Veselin Topalov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Veseline Topalov)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Veselin Topalov
Image illustrative de l’article Veselin Topalov
Veselin Topalov à Varsovie en 2013

Nom de naissance Veselin Aleksandrov Topalov[1]
Naissance (44 ans)
Roussé, Bulgarie
Nationalité Drapeau : Bulgarie Bulgare
Titre Grand maître international (1992)
Champion du monde 2005
Meilleur classement Elo 2 816 (2015)
Meilleur classement mondial 1er

Veselin Topalov (bulgare : Веселин Топалов), né le à Roussé en Bulgarie, est un joueur d'échecs bulgare.

En 2005, il devient champion du monde de la Fédération internationale des échecs. Après avoir été numéro un mondial pendant deux ans (d'avril 2006 à janvier 2007 et d'octobre 2008 à novembre 2009), il est le numéro deux au classement Elo FIDE de janvier à novembre 2010. Au , après sa victoire au tournoi Norway Chess, il est numéro deux mondial avec un classement Elo de 2 816 points, qui constitue son record.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Débuts aux échecs[modifier | modifier le code]

Veselin Topalov apprend à jouer aux échecs à l'âge de 8 ans avec son père. En 1989, il devient champion du monde des moins de 14 ans à Aguadilla, Porto Rico et deuxième en 1990 au championnat du monde des moins de 16 ans à Singapour. Il devient grand maître international (GMI) en 1992.

Il est le capitaine de l'équipe bulgare depuis 1994, année où celle-ci a fini quatrième à l'Olympiade d'échecs à Moscou, Topalov remportant la médaille d'or pour la meilleure performance de l'olympiade[2].

Son entraîneur et manager est le maître international Silvio Danailov (en).

Champion du monde de la Fédération internationale (2005)[modifier | modifier le code]

Veselin Topalov en 2005.

Lors du Championnat du monde de la Fédération internationale des échecs 2004 à Tripoli, Libye, Veselin Topalov atteint les demi-finales.

En mars 2005, il bat Garry Kasparov lors de la dernière ronde du tournoi de Linares et termine à égalité de points avec Kasparov, mais deuxième au départage.

Au printemps 2005, il remporte le tournoi d'échecs de Sofia devant les autres meilleurs grands maîtres internationaux, puis termine premier ex æquo du tournoi de Linares, battu au départage par Kasparov (même s'il l'emporte dans la partie qui les a opposés).

En octobre 2005, il remporte le titre de Champion du monde FIDE à San Luis en Argentine face à sept autres joueurs, en terminant seul premier du tournoi avec 10 points sur 14 possibles, soit une performance de 2 892 points Elo.

Deuxième meilleur joueur mondial derrière Garry Kasparov, il remporte l'Oscar des échecs pour l'année 2005.

Numéro un mondial (2006 et 2009)[modifier | modifier le code]

Veselin Topalov en 2007.

Au classement Elo de janvier 2006, Veselin Topalov devient le troisième joueur de l'histoire à passer la barre des 2 800 points, avec un classement de 2801.

Au classement Elo d'avril 2006, il devient numéro un mondial avec 2 804 points à la suite du retrait de Garry Kasparov des listes officielles. En juillet 2006, son Elo atteint 2 813, devenant ainsi le second joueur le plus haut classé de tous les temps à cette période, derrière les 2 851 points de Kasparov.

Topalov (à droite) face à Gata Kamsky en 2009.

Lors du match de réunification des champions du monde FIDE et classique en 2006, il perd son titre de champion du monde FIDE contre Vladimir Kramnik mais conserve sa place de numéro un mondial jusqu'en janvier 2007. En avril 2007, il cède la première place à Viswanathan Anand. D'octobre 2008 à novembre 2009, il occupe à nouveau la tête du classement mondial

En février 2009, il bat Gata Kamsky lors du match des candidats à Sofia. Il gagne ainsi le droit d'affronter le champion du monde Viswanathan Anand lors du championnat du monde d'échecs 2010, match qu'il perd sur le score de 5,5 à 6,5 (+2 -3 =7).

Depuis 2010[modifier | modifier le code]

Au , Veselin Topalov est le 2e joueur mondial avec un classement Elo de 2 803.

Lors du tournoi des candidats de 2011 où il est sélectionné avec sept autres joueurs, il est éliminé en quarts de finale le 8 mai par Gata Kamsky sur le score de 1,5 à 2,5 (-1 =3).

Il participe au Grand Prix FIDE 2012-2013 et remporte deux tournois : Londres 2012 et Zoug 2013, et termine troisième-quatrième du tournoi de Pékin. Il remporte le classement général du grand prix, ce qui le qualifie pour le tournoi des candidats 2014.

Lors du championnat d'Europe par équipe 2013, il remporte la médaille d'or au premier échiquier[3].

En 2014, il participe à sa huitième Olympiade d'échecs à Tromsø. Lors de l'Olympiade 2014, la Bulgarie termine 25e[4]. Il remporte la médaille d'or individuelle au premier échiquier[5].

