Élection générale québécoise de 1908

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1904 Drapeau du Québec 1912 Suivant
Élection générale
québécoise de 1908
8 juin 1908
Postes à élire  74 députés
Lomer Gouin, 2nd in 1910.png
PLQ – Lomer Gouin
  
53,53 %
Sièges obtenus 57
Pierre-Évariste Leblanc.png
CON – Pierre-Évariste Leblanc
  
39,92 %
Sièges obtenus 14
No flag.svg
LNC
  
2,57 %
Sièges obtenus 3
Gouvernement
Diagramme
Premier ministre
Sortant
Élu

L'élection générale québécoise de 1908 se déroule le 8 juin 1908 afin d'élire à l'Assemblée législative de la province du Québec (Canada) les députés de la 12e législature. Le Parti libéral du Québec, au pouvoir et dirigé par le premier ministre Lomer Gouin, est de nouveau reporté au pouvoir et forme un gouvernement majoritaire.

Contexte[modifier | modifier le code]

À la suite d'un mouvement d'opposition à l'intérieur de son parti, le premier ministre Simon-Napoléon Parent a démissionné le 21 mars 1905 et a été remplacé par Lomer Gouin. Du côté du Parti conservateur, le nouveau chef du parti, également choisi en 1905, est Pierre-Évariste Leblanc, qui succède à Edmund James Flynn.

Un nouveau parti est en lice lors de cette élection, soit la Ligue nationaliste canadienne d'Henri Bourassa.

Les conservateurs obtiennent un résultat légèrement meilleur qu'en 1904 mais ils sont loin de menacer les libéraux. Les nationalistes d'Henri Bourassa réalisent une bonne performance en faisant élire trois députés dont Bourassa lui-même, qui bat Lomer Gouin dans sa propre circonscription de Montréal. Cependant Gouin était également candidat dans Portneuf; il peut donc continuer à siéger à l'Assemblée.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

  • 6 mai 1908: Émission du bref d'élection.
  • 8 juin 1908: scrutin
  • 2 mars 1909: ouverture de la session.

Résultats[modifier | modifier le code]

Libéral Conservateur Ligue nationaliste
57 sièges 14 sièges 3 sièges
^
majorité

Résultats par parti politique[modifier | modifier le code]

élection précédente • Résultats de l'élection générale de 1908 • élection suivante
Partis Chef Candidats Sièges Voix
1904 diss. Élus +/- Nb  % +/-
     Libéral Lomer Gouin 74 67
-
57 -10 131 068 53,53 % -1,90 %
     Conservateur Pierre-Évariste Leblanc 62 7
-
14 +7 97 738 39,92 % +13,19 %
     Ligue nationaliste 3 0
-
3 +3 6 298 2,57 % 1,51 %
     Libéral indépendant 4
-
-
-
-
3 941 1,61 % -10,94 %
     Indépendant 8
-
-
-
-
5 787 2,36 %
-
Total 151 74 74   244 832 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 63,43 % et 3 577 bulletins ont été rejetés.
Il y avait 415 829 personnes inscrites sur la liste électorale pour l'élection,
toutefois seules 391 609 personnes avaient plus d'un candidat dans leur district.
Source : Pierre Drouilly, Statistiques électorales du Québec. 1867-1989, Québec,
Assemblée nationale du Québec,‎ 1990, 3e éd. (ISBN 2-551-12466-2)
.

Élus sans opposition : 6 libéraux

Résultats par circonscription[modifier | modifier le code]

