Auguste Darzens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Auguste Darzens

Georges Auguste Darzens, né à Moscou le 12 juillet 1867 et décédé à Paris le 10 septembre 1954, est un chimiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le chimiste français Georges Auguste Darzens était né à Moscou le 12 Juillet 1867 où il passa son enfance, mais était originaire de l'Aude. Son père, négociant, effectuait une ou deux fois par an la liaison entre la France et la Russie, échangeant d'un pays à l'autre les valeurs artistiques, les articles de luxe ou les produits nouveaux. Les vins du Midi parvinrent probablement pour la première fois au-delà du Danube par son intermédiaire. Sa mère, directement apparentée à la famille de Léon Frapié, très grande musicienne, pianiste connue, avait fait ses débuts remarqués et prometteurs au Conservatoire de Paris, qu'elle abandonna lors de son mariage. C'est donc dans une ambiance dynamique et sensible au rythme et à la beauté, que Georges Auguste Darzens vécut ses premières années. Son frère Rodolphe (1865 - 1938), ami et collaborateur d'Antoine, excellent écrivain, directeur du Théâtre des Arts, chroniqueur sportif, illustrait de son côté ce même climat.

A l'âge de treize ans, Georges étudia au collège St-Barbe, à Paris, où il prépara le concours d'entrée à l'Ecole polytechnique. Reçu en 1886, il y fit l'intégralité de sa carrière, y devenant professeur de chimie (1913 - 1937). Il était un adolescent surdoué, ce qui le fit hésiter sur sa voie. Son premier penchant fut pour l'astronomie. Une mauvaise vue l'en dissuada. À sa sortie de Polytechnique, 39ème d'une promotion de 226, il hésitait encore sur son orientation. Licencié en mathématiques et en sciences physiques, il obtient l'agrégation de physique en 1895. Dès 1890, il était inscrit à la faculté de médecine, pour y obtenir son doctorat en 1899. Il s'intéressa plus particulièrement à l'optique physiologique, publiant en 1895 une théorie de la perception des couleurs. Depuis 1897, il dirigeait le laboratoire de recherche de la firme de parfumerie L.T Piver, poursuivant cette activité jusqu'en 1920. Durant la période 1890 - 1910, alors que son frère Rodolphe organisait les premières courses automobiles, dont il fut l'un des pilotes, Georges se passionna pour la construction automobile, mettant au point quelques prototypes. On luit doit l'égalisation des diamètres des roues avant et arrière, l'utilisation de roulements à billes dans les moyeux, l'allongement des cylindres...

Durant la bataille de la Marne, Darzens soumit à la commission scientifique de nombreux rapports sur la production de poudres et d'explosifs Les travaux de Darzens ont permis : de mettre à la portée des savants des corps à fonctions très simples et des corps insuffisamment éclaircies, l'adoption des générateurs d'acétylène comprimé sous haute pression, la réglementation d'industries insalubres, notamment celles des réservoirs souterrains de liquides inflammables. En chimie, par ses idées sur la matière et l'énergie, il prépara la voie aux découvertes nucléaires.

Cet homme presque monagénaire et ayant gardé une vitalité peu commune et une complète lucidité, est mort le 10 septembre 1954 à son domicile de Paris 16 rue Chardon Lagarde.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]