À part ça tout va bien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le logo du projet À part ça tout va bien
Le logo À part ça tout va bien

À part ça tout va bien est un projet audiovisuel qui a pour objectif de réaliser et diffuser des vidéos humoristiques sur le thème de l'Islam. Il vise à faire réfléchir, par le biais de l'humour, sur la pratique de la religion et les préjugés qu'elle peut susciter.

Projet[modifier | modifier le code]

Créé le 21 octobre 2008 par Zangro, le projet Apartcatoutvabien.com est porté par l'association À part ça tout va bien. Les courts-métrages et les web-séries réalisés sont diffusées principalement via le site Internet[1] du projet.

Zangro est réalisateur des vidéos, l'acteur et humoriste Hassan Zahi[2] est coauteur des sketches et responsable de la communication. Le webmastering est assuré par Matthieu Bué, assisté de Dimitri Basset.

Publication audiovisuelles[modifier | modifier le code]

À part ça tout va bien publie des sketches et des web-séries audiovisuelles.

Inspirées de la série canadienne La Petite Mosquée dans la prairie, ces sketches abordent « les crispations propres à la République française, tiraillée entre islamophobie et repli communautaire »[3]. Le « vivre-ensemble » est la question principale sur laquelle travaille l'équipe dans ces sketches, la web-série Islam School Welkoum[4],[5], tournée à Marrakech[6], et plus récemment, la vidéo Sweet Home[7], tournée à Chicago.

Partenariat[modifier | modifier le code]

Ce projet a reçu le soutien de partenaires économiques étatiques (l'ACSE, l'ambassade et le consulat des États-Unis) et privés (SaphirNews[8]).

Accueil du public[modifier | modifier le code]

À part ça tout va bien revendique plus de 10 millions de vidéos regardées. Une partie de la communauté musulmane de France (Jeunes Musulmans de France, SalamNews[9], Association des Musulmans de Gironde, porte-parole de la Mosquée de Genève...) dit s'identifier aux problématiques que ces courts-métrages soulèvent et en apprécier l'autodérision.

Plus généralement, le projet est apprécié par un public multi-confessionnel et la presse écrite nationale et internationale (Le Nouvel Observateur[10], L'Express, Le Courrier de l'Atlas[11], Sud-Ouest[12], 20 minutes, Veja[13]...) et télévisuelle (M6, France 3, France 5, TSR[14], TV5 Monde...) s'en est fait l'écho.

L'Université de Sociologie de Bordeaux[pas clair][15] s'intéresse également à ce projet et diffuse ses sketches dans les universités pour ouvrir au débat sur la citoyenneté[pas clair].

Enjeu[modifier | modifier le code]

La tension entre diversité et identité est au centre du projet : qu'est-ce qu'être français ? Peut-on être français avec des différences ? L'Islam semblerait être le sujet qui alimente le plus de crispations parce qu'il serait révélateur de ces points de différences et d'une certaine limite de l'acceptation de l'autre.

Selon le réalisateur Zangro, « derrière cette question d'Islam, on voit resurgir une guerre d'Algérie mal digérée, un colonialisme qui n'avait pas été assez regardé en face… Elle pose cet enjeu de l'avenir de la nation française qui s'est posé au Québec avec les accommodements raisonnables ». Il a choisi l'axe de la comédie, non pas dans le but de provoquer, mais pour « permettre un rire libérateur face à des sujets d'actualité qui restent tabous en France »[3]. « Il ne faut jamais oublier les vertus thérapeutiques d'une bonne poilade, et que l'autodérision est non seulement possible mais en cours chez les musulmans de France. Aller là où ça grince et servir de soupape libératoire face à l'agressivité latente »[16]. Décrisper et apaiser les tensions par le rire, d'après Zangro, l'humour est un moyen efficace d'œuvrer pour le « vivre-ensemble ». Le terme de « comédie islamique » est un oxymore marketing qui joue sur les mots pour déclencher l'intérêt et faire connaître le site.

