Bataille d'El Guettar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir El Guettar.
Bataille d'El Guettar
Informations générales
Date 23 mars 1943
Lieu El Guettar (Tunisie)
Issue Victoire américaine
Belligérants
États-Unis États-Unis Drapeau : Troisième Reich Reich allemand
Commandants
Drapeau des États-Unis George S. Patton Drapeau de l'Allemagne Hans-Jürgen von Arnim
Forces en présence
2e Corps US 10e Panzerdivision
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Batailles et opérations des campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée

Invasion italienne de l'Albanie · Guerre du désert · Campagne d'Afrique de l'Est · Invasion italienne du Somaliland britannique · Invasion de l'Égypte · Opération Compass  · Bataille de Koufra · Bataille de Dakar · Campagne du Gabon · Opération Vado · Bataille de Mers el-Kébir · Bataille de Punta Stilo · Bataille de Tarente · Bataille du cap Teulada · Bataille du cap Matapan · Siège de Malte · Opération Sonnenblume · Campagne des Balkans · Bataille d'El Agheila · Bataille des îles Kerkennah ·Siège de Tobrouk · Guerre anglo-irakienne  · Campagne de Syrie · Campagne de Yougoslavie · Opérations anti-partisans en Croatie · Opération Brevity · Opération Battleaxe · Invasion anglo-soviétique de l'Iran · Raid de la rade d'Alexandrie  · Opération Vigorous · Opération Pedestal · Bataille de Madagascar · Libération de La Réunion · Opération Crusader · Bataille de Bir Hakeim · Bataille de Gazala · 1re Bataille d'El-Alamein · Bataille d'Alam el Halfa · 2e Bataille d'El-Alamein · Opération Torch · Campagne de Tunisie · Bataille de Sidi Bouzid · Bataille de Kasserine · Opération Capri · Bataille de Ksar Ghilane · Ligne Mareth · Opération Pugilist · Bataille d'El Guettar · Opération Retribution · Campagne d'Italie · Libération de la Corse


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

La bataille d'El Guettar est une bataille de la Seconde Guerre mondiale qui s'inscrit dans la campagne de Tunisie.

Elle oppose l'Afrika Korps du général Hans-Jürgen von Arnim et le 2e Corps américain du général George Patton dans le sud de la Tunisie. Il s'agit de la première bataille au cours de laquelle les forces américaines battent les unités expérimentées de tanks allemands.

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'Afrika Korps au courant des mouvements américains dans le sud, prend la décision de mettre un terme à ce déploiement. Le maréchal Erwin Rommel, appelé à Berlin, donne le commandement de la toute nouvelle Panzerarmee Afrika à von Arnim. Tout comme Rommel, celui-ci considère les troupes américaines comme médiocres et pense qu'une simple démonstration de force permettra de repousser à nouveau les Américains de leurs positions de l'est du massif de la dorsale tunisienne comme cela fut le cas lors de la bataille de Kasserine.

À 6 heures du matin, le 23 mars 1943, cinquante chars de la 10e Panzerdivision débouchent dans la vallée d'El Guettar suivis de l'infanterie et de canons automoteur Marder. Les lignes américaines constituées d'infanterie et de positions d'artillerie sont facilement traversées.

Cependant, la progression allemande est sérieusement ralentie quand elle tombe sur un champ de mines. Alors que les sapeurs commencent à déminer la zone, l'artillerie et les canons antichar américains, dont 31 chasseurs de char M10 Wolverine tout juste arrivés des États-Unis, ouvrent le feu. En une heure, 30 chars de la 10e Panzerdivision sur les cinquante engagés sont hors de combat et, à 9 h 00, les Allemands se retirent de la vallée.

Une seconde attaque a lieu durant l'après-midi, à 16 h 45, après que l'infanterie ait pu se reformer. Mais là encore, l'artillerie américaine désorganise et brise l'attaque, infligeant de lourdes pertes aux troupes allemandes. Se rendant compte que d'autres attaques sont elles aussi vouées à l'échec, une partie de la 10e Panzerdivision aménage des positions dans les collines à l'est de la vallée et le reste se replie vers Gabès.