Bataille de la Berre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la Berre
Informations générales
Date 737
Lieu Berre
Issue Victoire franque
Belligérants
Royaume franc Umayyad Flag.svg Califat omeyyade
Commandants
Charles Martel Umayyad Flag.svg ʿUmar ibn Ḫālid †
Forces en présence
Inconnues Inconnues
Pertes
Inconnues Inconnues
Campagnes omeyyades en Europe de l'Ouest
Batailles
Guadalete · Toulouse · Covadonga · Bordeaux · Poitiers · Avignon · Narbonne · Berre
Coordonnées 43° 03′ 02″ N 2° 55′ 27″ E / 43.05055556, 2.9241666743° 03′ 02″ Nord 2° 55′ 27″ Est / 43.05055556, 2.92416667  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de la Berre.

La bataille de la Berre ou bataille de Birra se déroule en 737 et oppose le Royaume franc au Califat omeyyade. Elle s'inscrit dans la campagne menée par Charles Martel en Provence et en Septimanie et voit la victoire des Francs face aux Omeyyades.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après la prise de Narbonne en 719 par le gouverneur omeyyade d'Al-ʾAndalus As-Samḥ ibn Mālik Al-Ḫawlāniyy[1], la ville est utilisée comme base militaire pour les opérations futures[2]. En 737, après le succès obtenu à la bataille d'Avignon, Charles Martel, maire du palais du Royaume franc, entreprend le siège de Narbonne. Comprenant que le sort de la Septimanie dépend de celui de la ville, le nouveau gouverneur d'Al-ʾAndalus ʿUqba ibn Al-Ḥaǧǧāǧ As-Salūliyy envoie une armée commandée par ʿUmar ibn Ḫālid pour secourir Narbonne[3]. Afin d'arriver avant qu'il ne soit trop tard, les Omeyyades décident de se rendre à Narbonne par mer. Arrivés au port, ils remontent l'Aude mais sont surpris par les fortifications de l'assiégeant, ils décident alors de rejoindre Narbonne par voie terrestre. Lorsque Charles Martel apprend la nouvelle, il laisse une partie de son armée assiéger la ville, et se dirige avec l'autre partie à la rencontre des Omeyyades qu'il intercepte près de l'embouchure de la Berre (étang de Bages-Sigean).

Déroulement[modifier | modifier le code]

Localisation de la bataille de la Berre

Les Francs, guidés par des villageois à travers les Corbières, attaquent par surprise les Omeyyades, qui n'ont pas le temps d'effectuer une reconnaissance du terrain. Après avoir résisté au premier assaut, les Omeyyades cèdent puis battent en retraite après la mort de leur commandant ʿUmar. Les Francs les poursuivent, leur infligent de lourdes pertes, se constituent un important butin et font de nombreux prisonniers[4].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après avoir battu l'armée venue secourir Narbonne, Charles Martel a les mains libres pour concentrer ses efforts sur le siège, mais la ville est bien défendue et résiste aux Francs. Le manque de matériel de siège, l'arrivée de l'hiver et l'apparition de menaces plus urgentes pour les Francs (l'hostilité du duc d'Aquitaine et la rébellion menée par Mauronte, duc de Provence) font que le siège est finalement levé la même année[5]. Dans la foulée, les Francs ravagent plusieurs villes en Septimanie, notamment Nîmes, Agde, Béziers et Maguelone[3]. Devenue une garnison sans véritable importance, Narbonne restera sous occupation musulmane jusqu'en 759, date à laquelle elle est conquise par Pépin le Bref. En fait de conquête, il semble qu'à l'instar de nombreuses villes de Provence et de Septimanie en 736 et 737, la ville est pillée et ses habitants en grande partie tués[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ann Christys, Christians in Al-Andalus 711-1000, Londres, Curzon,‎ 21 février 2002 (ISBN 0700715649), p. 28.
  2. (en) Peter Malcolm Holt, Ann Katharine Swynford Lambton et Bernard Lewis, The Cambridge History of Islam, vol. 1A, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 27 mai 1977 (ISBN 0521291356), p. 95.
  3. a et b Philippe Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus : (VIIIe ‑ IXe siècles), Maisonneuve & Larose,‎ 2 janvier 2003 (ISBN 2706816597), p. 31.
  4. (en) Paul Fouracre, The Age of Charles Martel, Longman,‎ 8 juin 2000 (ISBN 0582064767), p. 97.
  5. Archibald Ross Lewis, « The Development of Southern French and Catalan Society, 718-1050 », sur The Library of Iberian Resources Online, University of Texas Press,‎ 1965 (ISBN 0318775298, consulté le 3 mai 2011).
  6. Édouard Baratier, Histoire de la Provence, Privat,‎ 1987 (ISBN 2708916491), p. 102.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]