Adrien Ysenbrandt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adrien Ysenbrandt ou Isenbrant

Naissance vers 1490
Peut être Haarlem
Décès juillet 1551
Bruges
Activités peintre
Maîtres Gerard David
Vierge à l'enfant attribuée à Adrien Ysenbrandt Bibliothèque Huntington.

Adriaen Ysenbrandt ou Adrien, Isenbrant, Ysenbrant, Ysenbrandt ou Hysebrant (entre 1480 et 1490 - , Bruges), est un peintre de la Renaissance flamande. Un corpus d'œuvres lui a été attribué en 1902 par Hulin de Loo[1] et en 1933 par Max Friedländer[2]. Pour certains historiens de l'art[Qui ?], il avait un grand atelier spécialisé dans les sujets religieux et les peintures de dévotion, peignant selon la technique des peintres primitifs flamands. Il est considéré par Hulin de Loo comme le maître anonyme de la Vierge des Sept Douleurs.

On trouve mention d'Adrien Ysenbrandt en 1510 lorsqu'il entre dans la guilde des peintres de Bruges. Dans sa notice nécrologique de 1551, il est mentionné qu'il a reçu le titre honorifique de meester, ce qui témoigne d'une carrière prolifique, parallèlement à des postes d'importance au sein de la guilde.

En 1520, il participe à la création des décors de l'Entrée triomphale de l'empereur Charles Quint à Bruges. Toutefois, ses œuvres ne sont pas signées, ce qui rend difficile l'attribution de sa production. Antonius Sanderus souligne cependant qu'il a été l'élève de Gérard David et louange la maîtrise de l'artiste dans le rendu des visages.

Œuvres présumées[modifier | modifier le code]

Vierge des Sept Douleurs, attribué à Isenbrant

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bruges 1902 : exposition de tableaux flamands des XIVe siècle, XVe siècle et XVIe siècle, catalogue critique, Gand, 1902
  2. Die altniederländische Malerei Berlin, 1933
  3. Robert Hooze, Musée des Beaux Arts de Gand, Musea Nostra,‎ 1995, p. 15
  4. François Daulte, La Collection Bentinck-Thyssen aux Musées de l’Etat du Grand-Duché de Luxembourg, Bibliothèque des Arts, Lausanne,‎ 1987, p. 4
  5. Vente Sotheby's
  6. Raphael Pic, « Fièvre flamande dans l’Espagne très Catholique », Muséart, no 53,‎ septembre 1995, p.90

Bibliographie[modifier | modifier le code]