Siège de Narbonne (737)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Narbonne.
Siège de Narbonne
Informations générales
Date 737
Lieu Narbonne
Issue Victoire omeyyade
Belligérants
Royaume franc Umayyad Flag.svg Califat omeyyade
Commandants
Charles Martel Umayyad Flag.svg Yūsuf ibn ʿAbd Ar-Raḥmān Al-Fihriyy
Forces en présence
Inconnues Inconnues
Pertes
Inconnues Inconnues
Campagnes omeyyades en Europe de l'Ouest
Batailles
GuadaleteToulouseCovadongaBordeauxPoitiersAvignonNarbonneBerre
Coordonnées 43° 11′ 03″ N 3° 00′ 11″ E / 43.184277, 3.003078 ()43° 11′ 03″ Nord 3° 00′ 11″ Est / 43.184277, 3.003078 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Narbonne (737).

Le siège de Narbonne se déroule en 737 et oppose le Royaume franc au Califat omeyyade. Les Francs échouent à prendre la ville, qui reste sous contrôle omeyyade durant la Présence arabe sarrasine en France.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après la prise de Narbonne en 719 par le gouverneur omeyyade d'Al-ʾAndalus As-Samḥ ibn Mālik Al-Ḫawlāniyy[1], la ville est utilisée comme base militaire pour les opérations futures[2]. En 737, après le succès obtenu à Avignon, Charles Martel, maire du palais du Royaume franc, décide d'assiéger Narbonne.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Après avoir mis le siège, les Francs ne réussissent pas à prendre la ville, bien défendue par les Omeyyades. Comprenant que le sort de la Septimanie dépend de celui de Narbonne, le gouverneur d'Al-ʾAndalus ʿUqba ibn Al-Ḥaǧǧāǧ As-Salūliyy envoie une armée pour secourir la ville. Cette armée est interceptée par Charles Martel à la bataille de la Berre. Voyant que l'hiver approche et que la ville ne peut être prise, les Francs finissent par lever le siège.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après cet échec, les Francs mettent à sac plusieurs villes en Septimanie, notamment Nîmes, Agde, Béziers et Maguelone. Devenue une garnison sans véritable importance, Narbonne restera musulmane jusqu'en 759, date à laquelle elle est conquise par Pépin le Bref.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ann Christys, Christians in Al-Andalus 711-1000, Londres, Curzon,‎ 21 février 2002 (ISBN 0700715649), p. 28.
  2. (en) Peter Malcolm Holt, Ann Katharine Swynford Lambton et Bernard Lewis, The Cambridge History of Islam, vol. 1A, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 27 mai 1977 (ISBN 0521291356), p. 95.