Ces sketches ne prétendent pas juger du caractère positif ou négatif des pratiques religieuses, mais ce qui se joue derrière, et que les sociologues appellent la « francicité » : le fait d'être, de se sentir, de devenir Français. Éric Macé, sociologue à l'Université Bordeaux 2, explique ainsi qu'« en France, on est toujours sur la question "comment les communautés peuvent-elles s'intégrer ?" sans vraiment poser la question "comment vivre ensemble" ? ». La France se situe à un moment charnière où elle doit choisir entre le modèle anglo-saxon multiculturaliste et le modèle du vivre ensemble absolu. Les spécialistes estiment que ce ne sera ni l'un ni l'autre et ne savent pas quel chemin va prendre la France, pays européen qui compte le plus de musulmans. S'il y a tant de crispations actuellement, c'est parce qu'il y a un avenir à définir, c'est sur cette problématiques que travaille À part ça tout va bien »[17].

Leurs sketches ne caricaturent pas seulement les musulmans « ultrarigoristes », mais aussi les laïcistes énervés. « Ce genre de séries peut faire évoluer les comportements », pense Mohammed Colin, fondateur de SaphirNews.com. « Quand on a testé les épisodes pilotes individuellement, les gens étaient pliés de rire. En groupe, ils se sont montrés plus critiques, parce que les règles de la bienséance l'ont emporté. »[18].

« Ici, il n'y a pas de critique sur l'Islam lui-même, mais sur la manière qu'ont les musulmans de vivre cet Islam », explique Hafid Ouardiri, ancien porte-parole de la mosquée de Genève. « Les musulmans, enfin, commencent à porter un regard sur eux-mêmes, un regard avec la distance et la dérision nécessaire pour dénoncer ceux qui se sont octroyés un pouvoir religieux et spirituel pour assujettir les autres par le biais de l'ignorance. »[19]

Les vidéos[modifier | modifier le code]

Les vidéos produites par le projet sont diffusées gratuitement sur le site officiel.

Au 14 décembre 2010, les vidéos présentées sont les suivantes :

  • Le cousin
  • Le cousin : la suite
  • Le cousin : le bonus
  • Le côté obscur
  • La perle rare
  • Le jambon
  • Les nettoyeurs
  • La web-série Islam School Welkoum
    1. Welkoum
    2. La leçon
    3. Réflexion
    4. Le mariage
    5. Le grand Jihad
    6. L'inspection
    7. L'inspection, la suite
    8. Islam de France
  • Como a la televisión
  • Sweet Home
  • Le Corbeau

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Apartcatoutvabien.com, le site officiel du projet.
  2. Hassanpour100.com, le site Internet de Hassan Zahi et de son spectacle Hassan%.
  3. a et b Propos de Zangro, recueillis par Marion Guillot, La "comédie islamique" ne se fait pas prier, 20 minutes, 03/06/09.
  4. Hanan Ben Rhouma, Islam School Welkoum : quand les musulmans rient d'eux-mêmes, SaphirNews, 29/05/09.
  5. Après le site, la Web-série, Sud Ouest, édition Bordeaux Rive Droite, 01/06/09.
  6. La belle équipe au Maroc, Sud Ouest, 23/03/09.
  7. Yannick Delneste, Chicago blues à la mosquée, Sud Ouest, 25/08/2010
  8. A.A, Naissance de la comédie islamique, SaphirNews, 31/10/08.
  9. SalamNews, mensuel gratuit sur la culture musulmane.
  10. Isabelle Monnin, Les musulmans blagueurs, Le Nouvel Observateur, 13/11/08.
  11. Yann Barte, À part ça tout va bien, la comédie islamique qui flingue les clichés, Le Courrier de l'Atlas, n°22 édition de janvier 2009, p87.
  12. Yannick Delneste, Islam comedy club, Sud Ouest, 30/10/08.
  13. (pt) Antonio Ribeiro, Humor contra intolerância religiosa islâmica, Veja, 13/04/09.
  14. Le journal télévisé de 19h30, Une équipe de jeunes Français lancent une télévision sur internet, consacrée à l'Islam et à l'humour, TSR, 16/11/09.
  15. Département de Sociologie, Faculté des Sciences de l'Homme, Université Victor Segalen, Bordeaux 2.
  16. Marie Lemonnier, Islam d'en rire, Le Nouvel Observateur, 12/05/2010
  17. Propos recueillis par Yannick Delneste dans son article Les médias continuent à dramatiser l’islam, Sud Ouest, 04/09/09.
  18. Propos recueillis par Claire Chartier dans son article Les blagueurs d’Allah, L'Express, 03/09/09.
  19. Propos recueillis par Zian Marro dans son article Drôle d'islam, Nouvo.ch, 06/11/09.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]