Fondation nationale des sciences politiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FNSP.
Fondation nationale des sciences politiques
Image illustrative de l'article Fondation nationale des sciences politiques

Création 1945
Type Fondation privée reconnue d’utilité publique
Siège Paris, Drapeau de la France France
Langue(s) français
Président Jean-Claude Casanova
Administrateur Frédéric Mion
Site web sciences-po.fr

La Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) est une fondation de droit privé, située à Paris, créée par ordonnance en 1945 pour recevoir le patrimoine de l'ancienne École libre des sciences politiques et assurer la gestion de l'Institut d'études politiques de Paris, fondé simultanément et avec lequel elle forme un ensemble nommé Sciences Po.

Elle joue depuis soixante ans un rôle important dans la constitution et la diffusion de la science politique en France. Son président est depuis 2007 l'économiste Jean-Claude Casanova. Son administrateur est le directeur de l'IEP de Paris : cet administrateur est actuellement Frédéric Mion.

En août 2011, suite à la dissolution de l'association Soutien, solidarité et actions en faveur des émigrants approuvée en délibération le 2 février 2010, l'ensemble de son actif est dévolu à la Fondation[1].

Statut[modifier | modifier le code]

Sur les liens avec l'Institut d'études politiques de Paris, voir Sciences Po (Paris) : Institut et Fondation

La FNSP est une fondation de droit privé reconnue d’utilité publique, créée par ordonnance le 9 octobre 1945[2] et dont le fonctionnement est précisé par le décret du 22 mai 1946[3]. Elle a hérité du patrimoine de l'École libre des sciences politiques, et est chargée, par convention puis par décret[4] et depuis 1998 par la Loi[5], de la gestion administrative et financière de l'Institut d'études politiques de Paris.

Son statut, sui generis, servira plus tard à la création de la Maison des sciences de l'homme, qui accueille notamment l'École des hautes études en sciences sociales.

Elle est dirigée par un président et un administrateur, qui est traditionnellement le directeur de l'IEP de Paris.

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

L'article 1 des statuts de la Fondation[6] confie sa gestion à un conseil d'administration composé de :

  1. Six professeurs des universités ou d'un établissement d'enseignement supérieur (un en science politique, un en sciences économiques, un en droit public, un en droit économique et social, un en histoire politique et sociale et un en géographie humaine), nommés par le ministre chargé de l'Éducation nationale.
  2. Un représentant du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) nommé par le ministre chargé de l'Éducation nationale.
  3. Deux membres des grands corps de l'État ou secrétaires généraux ou directeurs de ministère, nommés par le Premier ministre.
  4. Quatre représentants syndicaux, nommés par le Premier ministre.
  5. Le directeur de l'École nationale d'administration et le directeur de l'Institut d'études politiques de Paris.
  6. Dix à quinze membres représentant des auteurs de « libéralités » (dons).
  7. Cinq représentants élus du personnel de la Fondation.
  8. Depuis 1999, cinq représentants des étudiants élus au conseil de direction de l'Institut lorsque le conseil examine le budget de l'IEP et fixe les droits de scolarité.

Le conseil « fixe les orientations générales de la Fondation pour la recherche, la documentation et les publications, vote le budget et approuve les comptes, délibère sur les acquisitions, les aliénations ou les échanges de locaux, détermine les conditions de recrutement et de rémunération du personnel, est habilité à passer des conventions avec l'État, les Universités, toutes collectivités publiques ou privées, ou des particuliers »[7].

Il est présidé par le président de la Fondation.

Présidents[modifier | modifier le code]

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

La fonction est supprimée en 1991 ; Serge Hurtig devient alors directeur scientifique de la Fondation.

Administrateurs[modifier | modifier le code]

L'article 5 des statuts de la FNSP dispose que « le ministre de l'éducation nationale désigne un administrateur de la fondation sur proposition du conseil d'administration, qui statue par vote à bulletins secrets. Cet administrateur siège au conseil. Il y a voix délibérative. »[6]

Depuis 1950, l'administrateur a toujours été le directeur de l'Institut d'études politiques de Paris :

Organisation[modifier | modifier le code]

L'administration de la Fondation est organisée en six directions :

  • La Direction des finances
  • La Direction des ressources documentaires
  • La Direction des ressources humaines
  • La Direction des services généraux et de l'immobilier
  • La Direction scientifique
  • La Direction des systèmes d'information

Participent également les directions de l'IEP de Paris.

Missions[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'Institut d'études politiques de Paris remplit la mission de formation initiale de la FNSP.

Une formation à la recherche est dispensée au sein de l'École doctorale de l'Institut d'études politiques de Paris, qui regroupe les étudiants inscrits en doctorat et en master recherche. Entre vingt et quarante doctorats sont décernés chaque année.

Le programme Sciences Po Formation rassemble les offres de formation continue.

Recherche[modifier | modifier le code]

La FNSP est un acteur majeur de la recherche en sciences sociales. D'elle dépendent neuf centres de recherche regroupant plus de cent soixante-quinze enseignants-chercheurs, cinq centres étant associés au Centre national de la recherche scientifique en tant qu'unité mixte de recherche (UMR) ou unité mixte de service (UMS) :

Les chercheurs des centres participent à la formation des étudiants en doctorat et en master recherche au sein de l'École doctorale de l'IEP de Paris.

