-ci se déroule près des deux anciens fours à pains de la commune, qui pour l'occasion sont allumés et utilisés pour confectionner des pains, des pizzas... qui seront vendus le jour même. C'est aussi l'occasion pour les petits et les grands de se distraire avec des jeux traditionnels, et de partager un repas ou un verre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

M. Jean-Pierre Drivet, grand champion d'aviron, notamment médaillé d'argent en quatre de pointe sans barreur homme lors des championnats du monde de Lucerne en 1962, vivait dans la commune jusqu'à sa mort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ 2005, 251 p. (ISBN 978-2-8420-6272-9), p. 74.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :