Christian Schad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Timbre allemand, 1994.

Christian Schad, né à Miesbach, dans le District de Haute-Bavière en Allemagne le 21 août 1894 et mort à Stuttgart le 25 février 1982 était un peintre et un photographe allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille libérale et aisée, Christian Schad étudie la musique et les beaux-arts et décide de devenir peintre à 18 ans. Il s'inscrit à l'académie de Munich où il suit les cours de paysages et de nus. Ses parents qui soutiennent sa vocation, lui permettent d'occuper un atelier dans le quartier bohème Schwabing, à Munich.
Ses premiers tableaux sont influencés par l'expressionnisme.

Mobilisé dans l'infanterie en août 1914, il obtient une réforme avec l'aide d'un ami médecin. Il quitte l'Allemagne pour Zurich où il arrive en août 1915. Il rencontre les dadas Jean Arp, Hugo Ball, Emmy Hennings et Walter Serner. Avec ce dernier, il crée un périodique "Sirius" dont la tonalité se veut moins destructrice que le mouvement Dada. Pour Serner, toute recherche intellectuelle, quelle que soit l'époque et ses travers, est respectable, et Hugo Ball et Richard Huelsenbeck sont considérés comme des « rebelles juvéniles ».

En novembre 1916, Christian Schad s'installe à Genève. Sur une idée de Serner, il superpose des fragments de papier ou de tissu et divers objets sur des feuilles de papier photosensible et obtient des photos conçues comme des collages immatériels qu'il appelle « photogrammes ».
Adepte du hasard, de la récupération de matériau et du détournement de la fonction première des objets, tout comme les dadas, il compose des reliefs de bois aux formes irrégulières et aux couleurs vives.
Toujours avec Serner, ils organisent le premier congrès mondial Dada au début de 1920 qui proposent plusieurs expositions et un « Grand Bal Dada ». En mars 1920, Schad retourne en Allemagne, après avoir envoyé à Paris, ses photogrammes à Tristan Tzara qui en reproduit quelques-uns dans "Dadaphone" sous le titre de « Schadographies »[1].

Effrayé par la situation économique et sociale de l'Allemagne, Schad s'installe en Italie. Il se met à peindre dans un style réaliste qui fait école sous l'appellation de « Nouvelle Objectivité ».

Installé à Berlin en 1927, sa renommée commence à grandir. Deux de ses tableaux sont exposés par les nazis pour la "Grande exposition d'art allemand" de 1937.

Dans les années 1960, il revient au photogramme. À sa mort, on a découvert un ensemble de plus de 180 "schadographies".

Schadographies[modifier | modifier le code]

Trois artistes ont associé leur nom au procédé de photographie sans appareil : László Moholy-Nagy, Man Ray et Christian Schad. Selon Laurent Le Bon « l'histoire a tranché depuis : nul n'oserait aujourd'hui contester l'antériorité de la démarche de Christian Schad. »[2]
C'est à Genève, en 1919, probablement sous l'influence de son ami Walter Serner, qu'il obtient des images par simple superposition d'objets entre le papier photosensible et une source lumineuse. Maintenant sous une plaque de verre des fragments de tissu ou de papier ou encore des objets qu'il applique ensuite sur une feuille photosensible, il expose l'ensemble à la lumière naturelle avant de virer et de fixer l'image. De petite dimension, 8 × 6 cm, l'image obtenue est à nouveau redécoupée pour l' « affranchir de la convention du rectangle. »
Christian Schad n'a pas à proprement parler inventé cette technique du photogramme, déjà expérimentée au XIXe siècle (Thomas Wedgwood, William Henry Fox Talbot) et connue sous d'autres appellations comme "dessin photogénique", "photocalque", "photo directe" ou "gravure naturelle" dont les applications étaient plutôt scientifiques, en botanique notamment.
Tzara aurait forgé le terme de « schadographie » en jouant sur le mot anglais shadow (ombre).
Christian Schad, qui, auparavant, ne connaissait rien à la photographie, s'est davantage appliqué aux résultats obtenus plus qu'à la technique elle-même, née de sa prédilection pour les petits objets et pour le « charme de l'inutile ». Les forts contrastes de noirs et de blancs ne sont pas sans rappeler les xylographies abstraites ou les reliefs en bois comme sa « Composition en N ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Oneirodynie en Jova, 1918, « Schadographie »
  • Transmission, 1919, peinture
  • Analyse babylonienne, 1919, xylographie
  • Composition en N, 1919, assemblage
  • Composition en M, 1920, relief en bois
  • Trépanation indienne. Maternité, 1920, relief en bois
  • Le Comte Saint Genois d'Anneaucourt, 1927, huile sur bois, 86 × 63 cm, Hambourg, collection particulière[3]
  • Sonja, 1928, huile sur toile, 90 × 60 cm, Staatliche Museen zu Berlin[4]
  • Portrait of Dr Haustein, 1928, huile sur toile, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid[5]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ces photogrammes ont été ensuite confié à Alfred Barr, conservateur au Museum of Modern Art de New York qui les expose à l'occasion de la manifestation « Fantastic, Art, Dada and surrealism » de 1936.
  2. Op. cité, p. 866
  3. Reproduction dans Jacques Gagliardi, Le Roman de la peinture moderne, Hazan, Paris, 2006, p. 317.
  4. Reproduction dans Connaissance des arts n° 666, décembre 2008, p. 58.
  5. Reproduction dans Connaissance des arts, n° 670, avril 2009, p. 53.