Zoé Talon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Talon.
La comtesse du Cayla, peinte par Gérard.

Zoé Victoire Talon, comtesse Achille de Baschi du Cayla, née le 25 août 1785 au Boullay-Thierry (Eure-et-Loir), morte en son château de Saint-Ouen le 19 mars 1852.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zoé Victoire Talon, comtesse du Cayla (1785-1852), était la dernière favorite, amie et confidente de Louis XVIII durant ses années de déclin. Née le 25 août 1785 à Boullay-Thierry en Eure-et-Loir. De par son père Antoine Omer Talon, qui était avocat, elle est issue d’une famille de magistrats.

En 1790, une année après la Prise de la Bastille, le père de la future comtesse du Cayla se rend dans la prison du Châtelet où est enfermé Thomas de Mahy, marquis de Favras enfin de l’interroger. Favras est alors accusé du complot visant à faire évader Louis XVI, roi de France. Mais le marquis, agent officieux du comte de Provence, futur Louis XVIII, aurait reçu de celui-ci l’instruction de faire compromettre Louis XVI au bénéfice de son frère Provence. Pressentant sa fin prochaine sur l’échafaud, Favras aurait rédigé un rapport de quatre pages dans lequel il a consigné tous les détails de cette sombre machination. Omer Talon est effrayé en apprenant la vérité de la bouche du marquis. Il lui adjure de remettre le rapport en question et de n’en souffler mot à personne. Le marquis de Favras tiendra parole et montera sur l’échafaud sans avoir rien révélé. De son côté, Talon a apporté la confession de Favras qu’il léguera à sa fille. Peu de temps après, Talon est élu député aux États généraux où il tente de maintenir le pouvoir royal. Il conseille à Louis XVI de se réconcilier avec Mirabeau, puis devant les menaces dont la famille royale est l’objet, conseille au roi de se réfugier au milieu des troupes de Broglie. Ce qui ne fait qu’attirer la méfiance de la part de l’Assemblée nationale à son égard. Suspecté par l’Assemblée, Talon est obligé d’émigrer avec sa famille afin de garder sa liberté.

En 1796 la famille Talon est de retour en France. De son retour, la future Mme du Cayla est placée par ses parents à l’institution de Mme Campan que fréquentent les jeunes filles de l’aristocratie de la nouvelle République où elle se lie d’amitié avec Hortense de Beauharnais ainsi que les futures princesses Bonaparte : ce qui lui vaudra de faire aussi la connaissance du général Bonaparte, futur Napoléon 1er.

Le 3 août 1802, à 17 ans, la jeune Zoé épouse le comte Achille-Pierre-Antoine Baschi du Cayla, marquis d’Aubray et pair de France, issu comme elle, d’une famille farouchement royaliste. C’est un mariage de convenance et les époux prennent des libertés vis-à-vis de la vie commune. Très vite, le mariage ne tarde pas à "battre de l’aile" : Zoé entame des actions judiciaires contre son mari, elles dureront plus de vingt ans. Entre-temps, Zoé mène une joyeuse existence. Fort jolie, malgré sa petite taille et ses formes arrondies, son charme et la grâce de son esprit lui valent plusieurs soupirants à qui elle cède. Son premier amant est Maurice Balincourt, un jeune gentilhomme fervent royaliste comme elle.

En 1804, Omer Talon est arrêté sur ordre de l’Empereur; résistant à l’autorité impériale, est passible de la peine de mort. Zoé est aussi soupçonnée pour des propos malveillants à l’égard du nouveau régime ; désespérée, elle demande audience au ministre de la Police, Savary, et joue les femmes éplorées. Séduit par le charme de la jeune femme, Savary commue la peine capitale de Talon en l’exil à l’île Sainte-Marguerite; de plus, il assure à Napoléon que les propos prêtés à Mme du Cayla ne sont que pure médisance.

Le ministre devient l’amant de la jeune femme; neuf mois après, la comtesse met au monde son premier enfant, un garçon, Ugolin (qui mourut à 17 ans) qui est plus probablement le fils de Savary que celui de son époux légitime; deux ans encore en 1807, Zoé du Cayla donne naissance à une fille, Ugoline (ou Valentine ? qui deviendra en 1825 princesse de Beauvau-Craon; la liaison de Zoé et de Savary (devenu duc de Rovigo) durera encore plusieurs années.