     Argenteuil : William Alexander Weir (Parti libéral)
     Arthabaska : Paul Tourigny (Parti libéral)
     Bagot : Frederick Hector Daigneault (Parti libéral)
     Beauce : Arthur Godbout (Parti libéral)
     Beauharnois : Arthur Plante (Parti conservateur)
     Bellechasse : Adélard Turgeon (Parti libéral)[1]
     Berthier: Joseph Lafontaine (Parti libéral)
     Bonaventure : John Hall Kelly (Parti libéral)
     Brome : William Frederick Vilas (Parti libéral)
     Chambly : Maurice Perreault (Parti libéral)
     Champlain : Pierre-Calixte Neault (Parti libéral)
     Charlevoix : Pierre D'Auteuil (Parti conservateur)
     Châteauguay : Hospice Desrosiers (Parti conservateur) (Élection annulée)[2]
     Chicoutimi-Saguenay : Honoré Petit (Parti libéral)
     Compton : Allen Wright Giard (Parti conservateur)
     Deux-Montagnes : Arthur Sauvé (Parti conservateur)
     Dorchester : Alfred Morisset (Parti libéral)
     Drummond : Joseph Laferté (Parti libéral) (Élection annulée)[3]
     Gaspé : Louis-Joseph Lemieux (Parti libéral)
     Hochelaga : Jérémie-Louis Décarie (Parti libéral)[4]
     Huntingdon : William H. Walker (Parti libéral)
     Iberville : Joseph-Aldéric Benoît (Parti libéral)
     Iles-de-la-Madeleine : Louis-Albin Thériault (Parti libéral)
     Jacques-Cartier : Philémon Cousineau (Parti conservateur)
     Joliette : Joseph-Mathias Tellier (Parti conservateur)
     Kamouraska : Louis-Rodolphe Roy (Parti libéral)
     Lac-Saint-Jean : Théodore-Louis-Antoine Broët (Parti libéral)[5]
     La Prairie : Ésioff-Léon Patenaude (Parti conservateur)
     L'Assomption : Walter Reed (Parti libéral)
     Laval : Joseph-Wenceslas Lévesque (Parti libéral) (Élection annulée)[6]
     Lévis : Jean-Cléophas Blouin (Parti libéral)
     L'Islet : Joseph-Édouard Caron (Parti libéral)
     Lotbinière : Joseph-Napoléon Francoeur (Parti libéral)
     Maskinongé : Georges Lafontaine (Parti conservateur)
     Matane :Donat Caron (Parti libéral)
     Mégantic : David Henry Pennington (Parti conservateur)
     Missisquoi : Jean-Baptiste Gosselin (Parti libéral)
     Montcalm : Joseph Sylvestre (Parti conservateur)
     Montmagny : Armand Lavergne (Ligue nationaliste)
     Montmorency : Louis-Alexandre Taschereau (Parti libéral)
     Montréal no 1 : Georges-Albini Lacombe (Parti libéral)[7]
     Montréal no 2 : Henri Bourassa (Ligue nationaliste)[8]
     Montréal no 3 : Godfroy Langlois (Parti libéral)
     Montréal no 4 : John Thomas Finnie (Parti libéral)
     Montréal no 5 : Charles Ernest Gault (Parti conservateur)
     Montréal no 6 : Denis Tansey (Parti conservateur) (Élection annulée)[9]
     Napierville : Cyprien Dorris (Parti libéral)
     Nicolet : Charles Ramsay Devlin (Parti libéral)
     Ottawa : Ferdinand-Ambroise Gendron (Parti libéral)
     Pontiac : Tancrède-Charles Gaboury (Parti libéral)
     Portneuf : Lomer Gouin (Parti libéral)
     Québec-Centre : Amédée Robitaille (Parti libéral)[10]
     Québec-Comté : Cyrille Fraser Delâge (Parti libéral)
     Québec-Est : Louis-Alfred Létourneau (Parti libéral)
     Québec-Ouest : John Charles Kaine (Parti libéral)
     Richelieu : Louis-Pierre-Paul Cardin (Parti libéral)
     Richmond : Peter Samuel George Mackenzie (Parti libéral)
     Rimouski : Pierre-Émile D'Anjou (Parti libéral)
     Rouville : Alfred Girard (Parti libéral)[11]
     Saint-Hyacinthe : Henri Bourassa (Ligue nationaliste)[8]
     Saint-Jean : Gabriel Marchand (Parti libéral)
     Saint-Maurice : Georges-Isidore Delisle (Parti libéral)
     Saint-Sauveur : Charles-Eugène Côté (Parti libéral)
     Shefford : Ludger-Pierre Bernard (Parti conservateur)
     Sherbrooke : Joseph-Pantaléon Pelletier (Parti libéral)
     Soulanges : Joseph-Octave Mousseau (Parti libéral)
     Stanstead : Prosper-Alfred Bissonnet (Parti libéral)
     Témiscouata : Napoléon Dion (Parti libéral)
     Terrebonne : Jean Prévost (Parti libéral)
     Trois-Rivières : Joseph-Adolphe Tessier (Parti libéral)
     Vaudreuil : Hormisdas Pilon (Parti libéral)
     Verchères : Amédée Geoffrion (Parti libéral)
     Wolfe : Napoléon-Pierre Tanguay (Parti libéral)
     Yamaska : Édouard Ouellette (Parti libéral)


