Nabaztag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ztamp:s)
Un Nabaztag.

Le Nabaztag est un objet communicant en forme de lapin (« nabaztag », « նապաստակ », est un mot arménien qui peut être traduit par lapin ou « lièvre »[1]). Imaginé et créé par Rafi Haladjian et Olivier Mevel, il est lancé en juin 2005 puis sort en 2006 dans sa version avancée : le Nabaztag:tag[2]. Il est l’ancêtre des objets connectés et de l’Internet des objets, et le précurseur des haut-parleurs intelligents comme Alexa ou Google Home.

Il est à l'origine produit par la société française Violet, entreprise acquise par l'éditeur de jeux vidéo Mindscape en , puis reprise par Aldebaran Robotics en [3] avant de faire faillite en 2015.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le Nabaztag émet des messages vocaux ou lumineux et peut également remuer les oreilles.

Nabaztag[modifier | modifier le code]

  • Il mesure 23 cm de hauteur (16 cm sans les oreilles).
  • Il pèse 418 g.
  • Il se connecte à internet par Wi-Fi 802.11b/g.
  • Il consomme approximativement 7 watts en activité (lumières, haut-parleur et oreilles).
  • De nombreuses applications permettent de contrôler son Nabaztag sur les smartphones.

Pour diffuser des informations, il doit être connecté au Wi-Fi. Il est alors capable de lire à voix haute les courriers électroniques, de diffuser des informations, de la musique ou d'émettre des signaux visuels. Selon les préférences de l'utilisateur, il donne ainsi les titres des actualités via des flux RSS, la météo, la bourse, la qualité de l'air, le trafic routier du périphérique de Paris, l'arrivée de courriels[4], etc.

Nabaztag:tag[modifier | modifier le code]

Nabaztag:tag, reconnaissable à son « nombril ».

Reconnaissable à son « nombril » - un micro - cette version sortie en intègre la reconnaissance vocale et permet ainsi de détecter les bruits ambiants et de diffuser des messages vocaux. Ce modèle supporte le chiffrement WPA en plus du WEP et il est aussi capable de reconnaître des radio-étiquettes (ou RFID) présentes entre autres dans les objets connexes[4].

Certains livres pour enfants munis d'une radio-étiquette RFID identifiable par le Nabaztag:tag peuvent être lus par ce modèle. En , Violet a lancé avec Gallimard Jeunesse un premier livre muni d'une radio-étiquette lisible par un Nabaztag:tag, La Belle Lisse Poire du Prince de Motordu[5]. Violet a signé en 2008 des contrats similaires avec Nathan (édition)[6] et l'éditeur britannique Penguin Books avec certains livres de Ladybird Books[7].

Son hardware est plus puissant que celui du Nabaztag, avec un ARM à 6 Mips, 128 Ko de ROM pour le programme et 1 Mo de RAM. Il n'y a pas de mémoire flash. La carte wifi est de type SoftMac[8].

Objets connexes[modifier | modifier le code]

Le Nabaztag:tag fonctionne en association avec des objets auxquels on associe une certaine action, via des radio-étiquettes et un lecteur RFID[9] :

  • Nano:ztag, en forme de mini Nabaztags diversement colorés
  • Ztamp:s, des sortes de timbres colorés autocollants.

Il suffit de les passer devant le « nez » du lapin pour déclencher l'action préalablement téléchargée sur le site.

Nano:ztag[modifier | modifier le code]

Comme le Nabaztag, le Nano:ztag est en forme de lapin et embarque un timbre RFID appelé « Ztamp:s »[10]. Collé sur un objet ordinaire, il permet d'associer l'objet en question à une certaine action via un lecteur RFID ; les lecteurs peuvent être le Nabaztag (Karotz dans la version suivante) ou le Mir:ror.

Mir:ror[modifier | modifier le code]

Mir:ror est un lecteur de puces RFID lancé par la Violet en . Son exploitation commerciale a débuté en [11].

Il est en forme de soucoupe, d'un diamètre de 10 centimètres, d'une épaisseur de 1,4 centimètre et d'un poids de 900 grammes. Connecté à un ordinateur via un port USB, il est capable de lancer des applications multimédia[12] quand il détecte un objet muni d'une puce RFID. Il faut pour cela avoir préalablement programmé la puce RFID via le site web de Violet et avoir installé le logiciel Mirware, fourni.

