Anousheh Ansari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anousheh Ansari
Anousheh Ansari, le 12 juillet 2006
Anousheh Ansari, le 12 juillet 2006

Nationalité Drapeau de l’Iran Iranienne
Drapeau : États-Unis Américaine
Naissance (47 ans)
Mashhad (Iran)
Temps total passé dans l’espace 10 j 21 h 04 min
Mission Soyouz TMA-9 (2006)
Insigne Soyuz TMA-9 Patch.png

Anousheh Ansari est une femme d'affaires irano-américaine née le 12 septembre 1966 à Mashhad, en Iran. Elle est devenue célèbre en 2006 comme la première femme touriste de l'espace.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ses parents et elle ont déménagé de Mashhad à Téhéran peu après sa naissance. Elle a émigré aux États-Unis en 1984, ne parlant alors pas anglais mais voulant poursuivre ses études scientifiques. Elle a passé son diplôme de premier cycle (Bachelor of Science) en génie électrique et en informatique, à la George Mason University, puis sa maîtrise (master's degree) à la George Washington University.

Création d'entreprises[modifier | modifier le code]

Après avoir débuté à la compagnie de télécommunication MCI, où elle a rencontré son mari Hamid Ansari, elle crée avec lui et son beau-frère Amir Ansari la société Telecom Technologies en 1993. Ils la revendent en 2000 au mieux de la bulle Internet à Sonus Networks. Anousheh Ansari a figuré en 2001 dans la liste du magazine Fortune parmi les 40 under 40 (40 personnalités de moins de 40 ans).

Anousheh Ansari a ensuite créé la société Prodea Systems, qu'elle lance juste avant de partir dans l'espace.

Mécène puis voyageuse spatiale[modifier | modifier le code]

Avec sa famille, elle a cofinancé le Ansari X Prize destiné à encourager le développement des voyages privés dans l'espace.

Elle a pris place dans un vaisseau Soyouz (vol Soyouz TMA-9 le 18 septembre 2006 pour un vol de 10 jours dans la station spatiale internationale. Sous la pression des autorités russes et américaines, elle ne pourra pas garder le drapeau iranien sur sa combinaison, ni diffuser de message politique[1],[2]. Elle a été la première bloggeuse spatiale de l'histoire, relatant et répondant en direct aux internautes depuis la station spatiale.

Le prix du billet est estimé à une vingtaine de millions de dollars pour un séjour de dix jours.

Activités en orbite[modifier | modifier le code]

Ansari tenant une plante ayant poussé dans le module Zvezda

Ansari doit participer à plusieurs expériences scientifiques[3] menées par l'Agence spatiale européenne, ayant principalement pour objet l'étude de certains aspects du mal de l'espace :

Expérience Neocytolysis[modifier | modifier le code]

Une étude des mécanismes de l'anémie qui survient après un séjour en impesanteur par destruction sélective des jeunes hématies, dite néocytolyse. Il s'agit d'une réaction d'adaptation à l'impesanteur : le sang n'étant plus retenu dans les quatre membres par la gravité, s'accumule dans la partie supérieure du corps humain où l'hémoconcentration s'élève alors, provoquant en réponse, par le tissu hématopoïétique, une destruction des globules rouges les plus jeunes afin de diminuer leur concentration. Cette concentration devient insuffisante une fois retourné sur terre, provoquant l'anémie en question.

Expérience sur les lombalgies[modifier | modifier le code]

Une étude de l'influence des modifications musculaires sur les lombalgies. Inexplicablement de nombreux astronautes ont rapporté avoir souffert de lombalgies alors qu'ils étaient en impesanteur, bien qu'ordinairement le mal de dos soit une conséquence, pense-t-on de la pesanteur terrestre.

Une hypothèse avancée par des scientifiques pour expliquer ceci serait que les os iliaques doivent maintenir le sacrum en place au moyen d'un corset musculaire puissant qui doit augmenter son tonus au lever et diminuer pendant le sommeil. Ce corset musculaire s'atrophierait, comme tous les muscles squelettiques en l'absence de gravité.

C'est cette atrophie musculaire qui sera mesurée ainsi que ses variations lors de séjours en micro-gravité. Un questionnaire concernant les lombalgies ressenties sera rempli par les astronautes, et les mesures seront comparées à d'autres réalisées avant et après le vol spatial pour préciser les relations ente lombalgie et effort/surmenage lombaire.

Expérience Chromosome-2[modifier | modifier le code]

Une étude des effets mutagènes des radiations sur l'ADN chromosomique de l'être humain, notamment celui de ses lymphocytes sur prélèvement sanguin. Ce genre d'exposition aux radiations ne peut être simulé sur terre mais nécessite un environnement spatial réel pour être étudié avec pour objectif l'optimisation des dispositifs anti-radiations des futures missions d'exploration.

Prélèvement d'échantillons de bactéries[modifier | modifier le code]

Une étude des populations bactériennes à bord de l'ISS. En effet, l'impesanteur peut se révéler être un facteur de croissance de bactéries pathogènes et aussi de résistance aux antibiotiques. Aussi une éventuelle contamination par de tels germes est un risque à prendre au sérieux. Des prélèvements bactériologiques seront réalisés au niveau des interrupteurs, des claviers et des installations sanitaires, par exemple.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Le vaisseau spatial Soyouz réaménagé pour la première femme touriste
  2. (fr) Une fusée Soyouz s'envole avec une touriste à bord
  3. (en) ESA experiments with spaceflight participant Ansari to ISS

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Chronologie Suivi par
Heidemarie Stefanyshyn-Piper
astronaute
449e
Christer Fuglesang
-
astronaute iranienne
1e
-
Heidemarie Stefanyshyn-Piper
femme astronaute
44e
Joan Higginbotham
Gregory Olsen
touriste de l’espace
4e
Charles Simonyi