Anne Muxel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anne Muxel est une sociologue française spécialisée dans l'étude du rôle de la mémoire et de la transmission intergénérationnelle des attitudes et comportements. Une part très importante de ses recherches a ainsi porté d'un côté sur la socialisation politique, à savoir sur la construction des attitudes et des comportements politiques et, d'un autre côté, sur l'importance de l'enracinement biographique des conduites en matière familiale.

Travaux en sociologie politique[modifier | modifier le code]

Anne Muxel est directrice de recherche au CNRS en science politique au CEVIPOF, centre de recherches de la Fondation nationale des sciences politiques. Ses travaux en sociologie politique se concentrent sur la compréhension des relations entre les individus et la politique : analyse du comportement électoral, nouvelles formes d’expression et de participation à la vie politique, par exemple significations de l’abstention.

Elle a conduit en particulier plusieurs enquêtes et recherches sur le rapport des jeunes à la politique et a écrit de nombreux articles et ouvrages sur la construction de leurs représentations de la politique, aussi bien pour la France que pour l'Italie ou l'Espagne. Par exemple, pour Anne Muxel, lors des manifestations contre le CPE, on retrouve chez les jeunes « le même malaise à l’égard de la représentation politique qui caractérise le rapport des Français à la politique : une défiance importante à l’égard de l’ensemble de la classe politique, un affaiblissement des identifications politiques structurées à partir du clivage gauche-droite, un faible intérêt pour la politique, enfin un potentiel protestataire élevé »[1].

La mémoire familiale[modifier | modifier le code]

Anne Muxel a conduit de nombreuses enquêtes pour étudier les régularités et les ruptures dans la transmission des comportements familiaux. Pour elle, la famille continue de jouer un rôle déterminant dans la transmission des orientations idéologiques et des choix politiques, le plus souvent dans la reproduction mais parfois à travers une opposition aux parents. En enquêtant auprès des enfants, des parents et des grands-parents (les lignées familiales), elle observe les variations des usages de la mémoire familiale. Elle étudie les multiples objets qui l'alimentent : hier, les lettres, les photos de mariage, de fiançailles, des bébés sur leur couche ; aujourd'hui davantage les films vidéo, les enregistrements numériques. Au total, pour Anne Muxel, « La mémoire familiale est d'abord une histoire, la façon dont un individu va mobiliser son passé et lui donner sens, plus ou moins consciemment. La mémoire familiale est le résultat du travail de réappropriation et de négociation que toute personne fait vis-à-vis de cette histoire fondatrice de son identité[2] ».

Par exemple, le choix par les femmes du nom qu'elles portent est significatif de toute une empreinte familiale. « Plus une femme est proche de son père, selon Anne Muxel, plus elle l’a été pendant son enfance, et plus elle aura du mal à renoncer à un nom auquel elle s’est intimement identifiée. En revanche, une enfance particulièrement douloureuse ou un problème avec le père peut parfois expliquer qu’un changement soit perçu comme une libération[3] ».

Activités éditoriales[modifier | modifier le code]

Elle est un des membres du comité de rédaction de la Revue française de sociologie et dirige, avec Pascal Perrineau, la collection CEVIPOF/Autrement aux éditions Autrement. Au niveau plus institutionnel, elle est actuellement membre du conseil scientifique de l’Association française de science politique et collabore activement à l'Association européenne de sociologie (« European Sociological Association », ESA).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2010, « Avoir 20 ans en politique », Seuil, 237 p., Paris
  • 2009, (avec Bruno Cautráes) « Comment Les electeurs Font-ils Leurs Choix : Le Panel electoral Français 2007 », Seuil, 385 p., Paris, ISBN 9782724611076
  • 2008, « Toi, Moi Et La Politique: Amour Et Convictions », Seuil, 282 p., Paris, ISBN 9782020962490
  • 2005, « Les abstentionnistes : le premier parti européen », Pascal Perrineau (dir.), Le vote européen 2004-2005. De l’élargissement au référendum français, Presses de Sciences Po, Paris
  • 2005, « Les jeunes et les élections européennes : un paradoxe démocratique ? », Delwit Pascal, Poirier Ph., Parlement puissant, électeurs absents ? Les élections européennes de juin 2004, Éditions de l’université de Bruxelles, Bruxelles
  • 2004, Les étudiants de Sciences Po. Leurs idées, leurs valeurs, leurs cultures politiques, Presses de Sciences Po, Paris
  • 2003, « La poussée des abstentions : protestation, malaise, sanction », Pascal Perrineau, Ysmal Colette (dir.), Le vote de tous les refus. Les élections présidentielles et législatives de 2002, Presses de Sciences Po, Paris
  • 2003, Les Étudiants de Sciences Po. Leurs idées, leurs valeurs, leurs cultures politiques, Presses de Sciences Po, Paris
  • 2001, (codirection avec Marlaine Cacouault) Les Jeunes d’Europe du Sud et la politique. Une enquête comparative France, Italie, Espagne, L’Harmattan, 287 p., Paris
  • 2001, L’Expérience politique des jeunes, Presses de Sciences Po, 190 p., Paris
  • 1996, Individu et mémoire familiale, Nathan, 226 p., Paris
  • 1996, Les Jeunes et la politique, Hachette, 134 p., Paris

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]