En 2015, après une victoire au tournoi Norway Chess, il parvint au quatrième tour (huitième de finale) de la Coupe du monde d'échecs 2015 à Bakou où il est éliminé par Peter Svidler.

Victoires à des tournois majeurs[modifier | modifier le code]

Topalov au tournoi de Wijk aan Zee 2012

Résultats aux tournois à élimoination directe[modifier | modifier le code]

Résultats de Topalov aux coupes du monde et championnats du monde FIDE
Année Lieu Résultat Ultime adversaire Adversaires battus
1997 Groningue deuxième tour Jeroen Piket
1999 Las Vegas quatrième tour
(huitième de finale)
Vladimir Kramnik Ruslan Ponomariov, Lev Psakhis
2000 New Delhi quart de finale Michael Adams Andreï Kharlov, Kiril Georgiev,
Alekseï Dreïev
2001 Moscou quatrième tour
(huitième de finale)
Alexeï Chirov Facundo Pierrot, Giovanni Vescovi
Zhang Zhong
2004 Tripoli demi-finaliste Rustam Qosimjonov Tarik Abulhul, Aleksander Delchev,
Sergei Movsesian, Zdenko Kožul,
Andreï Kharlov
2015 Bakou quatrième tour
(huitième de finale)
Peter Svidler Oladapo Adu, Siarheï Jyhalka,
Lu Shanglei

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Selon Vladimir Kramnik qui étudia son jeu en profondeur en vue du match de réunification des titres de champions du monde (Elista 2006), le cliché répandu dans l'élite échiquéenne selon lequel Topalov serait un « petit frère » de Garry Kasparov est assez vrai[6] : « En effet, comme l’ogre de Bakou [Kasparov], le style du grand maître bulgare se caractérise par un jeu très agressif avec une recherche perpétuelle de coups dynamiques complexes souvent au prix de sacrifices. Cette tendance peut le conduire à perdre des parties dans une position égale ».

Comme jadis Kasparov, Topalov est aujourd'hui reconnu comme un, sinon le meilleur « découvreur » (aidé de son secondant, le grand maître bulgare Ivan Chéparinov) de nouveautés dans les ouvertures (par exemple, Topalov-Anand, Mtel Masters Sofia 2005[7] ou Topalov-Kramnik au tournoi de Wijk aan Zee en 2008[8]).

Cependant, c'est aussi un joueur qui commet de façon anormalement fréquente — à ce niveau des super grands maîtres — des bourdes. De son propre aveu, il résiste rarement à un coup esthétique (par exemple, à cause de son sacrifice de dame contre Kramnik à Wijk aan Zee en 2008, son adversaire se vit offrir une occasion d'annuler).

Le grand maître français Joël Lautier a écrit à propos de Topalov (Échecs & Mat, no 82) :

« Ses parties sont aussi complexes que celles de Shirov ou Morozevich, mais elles produisent une impression plus harmonieuse, sa technique en finale est d’une remarquable limpidité et sa préparation dans les ouvertures est depuis toujours l’une des plus en pointe sur le circuit. Il faut ajouter à cela une combativité hors du commun qui lui fait jouer pour le gain avec les Noirs comme avec les Blancs, ainsi qu’une force de concentration colossale qui ne lui fait jamais quitter sa chaise tant que la partie n’est pas finie, le seul joueur que je connaisse à être capable d’une telle détermination.

En l’absence de Kasparov, Veselin Topalov est à mon sens le joueur qui possède le style de jeu le plus esthétique en ce moment. À tel point que certaines de ses défaites sont aussi spectaculaires que ses victoires, nombre de ses adversaires comptent ainsi leurs victoires contre Topalov comme leurs chefs-d'œuvre les plus réussis, telles les parties Topalov-Shirov de Linares 1998 (avec le fameux 47...Fh3 !!) ou encore Kasparov-Topalov, Wijk aan Zee 1999, peut-être la plus belle partie d’échecs de tous les temps. »

Garry Kasparov - Veselin Topalov
Wijk aan Zee, , ronde 4[9] :
1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 g6 4.Fe3 Fg7 5.Dd2 c6 6.f3 b5 7.Cge2 Cbd7 8.Fh6 Fxh6 9.Dxh6 Fb7 10.a3 e5 11.0-0-0 De7 12.Rb1 a6 13.Cc1 0-0-0 14.Cb3 exd4 15.Txd4 c5 16.Td1 Cb6 17.g3 Rb8 18.Ca5 Fa8 19.Fh3 d5 20.Df4+ Ra7 21.The1 d4 22.Cd5 Cxd5 23.exd5 Dd6 24.Txd4 cxd4 25.Te7+ Rb6 26.Dxd4+ Rxa5 27.b4+ Ra4 28.Dc3 Dxd5 29.Ta7 Fb7 30.Txb7 Dc4 31.Dxf6 Rxa3 32.Dxa6+ Rxb4 33.c3+ Rxc3 34.Da1+ Rd2 35.Db2+ Rd1 36.Ff1 Td2 37.Td7 Txd7 38.Fxc4 bxc4 39.Dxh8 Td3 40.Da8 c3 41.Da4+ Re1 42.f4 f5 43.Rc1 Td2 44.Da7 1-0

