Zaï zaï zaï zaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Zaï zaï zaï zaï
un road movie de Fabcaro
Album
Auteur Fabcaro

Éditeur 6 Pieds sous terre
Collection Monotrème
Première publication
ISBN 978-2-35212-116-9
Nb. de pages 72

Zaï zaï zaï zaï est un album de bande dessinée de Fabcaro publié chez 6 Pieds sous terre en 2015. Il s'est vendu à plus de 180 000 exemplaires[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Tas de « cartes du magasin ».
Karaoké dans un bar.

Au passage à la caisse d'un supermarché, un auteur de bande dessinée réalise qu’il n’a pas sa carte de fidélité. Le vigile intervient à la demande de la caissière mais l’auteur parvient à s’enfuir[2].

Titre[modifier | modifier le code]

Le titre provient de la chanson de Joe Dassin, Siffler sur la colline, adaptée de la chanson italienne Uno tranquillo, de Riccardo Del Turco et diffusée en boucle sur les ondes durant les grèves de Mai 68, à contre-courant des enjeux de l'époque[3]. La ritournelle du refrain est devient le titre de la bande dessinée qui brocarde la société de consommation en décrivant le road movie du héros, traqué et finalement condamné à chanter Siffler sur la colline dans un karaoké en public pour avoir oublié sa « carte du magasin ».

Propos de l'auteur[modifier | modifier le code]

En commentant trois planches de l'album pour telerama.fr, Fabcaro explique sa démarche :

« Zaï zaï zaï zaï est un projet difficile à résumer, très burlesque, proche du nonsense britannique. Il s'agit de l'histoire d'un auteur de BD qui fait ses courses, mais n'a pas sa carte de fidélité du magasin. Pour cela, il va être poursuivi, mis au ban de la société... (…) Je souhaitais trouver le point de départ le plus absurde possible, pour créer un décalage constant avec mon vrai propos. Car ce livre est le plus politique parmi ceux que j'ai publiés jusqu'à présent ! J'y parle indirectement beaucoup de tolérance, d'acceptation de l'autre. J'ai choisi de mettre en scène un auteur de BD, ce qui m'a permis d'utiliser mes propres traits, et de souligner la précarité grandissante de ce statut.[4] »

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

2015 :

2016 :

  • Prix Libr'à Nous[8]
  • 16e Prix SNCF du Polar[9].
  • Prix bulle de cristal[10].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

L'émission « Mégacombi » de Radio Canut adapte la bande dessinée en pièce radiophonique en 2017. La première diffusion a lieu le 10 janvier 2018, puis le podcast est mis en ligne sur le site Arteradio[11]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Dans une interview à Libération le 18 janvier 2018, Fabcaro déclare « quatre ou cinq adaptations pour le théâtre sont en route, dont une menée par la comédienne Blanche Gardin[12] » :

  • En novembre 2017 une adaptation par la compagnie amateur Légère éclaircie, mise en scène par François Pioc et Amandine Marcq, est jouée pour la première fois[13].
  • Le Théâtre de L’Argument propose une adaptation sous forme de « fiction radiophonique en public » qui est jouée la première fois le 7 avril 2018. La mise en scène est de Paul Moulin, le texte est adapté par Maïa Sandoz. la distribution comprend Adèle Haenel et Blanche Gardin[14].
  • La compagnie Mash-Up Production crée une version mise en scène par Angélique Orvain qui se joue en salle autour du public dans un esprit de théâtre de tréteaux, la première a lieu à Poitiers le 27 septembre 2018[15].
  • Le Collectif Jamais Trop d'Art ! travaille depuis début 2017 sur une version en théâtre de rue. Les premières auront lieu au Festival des 3 Eléphants (Laval-53), en mai 2019.

Cinéma[modifier | modifier le code]

En janvier 2018 Fabcaro annonce que les droits d'adaptation cinématographique ont été cédés[16]. La cinéaste Rebecca Zlotowski a travaillé à un premier projet d'adaptation (co-écrit avec Thomas Cailley[17]) avant de jeter l'éponge. C'est désormais un autre réalisateur qui a récupéré les droits, sans qu'on sache pour l'instant de qui il s'agit[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Karelle Fitoussi, « Fabcaro : le prix du succès », sur parismatch.com, Paris Match, (consulté le 4 octobre 2019)
  2. « Pourquoi "Zaï Zaï Zaï Zaï" est la BD la plus drôle de l’année », sur France Info,
  3. Rébecca Manzoni, « Tubes & Co - Joe Dassin et le râteau de la bergère (zaï zaï zaï zaï) », sur France Inter,
  4. Bédéthèque idéale #92 : “Zaï zaï zaï zaï”, le goût pour l'absurde de Fabcaro, un article de Laurence Le Saux, consulté le 10 décembre 2015.
  5. https://www.actuabd.com/+Prix-Landerneau-BD-2015-des-des+
  6. « "Zaï zaï zaï zaï" de Fabcaro, meilleur album de l’année pour la critique BD », sur SudOuest.fr (consulté le 3 mars 2019)
  7. Grand Prix de la Critique ACBD 2016, consulté le 8 décembre 2015.
  8. « Les prix Libr’à Nous », sur revue.leslibraires.ca (consulté le 3 mars 2019)
  9. « Prix SNCF du Polar : le palmarès », sur SNCF (consulté le 3 mars 2019)
  10. « Lauréats – Prix Bulles De Cristal » (consulté le 3 mars 2019)
  11. « Arte Radio met le Zaï zaï zaï zaï de Fabcaro en boîte », Actualitté, 23 mars 2018.
  12. « Fabcaro, à mourir de rire » Libération, 18 janvier 2018.]
  13. Annonce su spectacle sur le site de la Maison de l'ADEC, novembre 2017, consulté le 10 mai 2018.
  14. Zaï zaï zaï zaï sur le site du théâtre de l'Argument, consulté le 10 mai 2018.
  15. « Poitiers : La pièce “Zaï zaï zaï zaï” est encore plus drôle que la BD de Fabcaro », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 7 décembre 2018)
  16. Les droits de Zaï Zaï Zaï Zaï ont été vendus pour le cinéma, 9èmeart.fr, 18 janvier 2018.
  17. « CAILLEY Thomas – Zelig » (consulté le 14 mai 2019)
  18. Paris Match, « Fabcaro : le prix du succès », sur parismatch.com (consulté le 14 mai 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Damien Perez, « Carte maîtresse », Casemate, no 82,‎ , p. 60.

Liens externes[modifier | modifier le code]