Aéroport de Berlin-Schönefeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport de Berlin-Schönefeld
Flughafen Berlin-Schönefeld
Vue aérienne de Schönefeld
Vue aérienne de Schönefeld
Localisation
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Brandebourg
Ville Berlin
Date d'ouverture 1946
Coordonnées 52° 23′ 00″ N 13° 31′ 07″ E / 52.383333, 13.51861152° 23′ 00″ Nord 13° 31′ 07″ Est / 52.383333, 13.518611  
Altitude 48 m (157 ft)

Géolocalisation sur la carte : Berlin

(Voir situation sur carte : Berlin)
Aéroport de Berlin-Schönefeld

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Aéroport de Berlin-Schönefeld
Pistes
Direction Longueur Surface
07R/25L 3 000 m (9 843 ft) asphalte
07L/25R 2 710 m (8 891 ft) asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA SXF
Code OACI EDDB
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Berliner Flughafen GmbH

L'aéroport de Berlin-Schönefeld (code AITA : SXF • code OACI : EDDB), ouvert en 1946, est, en nombre de passagers, le 2e aéroport de Berlin, et le seul à se trouver à l'extérieur du Land berlinois, puisqu'il se situe à la limite sud de la ville, à Schönefeld dans le Brandebourg.

Principal aéroport du temps de la RDA, il desservait la partie orientale de la capitale allemande, et connaît aujourd'hui une forte croissance.

Projet d'extension[modifier | modifier le code]

Plan du site avec le nouveau terminal

Un nouveau terminal de 970 hectares destiné à recevoir 27 millions de passagers aurait dû être achevé en 2012[1]. Ce projet, estimé à 2 milliards d'euros, doit permettre à Schönefeld de devenir le principal, puis l'unique aéroport de Berlin, après la fermeture de celui de Tegel. L'aéroport sera rebaptisé aéroport de Berlin-Brandenburg. Cependant, son ouverture a été repoussée à plusieurs reprises. Son inauguration était prévue pour le 27 octobre 2013, mais la date d'ouverture est actuellement reportée à 2017 à cause d'une multitude de problèmes techniques. L’ancienne aérogare n’a pas cessé de fonctionner pendant les travaux et a accueilli des compagnies aériennes à bas coût.

Sa situation extérieure à la ville limitera l'impact de la pollution et des nuisances sonores. Un projet d'agrandissement devrait aboutir avant 2030 et permettre le transport de 50 millions de passagers par an, hissant Berlin à un niveau comparable aux grandes capitales européennes.

De plus, une gare souterraine avec 6 quais devrait voir le jour, dont deux pour les trains régionaux et quatre pour les trains à grande vitesse (ICE).

Accès[modifier | modifier le code]

Chiffres[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre de passagers (en milliers)[modifier | modifier le code]

1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999
1 070 1 447 1 572 1 804 1 862 1 766 1 870 1 876 1 861
+35,23 % +11,68 % +21,68 % +5,42 % -8,97 % +9,72 % +0,56 % -1,40 %
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
2 134 1 851 1 615 1 634 3 325 5 075 6 059 6 631 6 638
+25,51 % -26,45 % -22,06 % +1,78 % +158,04 % +50,1 % +19,4 % +4,5 % +6,8 %

Autres données[modifier | modifier le code]

  • 62 089 mouvements d'avions en 2005.
  • 67 702 mouvements d'avions en 2006.
  • 66 392 mouvements d'avions en 2007.
  • 68 771 mouvements d'avions en 2008.
  • 80 % des passagers volent sur une compagnie low-cost, principalement easyJet grâce à son hub.

Accident[modifier | modifier le code]

Le 12 décembre 1986, un Tupolev Tu-134 parti de Minsk s'est écrasé au sol peu avant son atterrissage. Les 72 passagers, dont 20 écoliers, y trouvèrent la mort[2],[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Patrick Saint-Paul, « Un aéroport pour faire décoller Berlin », sur Le Figaro,‎ 7 juillet 2011 (consulté le 26 décembre 2012)
  2. Cf. (de) Uta Keseling, « Absturz einer Tupolew bei Berlin - eine Katastrophe und viele Lügen », Berliner Morgenpost, no 16 décembre 2007,‎ 2007 (lire en ligne)
  3. Cf. Jens Blankennagel, « Gedenken an den Absturz vor 25 Jahren », Berliner Morgenpost, no 11 décembre 2011,‎ 2011 (lire en ligne)