Joël Lautier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joël Lautier
Image illustrative de l’article Joël Lautier
Joël Lautier en 2012

Naissance (45 ans)
Scarborough au Canada
Nationalité Drapeau de la France France
Titre Grand maître international (1990)
Meilleur classement Elo 2687 (janvier 2002)

Joël Lautier, né le à Scarborough au Canada, est un joueur d'échecs français. Il est grand maître international depuis 1990 et a été candidat au titre mondial en 1994.

Premier Français depuis Alexandre Alekhine à appartenir à l'élite mondiale des échecs, il fut notamment champion du monde des moins de 14 ans en 1986 et champion du monde junior en 1988. Il a pendant longtemps eu un score positif contre Garry Kasparov, le battant notamment au tournoi de Linares en 1994 et à Amsterdam en 1995 où il remporta le tournoi devant le champion du monde[1]. Il s'est retiré de la compétition de haut niveau en 2008[2].

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Champion du monde junior (1988)[modifier | modifier le code]

Joël Lautier apprend à jouer aux échecs à trois ans par sa mère japonaise. Il fait ses débuts au club parisien de Caïssa, où sa précocité fait immédiatement de lui un espoir pour l'élite. En 1985, à douze ans, Lautier marque la moitié des points lors de l'open de Lugano (adultes) et termine sixième du championnat de France interligues. En 1986, il termine quatrième ex æquo du championnat de France international junior et deuxième du championnat d'échecs de Paris. La même année, en juillet, il remporte le Championnat du monde des moins de 14 ans à San Juan (Porto Rico) devant les prodiges hongroises Susan et Judit Polgár, et devient ainsi le premier jeune Français à obtenir un titre mondial. Il récidive deux ans plus tard, à Adélaïde (Australie) où, âgé de 15 ans, il devient le plus jeune Champion du monde junior. Avec 9 points sur 13, il a autant de points que les joueurs soviétiques Vassili Ivantchouk, Boris Guelfand et Grigori Serper mais est classé premier car il a remporté plus de parties que ses concurrents (il a réalisé huit victoires, deux nulles et trois défaites).

Grand maître international (1990)[modifier | modifier le code]

En 1987, Lautier termine troisième du championnat de France (adultes). Il devient maître international en 1988 (première norme au tournoi de Vivy en décembre 1987). En janvier 1989, il est classé quatrième joueur français et devient grand maître international en 1990.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Lautier est l'époux d'Almira Skripchenko de 1996 à 2001.

Succès dans les tournois internationaux (années 1990 et 2000)[modifier | modifier le code]

Joël Lautier (au deuxième rang, deuxième à droite) au tournoi mémorial Rubinstein de Polanica-Zdrój en 1991.

Lautier participe régulièrement aux plus grands tournois du circuit. Ses principaux faits d'armes sont des victoires aux tournois suivants :

Victoires contre Kasparov (1994 et 1995)[modifier | modifier le code]

En 1994, invité du prestigieux tournoi de Linares, Lautier rencontre pour la première fois le champion du monde Garry Kasparov et l'emporte à la surprise générale, qui plus est avec les pièces noires. Lautier termine 5e-6e du tournoi de Linares 1994, ex æquo avec Kramnik.

Après deux parties nulles en 1994 lors du tournoi Crédit suisse de Horgen et de la finale de la coupe d'Europe des clubs d'échecs, Kasparov prend sa revanche lors de leur quatrième rencontre pendant l'olympiade d'échecs de 1994. Lautier reprend l'avantage lors du tournoi mémorial Max Euwe d'Amsterdam en 1995 en battant Kasparov dans une partie et en remportant le tournoi. Les parties suivantes (classiques) disputées en 1995 (à Horgen), 1996 (au mémorial Max Euwe d'Amsterdam et à l'olympiade d' Erevan) et 1997 (au tournoi de Tilbourg) se terminent par la nulle. Lautier reste l'un des rares joueurs à avoir un score positif en parties classiques contre Kasparov (2 victoires, 1 défaite et 7 parties nulles en 10 parties, soit 5,5 à 4,5)[7].

En 2001 et 2002, Lautier perd trois fois de suite en parties rapides contre Kasparov[8]

Quart de finaliste du championnats du monde (2001)[modifier | modifier le code]

En 1990, Lautier échoue à se qualifier pour le tournoi des candidats lors du tournoi interzonal de Manille. En 1993, il termine 2e-9e ex æquo avec Kramnik, Kamsky et Adams du tournoi interzonal de Bienne ; mais, lors du premier tour (huitième de finale) du tournoi des Candidats au championnat du monde 1996, disputé en 1994, il est éliminé par Jan Timman (3,5 à 4,5).

Lors des championnats du monde de la Fédération internationale des échecs à élimination directe, il est éliminé à deux reprises au troisième tour (seizième de finale) : en 1997 à Groningue et en 1999 à Las Vegas, battu à chaque fois par Boris Guelfand. En 2000, à New Delhi, il est sorti dès le premier tour par le Brésilien Rafael Leitão.