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bibliothèque de Sciences Po.
Salles de lecture 27, rue Saint Guillaume

La Bibliothèque de Sciences Po fondée en 1871, est une des bibliothèques phares en Europe[réf. nécessaire] dans les domaine des sciences sociales. Sa mission principale est de soutenir l'enseignement et la recherche menés à Sciences Po, mais en tant que bibliothèque de recherche elle accueille également de nombreux lecteurs extérieurs français et internationaux dont les travaux justifient l'accès à ses collections.

Elle met à disposition de ses lecteurs des collections imprimées, numériques et audiovisuelles très variées : son fonds reflète l'ouverture internationale de l'institution avec 40 % des documents imprimés en français, 40 % en anglais et 20 % dans d'autres langues européennes.

La bibliothèque de Sciences Po est Centre d'acquisition et de diffusion de l'information scientifique et technique en science politique et pôle associé de la Bibliothèque nationale de France.

Elle participe aux réseaux internationaux LIBER et NEREUS et contribue activement au portail Economists Online qu’elle alimente grâce à l’archive ouverte de SciencesPo, SPIRE.

En septembre 2010 la bibliothèque de Sciences Po a ouvert 6 nouvelles salles de lecture au 27, rue Saint Guillaume, la Bibliothèque René Rémond qui offre 400 places de travail. En tout elle dispose de près de 960 places de lecture individuelles et de 86 000 documents en accès direct.

La bibliothèque de Sciences Po compte 3 sites à Paris et 6 sites dans les campus hors de Paris. Elle accueille 11 600 lecteurs qui totalisent plus de 2 000 visites par jour dans les 10 salles de lecture sur le campus parisien. Sur 23 km de rayonnages elle conserve 930 000 volumes imprimés et met à disposition des lecteurs 20 100 ressources numériques.

Édition[modifier | modifier le code]

Les Presses de Sciences Po, fondées en 1976 sous le nom de Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, sont l'un des principaux éditeurs français en sciences humaines et sociales. Elles publient trente nouveaux ouvrages chaque année, et sept revues, dont Raisons politiques, la prestigieuse Revue française de science politique, et Vingtième Siècle.

Les ouvrages et revues sont notamment vendus par la Librairie des sciences politiques, située au no 30 de la rue Saint-Guillaume.

Activités de conseil[modifier | modifier le code]

En mai 2005, la FNSP a ajouté à ses quatre missions historiques les activités de conseil en lançant Sciences Po Développement, une société par actions simplifiée dont elle est l'unique actionnaire. La société, qui a commencé ses activités en septembre 2005, collabore avec les centres de recherche et les chaires de la Fondation.

Liens avec d'autres IEP[modifier | modifier le code]

La fondation est représentée au Conseil d'Administration des huit autres instituts d'études politiques de France. Certains postes de ces établissements sont financés par la fondation car les Instituts d'études politiques ont pour mission « de développer, notamment en relation avec […] la Fondation nationale des sciences politiques [...] la recherche en sciences politiques et administrative. »[8]

Par ailleurs, deux IEP accueillent des chercheurs de la FNSP au sein de centres de recherches qui lui sont associés :

  • l'IEP de Bordeaux, avec le Centre d'étude d'Afrique noire (CEAN), et SPIRIT (Science Politique Relations Internationales Territoire)
  • l'IEP de Grenoble, avec le Centre de recherche sur le politique, l'administration, la ville et le territoire (Cerat).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024501901&dateTexte=&categorieLien=id Décret du 24 août 2011 approuvant la dissolution d'une association reconnue comme établissement d'utilité publique et le transfert de ses biens à une fondation et abrogeant le décret portant reconnaissance de cette association comme établissement d'utilité publique
  2. Ordonnance n° 45–2284 du 9 octobre 1945 portant création d'une Fondation nationale des sciences politiques (abrogée)
  3. Décret n° 46–492 du 22 mars 1946 relatif à l'administration et au fonctionnement de la Fondation nationale des sciences politiques, publié au Journal officiel de la République française du 23 mars 1946, p. 2390–2391
  4. Décret n° 69–55 du 18 janvier 1969 relatif à l'Institut d'études politiques de Paris (abrogé)
  5. Loi n° 98–546 du 2 juillet 1998 portant dispositions d'ordre économique et financier, publiée au Journal officiel de la République française du 3 juillet 1998, p. 10140
  6. a et b Dispositions statutaires de la Fondation nationale des sciences politiques, approuvées par le décret n° 72–1266 du 28 décembre 1972 portant approbation des dispositions statutaires de la fondation nationale des sciences politiques, publié au Journal officiel de la République française du 6 janvier 1973
  7. Sciences Po : Direction et conseils (consulté le 1er avril 2006)
  8. Article 2 du décret n°89-901 du 18 décembre 1989 relatif aux instituts d'études politiques (consulté le 2 mai 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]