Alphonse-Louis du Plessis de Richelieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alphonse-Louis
du Plessis de Richelieu
Image illustrative de l'article Alphonse-Louis du Plessis de Richelieu
Biographie
Naissance 1582
Paris
Décès 23 mars 1653 (à 71 ans)
Lyon
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
19 novembre 1629
Par le pape Urbain VIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de la Trinité-des-Monts
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 21 juin 1626
Par Mgr Guillaume d'Hugues
Archevêque de Lyon.
Archevêque d'Aix-en-Provence

Orn ext Grand Aumonier 2.svg
Blason Haroué 54.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Alphonse Louis du Plessis de Richelieu, né à Paris en 1582 et mort à Lyon le 23 mars 1653, était le frère aîné de Armand Jean du Plessis, plus connu sous le nom du cardinal de Richelieu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de François du Plessis de Richelieu.

C'est à lui que fut donné dès son enfance l'évêché de Luçon, mais il refusa d'être consacré et se démit de sa charge en faveur de son frère. Il se retira alors chez les Chartreux en 1605. Sur l'insistance du cardinal de Richelieu, il fut nommé archevêque d'Aix-en-Provence, le 6 décembre 1625, puis archevêque de Lyon, en septembre 1628. Il fut créé cardinal, le 19 novembre 1629, puis nommé grand aumônier de France en 1631. De 1632 à 1653, il fut abbé de Saint-Étienne de Caen. Il mourut à Lyon en 1653 d'hydropisie.

Le frère du grand cardinal était un homme bon. Il fit de grands changements durant son archiépiscopat à Aix et son cardinalat à Lyon. Son comportement durant la grande peste de Lyon fut héroïque. Son seul vice connu fut le chocolat, qu'il prenait contre « les vapeurs de la rate et la mauvaise humeur ».

Il demeurera inconsolable de la perte de son frère en 1642. Tout comme Armand du Plessis, cardinal de Richelieu, Alphonse fut grand recteur de la Sorbonne à la suite de son cadet. Son mérite fut reconnu.

Après la mort d'Armand Jean du Plessis de Richelieu, un long procès l'opposa au conseiller Pierre Payen pour le titre de prieur de la Charité-sur-Loire que son frère lui avait octroyé aux dépens de Payen. Privé de la protection du puissant ministre, Alphonse du Plessis de Richelieu perdit ce procès.

Oublié par l'histoire, il fut pourtant un grand ambassadeur de France à Rome. Mais sa bonté et sa modestie l'effaceront face au génie de son frère.

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'argent, à trois chevrons de gueules[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Popoff 1996, p. 34.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chronologies[modifier | modifier le code]