En 1814, après la chute de Napoléon, Zoé est à Paris arborant la cocarde blanche (couleur de la Royauté) en l’honneur du retour de Louis XVIII. En 1817, les époux du Cayla qui vivent sous le même toit, s’affrontent en justice pour obtenir chacun la garde de leurs enfants (qui ne sont probablement pas du comte mais de Savary). Pour obtenir gain de cause, la jeune femme se rend aux Tuileries pour demander de l’aide au roi. Elle est devenue une jeune femme pleine de vie mais qui a souffert dans un mariage malheureux. Munie d’une lettre de sa tante, Mme de Jaucourt, qui fut l’une des dames d’honneur de la défunte épouse de Louis XVIII, elle demande la protection du roi ainsi que son aide pour la garde de ses enfants après avoir divorcé de son époux. Émue par cette jeune femme, le roi ordonne à son ministre Decazes de se charger de l’affaire. La comtesse du Cayla aurait-elle montré la confession de Favras au roi qui s’est empressé de la brûler dans la cheminée ? C’est fort probable.

Le roi, sexagénaire et goutteux, s’amourache de la comtesse qui a trente de moins que lui, à la grande satisfaction de son frère le comte d’Artois et des autres royalistes. Zoé accepte de servir leur cause, si c’est dans son propre intérêt. L’amitié entre Louis XVIII et Mme du Cayla grandit au fil des années et en 1820, après l'assassinat du duc de Berry, Louis XVIII garde Mme du Cayla aussi proche de lui que possible. La nature de leur relation a été platonique, Louis-Stanislas était plus sensible aux plaisirs de l'esprit qu'à ceux de la chair. Le sentiment du roi pour cette jolie femme avait d'abord le caractère d'un amour qui se cache de lui-même, sous le nom de l'amitié, quel que soit l'âge du roi ou la réserve de la femme n'a pas permis d'être avoué, il sentait une affection paternelle pour elle, et l'appelait sa fille, n'osant pas par respect pour lui-même et respect pour elle, l'appeler par un autre nom.

Louis XVIII réserve ses mercredis pour tenir compagnie à Mme du Cayla, dans lequel ils jouissent des soirées de jeux "poivrées" avec beaucoup de réparties spirituelles. Il lui alloue le château de Saint-Ouen comme le sien, ainsi que des bijoux et de la porcelaine. Lorsqu'il n'est pas en sa compagnie, il lui écrit des lettres plusieurs fois par jour. Elle était, paraît-il, le dernier amour du roi. Peu à peu, Mme du Cayla a réussi à établir un ascendant sur l'esprit de Louis XVIII, comme elle l'a sur son cœur, et l'a utilisé sans scrupule dans les intérêts de la partie ultra-royaliste. « Depuis le jour, écrit Pasquier, quand M. Decazes avait été pris de lui par la procédure qui avait blessé son cœur, son amour-propre, et son respect pour la dignité royale, le roi ne s'était pas occupé d'affaires de telle sorte qu’il ne doit pas être dit qu'il y avait renoncé. » Alourdi sous le fardeau de ses infirmités, il avait commencé à tomber dans un état d'apathie qui le mettait à la merci de ceux qui résolument s’étaient appliqués à la tâche de le gouverner. Parfois, un scintillement de l'ancien esprit se révélait, mais il ne tardait pas à s’éteindre ; tout ce qu'il désirait maintenant, c'était la paix et la tranquillité, et Mme du Cayla ne lui en donnait aucune jusqu'à ce qu'il se soit remis à sa volonté. L’influence de Mme du Cayla peut être trouvée dans la chute du noble et patriotique duc de Richelieu, qui avait refusé de se prêter à des plans de Monsieur [Artois] et ses amis ; la nomination de Villèle en tant que Premier ministre, le licenciement ignominieux de Chateaubriand du ministère des Affaires étrangères, et l'acceptation par le Roi du projet de loi septennale de 1824 ainsi que d'autres mesures réactionnaires.

L'attitude des différents membres de la famille royale vers la grande favorite est intéressante.

Monsieur, bien qu'il ne semble pas avoir fait partie de l'intrigue tissée autour de son frère impuissant, tout au moins dans ses premiers stades, n'avait aucun scrupule à profiter de celui-ci, et exhortait à plusieurs reprises Mme du Cayla à « ignorer les choses qui malgré la folie qu’on peut dire contre elle, et de jouir en paix de l'utilisation noble qu’elle faisait de la confiance et l'affection du roi ». La duchesse d'Angoulême, d'autre part, ne put se résoudre à admettre une dame à qui les rumeurs avaient attribué dans sa jeunesse au moins une connexion peu orthodoxe, et non seulement elle la traitait avec froideur, mais elle exprimait aussi son mécontentement face à l'intimité qui existait entre sa dame d'atours, Mme de Choisy, et la favorite. Dans le même temps, Madame du Cayla regrettait tout à fait une intrigue qui, quoique indigne, pouvait mettre un terme aux dissensions dans la famille royale et faisait tellement de choses à promouvoir les intérêts des partis qu'elle honorait par sa protection.

