Cristeros (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cristiada (film))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cristeros.

Cristeros

Titre original For Greater Glory, Cristiada
Réalisation Dean Wright
Scénario Michael Love
Acteurs principaux
Sociétés de production Pablo Jose Barroso
Pays d’origine Drapeau du Mexique Mexique
Genre Historique
Sortie 2012
Durée 145 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cristeros (autres titres Cristiada, For Greater Glory) est un film historique basé sur la Guerre des Cristeros, épisode de l'histoire mexicaine. Tourné au Mexique, il est écrit par Michael Love, réalisé par Dean Wright, et produit par Pablo Jose Barroso. Le film est sorti en 2012 au Mexique, au Chili et aux États-Unis, et le 14 mai 2014 en France. Dean Wright y fait ses débuts comme réalisateur, après une longue expérience comme responsable des effets spéciaux dans des films comme Les Deux Tours (2002) et Le Retour du Roi (2003)[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le drapeau des Cristeros.

Le film débute par la description des lois anticatholiques de la nouvelle constitution du Mexique, en 1917. S'ensuit le récit épique de la guerre des Cristeros (1926-1929), une guerre civile déclenchée par l'impossibilité, pour les catholiques, de pratiquer leur religion sous le gouvernement du Président Plutarco Elías Calles, par l'expulsion des prêtres étrangers, puis l'assassinat de ceux refusant ces lois. Le film suit l'épopée de gens ordinaires, qui ont choisi de défendre leur foi en Dieu et leur liberté ; ils doivent décider s'ils sont prêts à donner leur vie pour les défendre. Le père Christopher (Peter O'Toole), prêtre catholique, est assassiné par les Fédéraux et un jeune garçon de 13 ans, José Sánchez del Río, est témoin de la scène. Révolté, il rejoint la résistance — ou « Cristeros » (« Soldats du Christ ») — combattant Calles. « ¡Viva Cristo Rey! » (« Vive le Christ Roi ! »), crient-ils avec leur général retraité Enrique Gorostieta Velarde, qui a pris la tête de l'opposition comme mercenaire. Alors que les Cristeros combattent les Fédéraux envoyés par le Président Calles, José Sánchez est capturé. On le torture pour qu'il renie sa foi en Dieu, mais il refuse et est exécuté. L'année suivante, le général Enrique Gorostieta est tué lors d'une bataille à Jalisco. En 1929, la liberté religieuse est restaurée. Le pape Jean-Paul II béatifiera vingt-cinq martyrs et le pape Benoît XVI, en 2005, béatifiera José Sánchez ainsi que douze autres martyrs Cristeros.

Production[modifier | modifier le code]

Le film est en partie tiré de La Rébellion des Cristeros, chroniques de guerre de l'historien français Jean Meyer, vivant au Mexique.

Le tournage du film a débuté en mai 2010 et a duré douze semaines. Il a eu lieu dans dans les villes de Mexico, Durango, Zacatecas, San Luis Potosí et Tlaxcala. C'est le film le plus cher de l'histoire du Mexique[2].

La diffusion du film a très bien débuté au Mexique, prenant la première place au box-office de la semaine, et la seconde pour les recettes derrière Titanic 3D[2],[3].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]