Château de Bourdeilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Bourdeilles
Image illustrative de l'article Château de Bourdeilles
Vue d'ensemble des deux châteaux
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire actuel département
Protection Logo monument historique Classé MH (1919)
Coordonnées 45° 19′ 20″ N 0° 35′ 12″ E / 45.3222, 0.5866745° 19′ 20″ Nord 0° 35′ 12″ Est / 45.3222, 0.58667  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Périgord
Région administrative Aquitaine
Département Dordogne
Commune Bourdeilles

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Bourdeilles

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Château de Bourdeilles

Le château de Bourdeilles[1] est situé à Bourdeilles en Dordogne.

Il s'agit en fait d'un complexe de deux châteaux : l'un, médiéval, du XIIIe siècle construit par Géraud de Maulmont sur des fondations plus anciennes ; l'autre, palais Renaissance du XVIe siècle. L'ensemble du site est classé au titre des monuments historiques en 1919[2].

Note : Le « s » de Bourdeilles est en fait issu d'une erreur administrative en 1974. Le titre original de la ville, et, par corollaire, de son château, est donc « Bourdeille ». Toutefois, par convention, on utilise « Bourdeilles » pour désigner la ville et son château, et « Bourdeille » pour désigner la famille de Bourdeille.

Histoire du site[modifier | modifier le code]

Une légende du IVe siècle[modifier | modifier le code]

La première source (non historique) dont nous disposons est une légende du IVe siècle qui fait état de l'existence d'Athilda de Bourdeille, fille du roi d'Angleterre, épouse du roi franc Marcomer. De leur union naquirent sept enfants, dont trois garçons, qui se révèlèrent particulièrement courageux et aventureux. Ils décident de partir à l'assaut de la Gaule Aquitaine, province sous domination romaine. Ils prennent un bateau et s'échouent sur une île mythique au large de l'estuaire de la Garonne. Ils y trouvent des hommes, qui se révèlent sauvages – et qui se feront massacrer par les trois frères – mais aussi des griffons, créatures mythologiques, qui auront raison de deux des frères. Le dernier, l'aîné, survivra en coupant les serres des griffons, serres qui figureront pour l'avenir sur le blason de la famille de Bourdeille.

Un repaire noble en 1183[modifier | modifier le code]

La première source écrite de l'existence d'un site à Bourdeilles remonte à 1183. À cette époque, les abbés de Brantôme cherchent un refuge pour fuir des brigands, les pailliers[3]. Ils se réfugient alors à Bourdeilles, dans un repaire noble, dont on ne peut que supposer qu'il est alors tenu par la famille de Bourdeille.

Une forteresse médiévale aux XIIIe et XIVe siècles[modifier | modifier le code]

Le donjon

Selon Géraud Lavergne, historien du Périgord et de ses nombreuses demeures, la plus ancienne description que nous ayons du premier château de Bourdeilles est le PV dressé le 13 août 1400, à l'occasion de la remise de la châtellenie au nouveau comte du Périgord, Louis d'Orléans.

Il confirme la coexistence des deux châteaux : le château des comtes et le château de la baronnie, déjà en ruine à cette époque. Ce dernier se situait à l'angle nord-est de l'enceinte actuelle, soit près de l'emplacement du palais Renaissance.

Le château médiéval[modifier | modifier le code]

Le château des comtes (médiéval) occupe toute la terrasse ouest. Il se compose d'un logis seigneurial avec un donjon octogonal et précédé d'une cour entourée de hautes murailles fortifiées.

Géraud de Maulmont a entrepris sa construction à partir de 1283, selon un modèle similaire à celui qui avait été retenu à Châlus pour un autre de ses châteaux, Châlus Maulmont. La construction du donjon aurait commencé au XIIIe siècle et se serait achevée au siècle suivant. Il est haut de 35 mètres, avec des murs épais de 2,50 mètres, et surmonté d'une terrasse panoramique d'où l'on a une vue imprenable sur Bourdeilles.

Le palais Renaissance[modifier | modifier le code]

Le palais Renaissance

Géraud de Maulmont y fut seigneur au XIIIe siècle. le XIII° n'est pas vraiment la Renaissance

Classement[modifier | modifier le code]

En 1919, le château médiéval, le palais Renaissance, les remparts et la porte d'entrée sont classés au titre des monuments historiques[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le pont de Bourdeilles

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Babelon et Christian Rémy, Les châteaux de Bourdeilles, p. 119-142, dans : Congrès archéologique de France, 156e session, Monuments en Périgord. 1998, Société Française d'Archéologie, Paris, 1999
  • Dominique Audrerie, Visiter le château de Bourdeilles, Éditions Sud Ouest, Paris, 2005 (ISBN 2879012643) (principalement).
  • Marquis de Bourdeille, La maison de Bourdeille, Troyes, 1893.
  • Brigitte et Gilles Delluc, 1977 : Les gravures du donjon de Bourdeilles, ‘’Bull. de la Soc. hist. et arch. du Périgord’’, 104, p. 276-291, 8 fig.
  • Brigitte et Gilles Delluc, 1989 : Deux ensembles sculptés de la vallée de la Dronne : Brantôme et Bourdeilles en Dordogne, La Sculpture rupestre en France (de la Préhistoire à nos jours), actes du colloque de Brantôme 1988, n° spécial du Bull. de la Soc. hist. et arch. du Périgord, p. 171-176, 3 pl.
  • Brigitte et Gilles Delluc, 2000 : Les peintures du Salon doré de Bourdeilles, Bull. de la Soc. hist. et arch. du Périgord, 127, p. 539-552, 3 pl.
  • Géraud Lavergne, « Le château de Bourdeilles », in Congrès archéologique de Périgueux de 1927, Paris, 1928.
  • Pierre Pommarède, Brantôme et Bourdeilles oubliés, Éditions Pierre Fanlac, Périgueux, 1980.
  • Jean Secret, Le château de Bourdeilles, Office départemental du Tourisme, Périgueux, 1980.
  • François-Emmanuel de Wasseige, « Les châteaux de Bourdeilles », dans : Demeures Historiques et Jardins no 170, juin 2011, p. 33-40

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Babelon et Christian Rémy, Les châteaux de Bourdeilles, pp. 119-142, dans Congrès archéologique de France. 156e session. Monuments en Périgord. 1999 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1999
  2. a et b « Château de Bourdeilles », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 17 mai 2011.
  3. Appelés ainsi car ils torturent leurs victimes en leur brûlant les pieds avec de la paille.

Liens externes[modifier | modifier le code]