Tableau groupant les photos des membres de la législature du Québec en 1909. Les photos des députés à l'Assemblée législative sont dans la partie inférieure de l'image, celles des membres du Conseil législatif sont dans la partie supérieure et celles des ministres sont au centre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adélard Turgeon, réélu dans Bellechasse, est nommé au Conseil législatif et son siège de député devient alors vacant vers le 21 janvier 1909 (réf. : notification à l'Assemblée législative, 2 mars 1909), avant le début des travaux de la législature, qui ne commencent que le 2 mars 1909. Une élection partielle est tenue. Antonin Galipeault, candidat du Parti libéral, y est élu sans opposition (réf. : Les résultats électoraux depuis 1867, Bellechasse) le 2 février 1909 (réf. : Antonin Galipeault (1879-1971), biographie).
  2. Dans Châteauguay, l'élection du 8 juin 1908 est déclarée nulle et sans effet le 13 novembre 1908 par la Cour supérieure, siégeant comme Cour de révision (réf. : rapport à l'Assemblée législative le 2 mars 1909). Une élection partielle y est tenue le 28 décembre 1908. Honoré Mercier (fils), candidat du Parti libéral, y est élu (réf. : Les résultats électoraux depuis 1867, Châteauguay).
  3. Dans Drummond, l'élection du 8 juin 1908 est annulée par le tribunal le 31 décembre 1909 (réf. : Les élections annulées). Une élection partielle y est tenue le 5 mars 1910. Jules Allard y est le candidat du Parti libéral et y est élu ( réf. : Les résultats électoraux depuis 1867, Drummond).
  4. Nommé ministre de l'Agriculture, Jérémie-Louis Décarie démissionne comme député d'Hochelaga pour se représenter, comme le veut l'usage. Une élection partielle est tenue. Décarie est réélu à l'élection partielle.
  5. Théodore-Louis-Antoine Broët, élu dans Lac-Saint-Jean, meurt le 14 septembre 1908 et n'a donc jamais siégé à l'Assemblée [1], dont les travaux reprennent le 2 mars 1909. Une élection partielle est tenue. Jean-Baptiste Carbonneau, du Parti libéral, est le seul candidat à s'y présenter et il est déclaré élu sans opposition Les résultats électoraux depuis 1867, Lac-Saint-Jean) le 14 octobre 1908.
  6. Dans Laval, l'élection du 8 juin 1908 est déclarée nulle et sans effet le 19 novembre 1908 par la Cour supérieure, siégeant comme Cour de révision (réf. : rapport à l'Assemblée législative le 2 mars 1909). Une élection partielle y est tenue le 28 décembre 1908. Joseph-Wenceslas Lévesque y est de nouveau le candidat du Parti libéral et est élu [2].
  7. Georges-Albini Lacombe, réélu dans Montréal no 1, est nommé registrateur conjoint de la division d'Hochelaga et Jacques-Cartier le 5 octobre 1908 et son siège de député devient alors vacant. Il n'a donc pas siégé à cette législature. Une élection partielle est tenue. Napoléon Séguin, du Parti libéral, est le seul candidat à s'y présenter et il est déclaré élu sans opposition [3] le 21 décembre 1908.
  8. a et b Lors de l'élection du 8 juin 1908, Lomer Gouin et Henri Bourassa étaient chacun candidats dans deux districts à la fois, comme cela pouvait se faire à cette époque. Henri Bourassa était candidat dans Montréal no 2 et dans Saint-Hyacinthe. Il gagna dans ces deux districts [4], [5]. Il choisit de conserver le district de Saint-Hyacinthe. Une élection partielle fut tenue dans le district Montréal no 2 le 12 novembre 1909. Clément Robillard, candidat du Parti libéral, y fut élu.
  9. Dans Montréal no 6, l'élection du 8 juin 1908 est déclarée nulle et sans effet 13 novembre 1908 par la Cour supérieure, siégeant comme Cour de révision (réf. : rapport à l'Assemblée législative le 2 mars 1909). Une élection partielle y est tenue le 28 décembre 1908. Michael James Walsh, candidat du Parti libéral, y est élu [6].
  10. Élection partielle : Eugène Leclerc.
  11. Alfred Girard, réélu dans Rouville, est nommé protonotaire à la Cour supérieure à Montréal le 5 octobre 1908 et son siège de député devient alors vacant. Il n'a donc pas siégé à cette législature. Une élection partielle est tenue le 26 octobre 1908. Joseph-Edmond Robert, candidat du Parti libéral, y est élu [7].

Sources[modifier | modifier le code]