Autoportrait (David)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autoportrait
Image illustrative de l'article Autoportrait (David)
Artiste Jacques-Louis David
Date 1794
Type Portrait
Technique huile sur toile
Dimensions (H × L) 81 × 64 cm
Localisation musée du Louvre, Paris
Numéro d'inventaire INV 3705

L'autoportrait de Jacques-Louis David est peint par l'artiste en 1794. Le tableau a la particularité d'avoir été réalisé en prison tandis que David était détenu à l'hôtel des fermes pour avoir fait partie des robespierristes. C'est son troisième et dernier autoportrait, suivant celui intitulé Aux trois collets, de 1791 (musée des Offices de Florence). Donné à son ancien élève Jean-Baptiste Isabey, le tableau est entré dans les collections du musée du Louvre en 1852 (inv. 3705).

Description[modifier | modifier le code]

Le tableau représente l'artiste se faisant face, le buste de trois-quart, sur un fond jaune-gris. Il est vêtu d'une houppelande foncée à larges revers châtaigne, et d'une chemise blanche, nouée d'un foulard de la même couleur. Dans sa main gauche, il tient un pinceau, dans la droite, une palette. Il est assis sur un fauteuil, dont on aperçoit le dossier. La figure est éclairée par la droite. Du fait que le portrait fut peint d'après une image de miroir, les positions des mains sont inversées ; David ne corrige pas ce détail, qui le montre tenant le pinceau de la main gauche, alors qu'il est droitier ; de même, la tumeur qui affecte sa joue gauche se retrouve à droite.
David s'est représenté en jeune homme, ce qu'il n'est plus puisqu'il a 46 ans au moment où il réalise ce tableau[1].

Timbre[modifier | modifier le code]

L'autoportrait a été gravé en timbre-poste par René Cottet pour la série des célébrités de la Révolution de 1950, avec Danton, Robespierre, Chenier, Carnot et Hoche. Par rapport à l'autoportrait original, la figure est inversée[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Biard, Philippe Bourdin, Silvia Marzagalli, Révolution, Consulat, Empire 1789-1815 (tome 9 de Joël Cornette (dir.), Histoire de France), Belin, 2009, p. 530-531.
  2. Fiche du timbre sur Phil-ouest.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]