André Watts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Watts

André Watts né à Nuremberg (Allemagne) le 20 juin 1946 est un pianiste américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Nuremberg, Allemagne, Watts est le fils d'une mère pianiste hongroise, Maria Alexandra Gusmits, et d'un père africano-américain, le sergent Herman Watts. Après avoir étudié la musique à Philadelphie et dirigé l'Orchestre de Philadelphie, il toucha une audience plus large à l'occasion d'un concert télévisé retransmis sur l'ensemble des États-Unis, avec l'Orchestre philharmonique de New York en 1963. Il fit sa première tournée mondiale en 1967. Son nom est généralement associé à la musique du XIXe siècle.

Watts grandit en Europe, vivant en général proche des postes de garnison où son père était stationné, jusqu'à l'âge de huit ans. Par la suite, ses parents s'établirent à Philadelphie, en Pennsylvanie. Watts commença à étudier le violon à l'âge de quatre ans. À six ans, il décida que le piano était son instrument de prédilection. Sa mère, également pianiste, lui dispensa ses premières leçons.

Comme beaucoup d'enfants, Watts n'aimait pas pratiquer. Pour l'encourager, sa mère lui raconta les histoires des musiciens de son pays, comme le pianiste compositeur Franz Liszt, en insistant sur le fait que Liszt dut pratiquer assidûment. Liszt devint rapidement le héros de Watts, et il adopta son style théâtral.

En 1962, Herman and Maria divorcèrent, et Watts resta avec sa mère. Il reconnaît aujourd'hui que Maria influença fortement son éducation. Travaillant comme secrétaire puis comme réceptionniste, elle parvint à assurer l'entretien de leurs deux personnes et la poursuite de l'apprentissage musical de son fils. Watts put ainsi s'inscrire au conservatoire de musique de Philadelphie (Philadelphia Academy of Music), où il étudia avec Genia Robinor, Doris Bawden, et Clement Petrillo. Il acheva ses études au conservatoire en juin 1963. Il participa à son premier concours à l'âge de neuf ans, en compétition avec une quarantaine d'autres enfants et avec comme enjeu, l'occasion de pouvoir jouer dans les concerts pour enfants avec l'orchestre de Philadelphie. Il remporta le premier prix en jouant un concerto pour piano de Joseph Haydn.

Dès l'âge de dix ans, Watts joua le concerto en sol mineur Felix Mendelssohn avec l'orchestre de Robin Hood Dell. À l'âge de quatorze ans, il joua de nouveau avec l'orchestre de Philadelphie les Variations symphoniques de César Franck. À seize ans, il auditionna au Carnegie Recital Hall. Il joua le concerto n°1, en mi bémol majeur de son héros Franz Liszt avec le New York Philharmonic au Lincoln Center, dirigé par le célèbre Leonard Bernstein. Une émission des « Young People's Concert » fut enregistrée et diffusée sur CBS, le 15 janvier 1963. Bernstein présenta le jeune pianiste à l'ensemble du continent nord-américain.

Trois semaines plus tard, Bernstein demanda à Watts de remplacer au pied levé Glenn Gould souffrant, pour un concert avec l'Orchestre philharmonique de New York le 1er janvier 1963. Watts joua de nouveau le concerto n°1 de Liszt, faisant la une des journaux internationaux et obtenant un contrat pour enregistrer avec les disques Columbia. Quand il acheva la cadence finale, l'orchestre entier se joignit à l'auditoire pour une ovation debout. Y compris les violonistes qui déposèrent leur archet pour l'applaudir. Watts fut ainsi invité à enregistrer l'album intitulé « The Exciting Debut of André Watts ».

À la suite de son diplôme, Watts s'inscrivit au Peabody Institute de Baltimore, où il étudia à temps partiel pour une licence de musique. Il obtint son diplôme en 1972. L'année suivante, il apparut au stade Lewisohn de New York pour un concert avec Seiji Ozawa, le chef d'orchestre japonais, et le New York Philharmonic, où il joua le Concerto n° 2 en sol mineur de Camille Saint-Saëns. En septembre 1963, il joua de nouveau le concerto de Liszt à l'Hollywood Bowl. Il ouvrit en 1964-65 la saison du National Symphony Orchestra de Washington, D.C., où il interpréta le concerto de Saint-Saëns. Il revint à New York en janvier 1965 pour y jouer le Concerto pour piano n° 2 en fa mineur de Chopin. Watts fit ses débuts européens dans un concert londonien avec le London Symphony Orchestra en juin 1966.

Le jour de son 21e anniversaire, Watts signa un contrat exclusif avec CBS Records. À partir de 1969, son agenda de concert est plein et toute réservation supplémentaire doit être faite trois ans à l'avance. Il atteint le nombre de 150 concerts par an à partir de 1970 et il est en tournée huit mois sur douze... À l'âge de 30 ans, il célébra sa dixième apparition successive dans la « Lincoln Center's Great Performance Series » à l'Avery Fisher Hall en 1976.

Premier artiste classique à avoir fait ses débuts à la télévision nationale, les producteurs considérèrent comme logique de lui dédier le premier récital solo télévisé. Le concert fut transmis en direct un dimanche après-midi de 1976.

Watts tint toutes ses promesse après ses débuts précoces, fait relativement rare parmi les enfants prodiges. En 1964 la « National Academy of Recording Artists and Sciences » le récompensa par un Grammy Award et en février 1973, il fut choisi comme Musicien du mois par l'association « Musical America ». Parmi les autres récompenses, figurent un diplôme de docteur honoraire des universités Albright et Yale, l'ordre du Zaïre, et une médaille de « University of the Arts » de Philadelphie.

Watts continue de figurer parmi les musiciens très demandés et joue sur les scènes les plus prestigieuses avec les plus grands orchestres et chefs d'orchestre.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]