Le Mir:ror peut détecter jusqu'à quatre puces RFID simultanément à une distance de quelques centimètres. Il peut être passé en veille en le retournant. Il permet ainsi d'associer des contenus audiovisuels ou des applications interactives à des objets quotidiens, ce qui participe à l'Internet des objets[13],[14].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Mir:ror a été officiellement présenté à l'IFA à Berlin en [15].
  • Mir:ror a reçu une des Étoiles de l'Observeur du design 2009[11]. Il a été conçu par Sylvie Peyricot Chanchus.

Karotz[modifier | modifier le code]

Karotz reprend les principes du Nabaztag et a hérité de son design général. Il se démarque par la présence d'un port USB pour lire des fichiers musicaux, d'un port mini-USB pour faciliter son installation sur le réseau Internet et d'une webcam dans le nombril.

Karotz a été officiellement lancé le .

Le kit tagtagtag[modifier | modifier le code]

En 2019 un projet Ulule[16] propose un kit composé d'une carte, nommée tagtagtag accueillant un Raspberry Pi zero, et piloté par Pynab[17], un projet Opensource. Cette carte s'adapte au Nabaztag et au Nabaztag:tag et les rend totalement autonomes. Les principaux services (météo, qualité de l'air, humeurs, horloge, RFID, reconnaissance vocale) ont été redéveloppés.[18]

En 2021, un nouveau projet sur Ulule[19] est lancé. Il reprend les périmètres du projet initial, en ajoutant la possibilité de commander une carte NFC permettant de lire les étiquettes Ztamp:s.

Historique[modifier | modifier le code]

  • Nabaztag est créé par la société Violet qui en confie la conception graphique à l'agence In Process. Cette dernière reçoit pour ce travail le Grand Prix Stratégies de la catégorie Innovation et développement[20].
  • Les premières versions du Nabaztag sont développées par l'école d'ingénieurs ESME-Sudria à Ivry-sur-Seine[21].
  • En , Violet indique son souhait de lancer le produit aux États-Unis. Après quelques minutes d’interview sur la chaîne de télévision américaine CNN, la société aurait reçu sur son site internet plusieurs centaines de milliers de demandes de renseignements concernant le lapin[22]. En , les jours suivant Noël ont été marqués par une panne des serveurs de Violet chargés de gérer les Nabaztag, ce qui rendit le produit non fonctionnel durant ce laps de temps. Le lapin communicant aurait été victime de son succès[23].
  • En , les services ont été rendus disponibles en allemand, italien et espagnol. Les messages sont également lus en seize langues : anglais (États-Unis), anglais (Grande-Bretagne), espagnol, allemand, français, italien, portugais, danois, néerlandais, finnois, islandais, suédois, norvégien, turc et polonais.
  • Le , la société Violet, placée en liquidation judiciaire, a été rachetée par Mindscape qui a repris la totalité des actifs et la technologie Nabaztag pour 350 000 [24].
  • Le , la société Mindscape annonce sa mise sous procédure de redressement judiciaire[25]. La société déclare ne plus supporter les coûts des réparations au niveau des serveurs et des services Nabaztag, et arrêtera les serveurs à la fin du mois de juillet pour se concentrer sur l’activité autour des nouveaux produits communicants, tels que Karotz. Elle met en place une offre spéciale pour ceux qui possèdent un Nabaztag, en leur proposant d’acquérir un Karotz à un tarif préférentiel. En contrepartie Mindscape libère les sources de Nabaztag, la communauté étant ainsi libre de construire ses propres serveurs ou de relancer le développement[26].
  • Le , Bruno Maisonnier, CEO d'Aldebaran Robotics, annonce la reprise de l'activité Nabaztag/Karotz par sa société.
  • Le , le site nabaztag.com est rouvert. Quelques jours plus tôt des courriers électroniques avaient été envoyés aux utilisateurs de Nabaztag.
  • Depuis 2012, des solutions alternatives ont été développées par une poignée de passionnés pour héberger les Nabaztags. Exemple : OpenJabNab (OJN), Nabizdead (NID) et OpenNag (ONG) pour les nabaztag:tag.
  • En 2018, le projet tagtagtag lancé par Olivier Mevel rend les Nabaztags autonomes. Financé par une campagne Ulule en 2019, les cartes sont livrées au printemps 2020.

