Mauronte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mauronte, Maurontus, Maurente or Maurontius (av. 720-ap.739), duc ou patrice de Provence dans les premières années du VIIIe siècle, est essentiellement connu pour avoir organisé entre 735 et 739, vingt ans après le patrice Antenor, une rébellion contre Charles Martel et le patrice provençal Abbon[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Mauronte apparaît dans la Chronique de Frédégaire comme duc. Il est selon toute vraisemblance parent du maire du palais Waratton[2]. Si Mauronte souhaite s'affranchir du joug des Pippinides, il ne souhaite probablement pas une indépendance totale vis-à-vis de l'autorité royale, car juste avant son mandat, on trouve des représentants de Chilpéric II à Marseille, siège du pouvoir de Mauronte. Comme les autres patriciens provençaux, son pouvoir est avant tout personnel vis-à-vis des terres et des charges ecclésiastiques sous sa coupe. Ceci explique non seulement l'opposition des Pippinides et de leurs alliés, mais aussi celle d'Abbon, patrice de Provence, représentant les intérêts des grandes familles locales en particulier ceux des Waldelenus de Besançon qui contrôlent les passes de Suse, Gap et Embrun vers l'Italie.

En ou avant 736[3], il appelle à l'aide le Sarrasin Yusuf ibn 'Abd al-Rahman al-Fihri, wali de Narbonne, pour défendre Avignon[4] bien que certains indiquent que la cité fut prise ainsi que celle Arles. D'autres sources placent ces évènements après 736. Cette année-là, Charles Martel envahit la vallée du Rhône avec son demi-frère Childebrand et dévaste la région, reprenant Arles et Avignon et repoussant Mauronte dans Marseille. À partir de cette cité, le patrice et ses alliés se rebellent à nouveau en 737 puis en 739[5], mais Childebrand renforcé par les Lombards remporte une victoire décisive près d'Avignon[6] et force Mauronte à se réfugier dans les Alpes.

À partir de cette date on perd la trace de Mauronte. Toutefois un demi-siècle plus tard[7], apparaît un évêque de Marseille dénommé lui aussi Mauronte sans qu'on sache s'il existe ou non un lien de parenté entre les deux.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Abbon est issu de la famille des Waldelenus de Besançon. En 733, lorsque Charles Martel lance une offensive dans le Lyonnais (voire la Provence) il gagne, moyennant des postes stratégiques, le soutien de quelques grands aristocrates de la région. Parmi eux se trouve Abbon, patrice, recteur de Maurienne et de Suse. Abbon est alors fait patrice de Provence et bénéficie de nombreux biens confisqués à cette occasion. À cette date là, Mauronte est donc probablement duc et non patrice. De plus, un protocole rédigé à Digne en 780 contenu dans le cartulaire de Saint-Victor indique une liste de patrices provençaux (Cf. La Provence des origines à l'an mil sous la direction de P.A Février, page 462) :
    Ansedertus, Nemfidius, Antenor, Metranus et Abbon,
    liste dans laquelle ne figure par Mauronte
  2. Geary, 205.
  3. Probablement 735
  4. Ibid.
  5. Chronique de Frédégaire
  6. Ou près de l'étang de Berre.
  7. En 780, dans le cartulaire de Saint-Victor

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]