En 2001-2002, à Moscou, Lautier atteint les quarts de finale et s'incline contre Vassili Ivantchouk, futur finaliste du tournoi. Comme de nombreux joueurs, il boycotte le Championnat du monde FIDE 2004 en Libye.

Lors de la coupe du monde d'échecs 2005, qualificative pour le tournoi des candidats de 2007, Lautier est battu lors du quatrième tour (huitième fe finale) par Étienne Bacrot (1,5 à 2,5). Lors de matchs de classement, il perd dès le premier tour contre Magnus Carlsen (0,5 à 1,5), puis contre Loek van Wely et finit quinzième de la coupe du monde (après un match nul avec Konstantin Sakaïev).

Membre de l'Équipe de France[modifier | modifier le code]

Joël Lautier (à droite) affrontant Ivan Sokolov au championnat d'Europe par équipes en 2005.

Avec l'équipe de France, Joël Lautier participe à sept olympiades d'échecs (cinq olympiades de 1990 à 1998, puis en 2004 et 2006), jouant au premier échiquier dans les années 1990 et en 2004, puis au deuxième échiquier en 2006. En 1992, il marque 75 % des points (9 sur 12) et finit à la quatrième place au classement individuel au premier échiquier. En 2006, il marque 8 points sur 11 (+5 =6) au deuxième échiquier et la France réalise son meilleur résultat aux olympiades en terminant à la septième place au classement général.

Il devient vice-champion d'Europe par équipes en novembre 2001 à León, en remportant au passage deux médailles d'or : meilleur score au deuxième échiquier et meilleure performance Elo du tournoi (2 871) avec 7,5 points sur 9 (+6 =3). Il participe cinq fois à cette compétition : en 1989, 2001 et 2005 au 2e échiquier ; en 1999 et 2003 au premier échiquier. En 2005, il joue à nouveau au deuxième échiquier et l'équipe de France se classe troisième.

Champion de France (2004 et 2005)[modifier | modifier le code]

Lautier termine à la troisième place lors du championnat de France 1987. Dans les années 2000, il finit 1er-2e du championnat de France en 2002 (deuxième au départage), puis deuxième en 2003. Il devient champion de France 2004 à Val-d'Isère, et de nouveau en 2005, à Chartres.

Meilleur classement Elo[modifier | modifier le code]

Lautier (au premier plan) à Solingen en 2002.

Il atteint son niveau classement Elo le plus élevé en janvier 2002, avec 2 687 points Elo. Son meilleur classement mondial est une 13e place au classement FIDE en janvier 1995. Son dernier classement Elo publié est de 2 658 obtenu en janvier 2008.

Engagements dans l'organisation des échecs (depuis 2003)[modifier | modifier le code]

Lautier joue moins depuis 2003, s'investissant dorénavant dans les instances nationales et internationales. Il annonce d'ailleurs son retrait progressif en décembre 2005, déclarant qu'il passerait de plus en plus de temps à faire « autre chose ».

Il fonde et préside un temps l'Association of Chess Professionals (ACP), mais il ne se représente pas aux élections organisées en décembre 2005. Cette association a pour objet la défense des intérêts des joueurs d’échecs professionnels, la pratique des échecs et la promotion mondiale de cette activité, notamment par l’organisation des compétitions échiquéennes et autres manifestations. L'ACP a notamment coorganisé le Championnat du monde d'échecs 2004 (classique) entre Vladimir Kramnik et Péter Lékó en 2004.

Il est également de 2007 à 2009 l'un des deux vice-présidents de la Fédération française des échecs (FFE).

Depuis peu, il fait du conseil en entreprises, en Russie et habite Moscou[9].

En décembre 2008, la FFE le nomme capitaine-sélectionneur (non joueur) de l'équipe de France[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tibor Karolyi et Nick Aplin, Kasparov's Fighting Chess, 1993–1998, éd. Batsford Chess, 2006.
  2. Ses dernières partie enregistrées auprès de la FIDE datent de 2007.
  3. (en) Twic 120, février 1997 sur theweekinchess.com.
  4. (en) twic 198, 24 août 1998.
  5. (en) Bad Zwesten Open 1999, twic 219, janvier 1999.
  6. (en) Twic 298, juillet 2000.
  7. Tibor Karolyi et Nick Alpin, Kasparov's Fighting Chess 1993-1998, Batsford, 2006, p.311.
  8. Parties entre Kasparov et Lautier sur chessgames.com.
  9. Interview vidéo exclusive de Joël Lautier
  10. Communiqué de la FFE

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Alain Fayard, Joël Lautier joue et gagne, éd. Bernard Grasset-Fasquelle, collection Europe Échecs, 1993
    Biographie de Joël Lautier avec 40 parties commentées (de 1987 à 1993).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Nouveau Guide des échecs. Traité complet, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 978-2-221-11013-3)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) David Hooper, Kenneth Whyld, The Oxford Companion to Chess, Oxford University Press, (ISBN 0-19-866164-9)Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :