André Nzapayeké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Nzapayeké
Fonctions
22e Premier ministre centrafricain
27 janvier 201410 août 2014
(6 mois et 14 jours)
Président Catherine Samba-Panza
Prédécesseur Nicolas Tiangaye
Successeur Mahamat Kamoun
Vice-président de la Banque de développement des États de l'Afrique centrale
En fonction depuis le novembre 2012
Biographie
Date de naissance 20 août 1951 (63 ans)
Lieu de naissance Bangassou
(Afrique-Équatoriale française)
Parti politique Indépendant
Profession Banquier

André Nzapayeké
Premiers ministres centrafricains

André Nzapayeké, né le 20 août 1951 à Bangassou (alors en Oubangui-Chari, Afrique-Équatoriale française)[1] est un banquier et spécialiste du développement rural centrafricain, Premier ministre du 27 janvier au 10 août 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du sud-est de la Centrafrique et de confession chrétienne[2], André Nzapayeké suit des études aux Pays-Bas[1] puis travaille en Centrafrique dans le secteur du développement, sillonnant pour cela de nombreux villages du pays[1]. Plus tard, il crée un bureau d'études, la Cossocim, et enseignera également à l'université[1]. Il est brièvement ministre du Développement rural[1].

Il va démarrer une carrière dans différents organismes et banques internationales comme la Banque mondiale, les Nations unies ou la Coopération luxembourgeoise. Il travaille ensuite à la Banque africaine de développement, dont il sera administrateur pour l'Afrique centrale[1] et vice-président de 2010 à 2012[2]. Au sein de cette banque, il travaille sur l'application des accords de paix entre les différentes parties lors du conflit au Soudan[1]. Depuis novembre 2012, il est vice-président de la Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC).

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Le 25 janvier 2014, il est nommé Premier ministre par Catherine Samba-Panza, chef de l'État de transition[3], confirmant le choix de celle-ci d'une personnalité non partisane avec un profil technocrate[1]. Il est investi dans ses fonctions deux jours plus tard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]