Île de Gorgone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 25′ 45″ N 9° 53′ 57″ E / 43.42917, 9.89917 () L'île de Gorgone (en italien Gorgona) est l'île la plus septentrionale de l'archipel toscan, en mer Ligure.

Gorgona, au nord de l'archipel Toscan
L'île de Gorgone vue de la côte italienne

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la commune de Livourne, à 20 milles au large de la ville, l'île de Gorgone est la plus petite de l'archipel toscan avec ses 220 ha.

L'île fait partie du Parc National de l'archipel toscan, créé pour protéger ces îles au milieu naturel d'une grande valeur culturelle et scientifique. L'île de Gorgone est vallonnée et sa végétation est principalement constituée d'un maquis méditerranéen typique. Le long du littoral, on rencontre de nombreuses baies comme la Costa dei Gabiani (Côte des Mouettes) ou encore la Cala Sirocco (Baie Sirocco) où s'ouvre la Grotta del Bue Marino (Grotte du Bœuf Marin), ancien refuge de phoques moines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur l'île se trouvent deux belles forteresses : la Medicea et la Pisana. Villa Margherita, située plus en altitude, est construite sur les restes d'anciennes installations étrusques et romaines.

L'apparition des Sarrazins sur les côtes de France dès le commencement du VIIIe siècle avait créé une peur certaine chez les religieux de l'île. Vers 759, l'île étant sérieusement menacée, les moines du couvent de la Gorgona dont dépendaient les couvents insulaires, allèrent chercher les reliques de sainte Julie aux environs de Nonza, en Corse, après le martyre de la jeune fille au IVe siècle ou Ve siècle. Ils l'ensevelirent dans leur monastère puis, plus tard, emportèrent ses restes à Brescia, à partir d'où son culte se répandit dans tout le nord de l'Italie.

« Ejus (Sanctæ Juliæ) corpus, occupata Corsica a Saracenis, translatum fuit in insulam Marmaricam, quæ et Gorgona dicitur, cum multis reliqulis sanctorum ; deinde in Brixiam ubi cum multa veneratione habetur ». Passage de Marangone, p. 19, cité par Mgr Foata, (Paul-Matthieu de La Foata, nommé évêque d'Ajaccio le 21 août 1877, décédé le 3 janvier 1899, auteur de Recherches et notes diverses sur l'histoire de l'Église en Corse)[1].

Une partie du territoire est occupée par un centre de détention pénale créé en 1869 comme une extension de celui de Pianosa (aujourd'hui fermé) et accueillant environ 80 condamnés à de longues peines et une trentaine de gardien.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Le corps de celle-ci [Sainte Julie], comme la Corse était occupée par les Sarrasins, fut transporté dans une île marmarique qu'on appelle Gorgone avec plusieurs autres reliques de saints ; puis à Brescia où elle fut l'objet d'une grande vénération." Xavier Poli - La Corse dans l'Antiquité et le Haut Moyen Âge Lib. A.Fontemoing Paris 1907

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]