Annet Morio de L'Isle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morio (homonymie) et L'Isle.
Annet Morio de L'Isle
Image illustrative de l'article Annet Morio de L'Isle

Naissance 3 janvier 1779
Chantelle (Allier)
Décès 22 février 182847 ans)
Vanves (Hauts-de-Seine)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Premier Empire
Arme cavalerie
Grade Général de brigade :30 mai 1813
Conflits Guerres napoléoniennes
Hommages nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile :21ème colonne"MORIO DE LISLE".

Annet Morio de l'Isle (3 janvier 1779, Chantelle - 22 février 1828 Vanves), baron, fut un général français du Premier Empire.

État de service[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille d'artisans de Chantelle : son arrière-grand-père et son grand-père étaient maîtres couvreurs. Son père, Antoine Morio (1739-1824), fut maire de Chantelle.

Il demeure en septembre 1814, rue Vivienne à l'hôtel de la Marine. En septembre 1821, au moment de son mariage, il habite 7, rue Richer à Paris. Il présente sa demande d'autorisation au ministre de la Guerre le 30 septembre 1821. L'approbation est donnée le 2 janvier 1822.

Carrière[modifier | modifier le code]

Élève à l'école de Mars, formée par décret du 13 prairial an II, il rentre dans ses foyers par suite du décret du 2 brumaire an III, qui en a ordonné le licenciement.

Le 19 frimaire an VIII (10 décembre 1799), il écrit au ministre de la Guerre qu'âgé de 20 ans, et ayant servi dans la cavalerie à l'École de Mars, il espère être employé comme officier dans un régiment de hussards. "S'il entrait au service, il apporterait peu de connaissances militaires, mais beaucoup de zèle et le désir d'être utile à son pays". Il signe Morio Delisle. Ceci exclut la légende selon laquelle le nom de L'Isle, viendrait d'un pont sur l'Isle, près de Leipzig (rapportée par un de ses descendants, l'abbé Henri Breuil). Nous penchons plutôt pour l'île Morio, qui se trouve dans les gorges de la Bouble à Chantelle, en contrebas des terres de Belneuf possédées par la famille Morio.

Son frère, Joseph Antoine Morio de Marienborn, sous-directeur du génie, obtient pour lui une sous-lieutenance auprès du ministre de la Guerre. Sa demande est appuyée par le secrétaire général des Consuls de la République. Une lettre de Louis Bonaparte, chef de brigade du 5e régiment de dragons, au ministre de la Guerre demande à ce qu'il soit affecté à ce régiment, où plusieurs places de sous-lieutenant sont vacantes (27 ventôse an VIII, soit le 18 mars 1799).

Capitaine, aide de camp (1804), colonel du 16e régiment d'infanterie légère[1], colonel au 26e régiment d'infanterie de ligne le 8 décembre 1810, il est général de brigade au 4e corps de la Grande armée le 30 mai 1813.

Il se serait retiré à Vanves dans une maison de santé située au 8 rue du Bois, fondée en 1821 par les docteursVoisin et Falret.[réf. nécessaire]

Il décède le 22 février 1828[2].

Blessures[modifier | modifier le code]

Blessé d'un coup de feu à la tête au combat de Crémone du 7 juin 1800.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommage, honneurs, mentions,...[modifier | modifier le code]

21e colonne de l’Arc de Triomphe de l’Etoile.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1962, Monsieur Robert Le Masson, chef d'escadron en retraite, demeurant 7, rue de Toulouse à Saint-Malo a demandé aux Archives militaires la copie des états de services des deux généraux Morio, qu'il qualifie de ses arrière-grands-oncles. Dans son courrier, il précise que sa grand-mère maternelle est née Morio, que les cendres du général Antoine Morio ont été transférées en 1894 à Potsdam et que le général Annet Morio est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

La tombe d'Annet Morio de L'Isle se trouve en fait à gauche de l'entrée de l'église de Belleu. La gravure en très mauvais état indique Annet Morio de L'Isle 1778 - 1826, N. Morio, Chanoine Henri Breuil, Madame de Mallevoue, née Marguerite Breuil et d'autres noms illisibles.

En 1852, la maison des généraux Morio à Belneuf, est la propriété de monsieur et madame Forestier-Fontaine, qui la cèdent sous réserve, le 25 décembre 1852, pour la construction de l'hôpital cantonal de Chantelle. Elle sera détruite pour laisser place à un nouveau bâtiment de la Maison de retraite de Chantelle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon H. Gourdon de Genouillac, Dictionnaire des anoblis.
  2. Date de décès le 22 et non le 24/02/1828 confirmée par la mention de l'acte de décès.
  3. Source : acte de mariage de son fils Jean Henri Félix Morio de l'Isle en 1851.
  4. Sources : Henri Buvat 1994, vicomte A. Révérend, Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle, qui indique, faussement, l'origine "italienne de la famille Morio, venue en France au service de la maison de Bourbon", dossier GB 1492 au service historique de l'Armée de terre à Vincennes, communication Hubert Morio 1997.