Quant à la duchesse de Berry, moins pointilleuse dans son choix d'amis que sa belle-sœur, elle semble avoir été en très bons termes avec la favorite, même si elle n'approuvait pas du tout de l'habitude du roi de se référer à Mme du Cayla, même en présence de sa famille, comme « sa troisième fille », qui semblait mettre cette dame sur un pied d'égalité avec la duchesse d'Angoulême et elle, et, à une occasion, elle a exprimé ses sentiments sur ce point. Cependant, la relation entre les deux dames étaient, dans l'ensemble, excellente, en effet, Mme du Cayla semble avoir manifesté une réelle affection pour la princesse, car elle est restée fidèle à sa cause après la Révolution de 1830, correspondait avec elle fréquemment (15 lettres d'elle sont conservées), et a même intrigué pour son compte.

En dépit de tout, c'est Mme du Cayla, qui persuada Louis XVIII de recevoir les derniers sacrements lors de sa dernière maladie. Rien n’a si embarrassé et ennuyé la duchesse d'Angoulême et le comte d'Artois dans les derniers moments de la vie de Louis XVIII, que son obstination à refuser de recevoir l'archevêque et de se soumettre aux cérémonies que l'Église catholique impose dans les derniers moments; il refusait, comme un homme condamné refuse la visite de son bourreau.

Enfin elle parvint à lui faire donner son consentement, et ce faisant, ferme la porte de l'appartement du roi à son encontre (de qui ?) pour le reste de ses jours. Louis, reconnaissant, fit un testament en sa faveur qu'il laissa sur son bureau, mais Charles X entré dans le cabinet de son frère, emporta tous les papiers, brûla le testament, et accorda une indemnisation à la comtesse une pension viagère annuelle de 25 000 francs.

Après la mort de son amant, celle-ci se retira dans son château de Saint-Ouen où elle s’occupa d’exploitations agricoles et éleva une race de moutons qui porte encore son nom; elle y termina ses jours en 1852.

Alors que certains voyaient en elle une intrigante, d'autres la considéraient comme le dernier véhicule de la grâce pour l'impitoyable Louis XVIII.


Un patrimoine mobilier historique.

Sa fille et unique héritière, princesse de Beauvau-Craon, fit alors transporter le contenu du château de Saint-Ouen dans celui d'Haroué, appartenant à son mari, où il fut conservé jusqu'à nos jours; en 2007, l'Etat acquit plusieurs meubles se trouvant au château tout en lui laissant l'usage sur place de certains d'entre eux à la princesse Minnie de Beauvau-Craon.

Le 15 juin 2015, afin de financer des travaux au château, celle-ci mit en vente sous le titre "Chosen pieces" plusieurs meubles et de portraits (en 45 lots) mais en retira ensuite 17 "de provenance Cayla" (sauf 15 lettres de la duchesse de Berry, vendues 18 000 euros) suite à la notification de mesure de protection au titre des Monuments Historiques de certaines pièces - pour lesquelles pourtant des certificats "de libre exportation" avait été accordés par l'administration. En fait partie le portrait de groupe par Gérard (1811-1813) reproduit supra, qui dans le salon de musique de Saint-Ouen, faisait pendant au Portrait de Louis XVIII dans son cabinet des Tuileries (cf. notice et reprod. ds "La Gazette de l'Hôtel Drouot" n° 23 - 12/06/2015); quant à l'épée de grand écuyer du duc Léopold de Lorraine créée en 1728 par Simon Gallien pour Marc de Beauvau-Craon, classé "trésor national" avant cette vente (même référence) elle resta invendue.

Sur cette vacation, voir également :

- La princesse Minnie Beauvau-Craon vend les bijoux de famille ("Le Journal des Arts" n° 427 du 5-18/06/2015);

- Provenance Haroué ("La Gazette de l'hôtel Drouot" n°25 - 26/06/2015, p.75) reproduisant le portrait de Louis de Beauvau à 29 ans par François Quesnel (1543-1619) qui a été vendu 237 492 euros,

- Valérie Sasportas, La vente de Beauvau-Craon compromise ("Le Monde" des 6 et 7/06/2015).


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.