Amélie de Solms-Braunfels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d' Amélie de Solms-Braunfels par Gerrit van Honthorst.

Amélie de Solms-Braunfels (en allemand: Amalia von Solms-Braunfels) (31 août 1602, Braunfels - 8 septembre 1675, La Haye) est princesse consort et régente des Pays-Bas. Elle est l'épouse du prince d'Orange Frédéric-Henri d'Orange-Nassau. Elle est la fille du comte Jean Albert Ier de Solms-Braunfels et Agnès de Sayn-Wittgenstein.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Amélie passe son enfance dans le château familial de Braunfels en Allemagne. Elle fait partie du proche entourage d'Élisabeth de Bohême, l'épouse de Frédéric V, l'électeur Palatin. Amélie accompagne Elisabeth dans son exil à La Haye aux Pays-Bas, alors que son époux Frédéric est défait par Ferdinand II et le Saint-Empire. Le prince Maurice d'Orange-Nassau leur donne l'asile en 1621.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

En 1625, Amélie de Solms-Braunfels épouse le prince d'Orange Frédéric-Henri d'Orange-Nassau.

Neuf enfants sont nés de cette union, dont cinq atteignent l'âge adulte ;

Princesse consort des Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Lorsque Frédéric-Henri devient stathouder à la mort de son demi-frère Maurice, son influence et celle de son épouse croissent substantiellement. Ensemble, ils sont les artisans du développement de la cour princière à La Haye. Ils font construire plusieurs palais, dont celui de Huis ten Bosch. Amélie est réputée comme étant une grande collectionneuse d'art. Elle est perçue comme intelligente, arrogante et ambitieuse. Elle fut l'instigatrice principale de plusieurs mariages royaux, tels que celui de Guillaume II d'Orange-Nassau avec la princesse royale d'Angleterre et d'Écosse Marie Henriette Stuart et celui de ses filles avec des princes de l'Empire germanique. Elle a également une grande influence sur la politique, comme conseillère de son époux. Lorsque ce dernier tombe malade en 1640, elle participe ouvertement à la politique intérieure et extérieure de son pays en recevant par exemple des diplomates. Elle est considérée comme un acteur principal ayant œuvré au succès du traité de Westphalie en 1648. Comme marque de reconnaissance, le roi d'Espagne Philippe V lui octroie le domaine de Turnhout en région flamande dans la province d'Anvers.

Régente des Pays-Bas[modifier | modifier le code]

À la mort de son époux Frédéric-Henri, elle assure la régence et s'occupe de l'accession au pouvoir de son petit-fils Guillaume III, prince d'Orange qui deviendra également roi d'Angleterre.

Références[modifier | modifier le code]