Une partie remarquable[modifier | modifier le code]

abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Roi noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Cavalier noir sur case blanche a6
Pion noir sur case noire b6
Fou noir sur case noire d6
Cavalier noir sur case noire f6
Pion noir sur case noire h6
Pion noir sur case noire c5
Pion blanc sur case blanche d5
Cavalier blanc sur case noire h4
Pion blanc sur case blanche b3
Pion blanc sur case noire g3
Pion blanc sur case blanche a2
Reine blanche sur case blanche c2
Fou blanc sur case noire d2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case noire h2
Roi blanc sur case noire c1
Tour blanche sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Tour blanche sur case blanche h1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Position après 17. ... Ca6

Veselin Topalov - Viswanathan Anand
Mtel Masters, Sofia, , ronde 6[7] :
1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. Cf3 b6 4. g3 Fa6 5. b3 Fb4+ 6. Fd2 Fe7 7. Cc3 c6 8.e4 d5 9. Dc2 dxe4 10. Cxe4 Fb7 11. Ceg5 c5 12. d5 exd5 13. cxd5 h6 14. Cxf7 Rxf7 15. O-O-O Fd6 16. Ch4 Fc8 17. Te1 Ca6 (diagramme)

18. Te6 ! Après avoir sacrifié un cavalier, Topalov sacrifie une tour ! (« Topalov nous sort une grosse nouveauté théorique, un sacrifice de pièce, un sacrifice de tour. Anand est obligé de rendre le matériel et en définitive Topalov reste avec un pion de plus et une finale gagnante. Un vrai bijou ![10] »)

À propos de ce coup, Topalov commente[11] : « (...) Mais avec ce coup inattendu 16... Fc8, se termine ma préparation. Les Noirs renoncent à l’idée de prendre en d5, mais se défendent contre Cf5 et Fh3. Ici, j’ai réfléchi longtemps. Je sentais que des coups naturels de développement étaient trop lents. Les Blancs ont une pièce de moins et ils doivent constamment poser des problèmes au roi noir. 17.Fc4 et ensuite Te1-e6 est possible, mais les Noirs peuvent chasser le Fou avec b5. La case clef est e6 et je dois y mettre une pièce à n’importe quel prix, j’aurai alors de nouveau la case f5 pour mon cavalier. Ne me demandez pas comment, mais mon intuition m’indiqua que 17. Te1 était le bon coup. »

18. ... Cb4 19. Fxb4 cxb4 20.Fc4 b5 21. Fxb5 Fe7 22. Cg6 Cxd5 23. Txe7+ Cxe7 24. Fc4+ Rf6 25. Cxh8 Dd4 26. Td1 Da1+ 27. Rd2 Dd4+ 28. Re1 De5+ 29. De2 Dxe2+ 30. Rxe2 Cf5 31. Cf7 a5 32. g4 Ch4 33. h3 Ta7 34. Td6+ Re7 35. Tb6 Tc7 36. Ce5 Cg2 37. Cg6+ Rd8 38. Rf1 Fb7 39. Txb7 Txb7 40. Rxg2 Td7 41. Cf8 Td2 42. Ce6+ Re7 43. Cxg7 Txa2 44. Cf5+ Rf6 45. Cxh6 Tc2 46. Ff7 Tc3 47. f4 a4 48. bxa4 b3 49. g5+ Rg7 50. f5 b2 51. f6+ Rh7 52. Cf5 1-0

Veselin Topalov proposa cette partie au magazine trimestriel Échecs & Mat no 82 (octobre-décembre 2005) édité par la Fédération française des échecs qui l'avait invité à commenter sa meilleure partie.

Cette partie a été élue partie de l'année 2005 par le site e3e5.com[10]. Le site ChessBase en donne une analyse détaillée[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Veselin Aleksandrov Topalov », sur ChessFever (consulté le 23 mars 2016)
  2. Fiche de Topalov sur olimpbase.org.
  3. (en) [PDF] « Bord Standing », sur site officiel du championnat, etcc2013.com.
  4. (en) « Classement final », sur Olympiade de Tromsø, (consulté le 21 août 2014).
  5. « 41e Olympiade d'échecs : Ronde 11 », sur Europe Échecs.com, .
  6. Dans le DVD My path to the top de Vladimir Kramnik, édité par ChessBase.
  7. a et b (en) Topalov - Anand, Mtel Masters Sofia, 2005 sur ChessGames.com.
  8. (en) Topalov-Kramnik, Wijk aan Zee 2008 sur ChessGames.com.
  9. (en) Kasparov-Topalov, Wijk aan Zee 1999 sur ChessGames.com
  10. a et b (en) « Topalov-Anand Becomes the Best Game of the Year! », e3e5.com (consulté le 5 août 2019).
  11. Magazine Échecs & Mat no 82, octobre-décembre 2005.
  12. (en) « Mtel R6: Three wins in Sofia – what a day! », Chessbase.com, 18 mai 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]