Alan Freed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Freed.
Alan Freed

Alan Freed, né le à Johnstown en Pennsylvanie et mort le à Palm Springs en Californie, est un disc-jockey radio qui joua un rôle majeur dans la promotion du rock 'n' roll et du rhythm and blues dans les années 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Alan Freed débute sa carrière radio comme commentateur sportif à WKST à New Castle en Pennsylvanie, puis devient directeur des programmes sur WKBN à Youngstown dans l'Ohio, puis WIBE à Philadelphie. Ces performances sur ces stations locales lui permettent de rejoindre WAKR à Akron dans l'Ohio puis WKEL à Cleveland en tant qu'animateur.

Il rejoint WJW en 1951, où il anime un programme de soirée : Moondog's Rock'n'Roll Party. C'est la première diffusion du rock 'n' roll à une large audience. Alan Freed trouve son nom au rock 'n' roll en reprenant une expression en usage depuis les années 1930 dans certaines chansons de rhythm and blues et qui signifie en argot « dancer » ou « faire l'amour »[1].

Il organise dès 1952 les premiers concerts d'artistes noirs. Alan Freed est le premier DJ blanc à soutenir avec force des artistes noirs jouant la « musique du diable ». La grande station new-yorkaise fait un pont d'or à Alan Freed en 1954. Freed anime alors ses programmes en direct du Paramount Theater de Brooklyn. Freed passe ensuite chez WABC.

Freed fait également l'acteur dans quelques films traitant des débuts du rock 'n' roll aux côtés de ses amis musiciens. Citons Rock Around the Clock (1956), Rock, Rock, Rock (1956), Mr. Rock and Roll (1957), Don't Knock the Rock (1957) et Go, Johnny Go! (1959).

La bonne société américaine en fait son ennemi numéro 1, mais Alan Freed s'avère longtemps intouchable en raison de sa popularité, sans égal dans le monde de la radio. À l'image du mouvement rock qui « meurt » en 1959, Alan Freed est renvoyé de chez WABC.

La carrière médiatique de Freed ne se limite pas à la radio, et la télévision utilise également ses talents. En 1957, son show télé est annulé quand le chanteur noir Frankie Lymon est filmé dansant avec une femme blanche.

Il signe également quelques textes de chansons pour Chuck Berry notamment.

Suite au scandale de la Payola, Alan Freed est totalement discrédité par une bonne société américaine qui tenait, enfin, sa revanche. Le procès se tint en et Alan Freed préféra plaider coupable, héritant d'une amende formelle de 300 dollars. Fin 1964, de nouvelles attaques fusent concernant la fiscalité de Freed, alors à l'hôpital. Il décède le .

Alan Freed est considéré aujourd'hui comme l'un des plus importants DJ radio du XXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Dawn of Rock 'n Roll - Morgan Wright's HoyHoy.com