Utilisations détournées[modifier | modifier le code]

Opéra Nabaz'mob au NextFest 2006 à New York.

Depuis sa création, Antoine Schmitt est le concepteur comportemental du Nabaztag et Jean-Jacques Birgé son concepteur sonore. Ensemble, ils ont composé l'opéra Nabaz'mob[27] pour cent Nabaztag, en détournant l'objet de sa destination première. Sylvain Huet a développé le code, la voix française est celle de Maÿlis Puyfaucher, qui est aussi l'auteur de tous les textes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armenian English : Modern Dictionary, Beirut,
  2. Histoire de Karotz, consulté en avril 2012.
  3. « Aldebaran se met au régime Karotz - Technos et Innovations », sur usinenouvelle.com/ (consulté le ).
  4. a et b Vincent, « Le Nabaztag Tag : un lapin au nombril électronique », sur clubic.com, (consulté le )
  5. Frédéric Monflier, « Le lapin malin se fait conteur » sur ZDNet, 12 octobre 2007, [lire en ligne (page consultée le 28 novembre 2022)].
  6. Christofer Ciminelli, « Le Nabaztag emprunte la bonne voix » dans SVM, 5 juin 2008, [lire en ligne (page consultée le 28 novembre 2022)]
  7. (en) « Nabaztag Ladybird Books » dans le Telegraph, [lire en ligne (page consultée le 8 janvier 2009)].
  8. (en) Sylvain Huet, Nabaztag-tag (2006) — The second wifi rabbit, 2 janvier 2012 (consulté le 28 novembre 2022)
  9. http://www.violet.net/violet-createur-objets-communicants.html
  10. Nano:ztag — Petits, mignons. Intelligents malgré tout., sur le site du fabricant (archive du 3 décembre 2008, consultée le 28 novembre 2022)
  11. a et b APCI : Agence pour la promotion de la création industrielle, « Mir:ror, objet communicant » [archive du ], (consulté le ).
  12. Emmanuel Paquette, « Avec Mirror, le lapin Wi-Fi Nabaztag fait des petits » dans Les Échos, 20 octobre 2008, [lire en ligne (page consultée le 11 janvier 2009)].
  13. Martine Moreau et Pascal Grandmaison, « Extension du domaine du net » dans Le Figaro, 9 janvier 2009, [lire en ligne (page consultée le 11 janvier 2009)].
  14. Didier Sanz, « Les objets du quotidien s'inventent une vie numérique » dans Le Figaro, 22 octobre 2008, [lire en ligne (page consultée le 11 janvier 2009)].
  15. Olivier Dumons, « IFA 2008 : tendance "slim" et connexions tous azimuts » dans Le Monde, 6 septembre 2008, [lire en ligne (page consultée le 11 janvier 2009)].
  16. ululeFR, « Le retour du Nabaztag », sur Ulule (consulté le )
  17. (en) « nabaztag2018 - Overview », sur GitHub (consulté le )
  18. « Les kits pour redonner vie aux Nabaztag sont arrivés sur Ulule », sur iGeneration (consulté le )
  19. ululeFR, « L'éternel retour du Nabaztag », sur Ulule (consulté le )
  20. Agence In Process, « Agenda de l'agence depuis 2006 » (consulté le ).
  21. Christian Touseau, « De nombreux transferts technologiques » dans Les Matinales, les plateformes de haute technologie du Val-de-marne, p. 21, [lire en ligne (page consultée le 8 janvier 2009)].
  22. Gilles Fontaine, « Le coup du lapin high-tech » sur Challenges, 9 novembre 2006, [lire en ligne (page consultée le 5 janvier 2009)].
  23. Vincent Ramarques, « Violet victime du succès de son Nabaztag pendant les fêtes » sur NetEco, 28 décembre 2006, [lire en ligne (page consultée le 5 janvier 2009)].
  24. Acquisition du lapin Nabaztag et de la technologie des objets intelligents Lire le document pdf par l'éditeur de jeux vidéo Mindscape
  25. http://hugin.info/143503/R/1525719/461374.pdf
  26. http://blog.karotz.com/?p=5226
  27. Opéra Nabaz'mob) (Prix Ars Electronica Award of Distinction Digital Musics 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Violet, la société constructeur du Nabaztag
  • Tux Droid, un robot similaire au Nabaztag à l'effigie de Tux.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :