Utilisateur:Jean-no/La bande dessinée instructive

    Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

    {{ébauche|bande dessinée}} La bande dessinée instructive est un champ de la Bande dessinée qui est dédié à la transmission de connaissance. Selon les registres et le but poursuivi, on parlera de bande dessinée pédagogique, de bande dessinée didactique, de bande dessinée reportage, bande dessinée documentaire, ou encore de bande dessinée non-fiction.

    Historique[modifier | modifier le code]

    En 2016, la société d'études de marché GFK a défini un segment consacré à la bande dessinée de type « Non fiction/Documents », qui cette année-là représentait, toujours selon GFK, 7,2% du volume global des bandes dessinées publiées, soit 1 626 000 ouvrages.

    Domaines[modifier | modifier le code]

    L'histoire[modifier | modifier le code]

    Puisque la bande dessinée est un art du récit, les ouvrages historiques sont un des plus anciens domaines de la bande dessinée non-fictionnelle - si l'on admet que l'Histoire ne relève pas du registre fictionnel en tout cas.

    La biographie[modifier | modifier le code]

    Le reportage[modifier | modifier le code]

    Le reportage dessiné est plus ancien que la bande dessinée, on peut citer par exemple au XVIIIe siècle les carnets de voyages de Dominique Vivant Denon ou les dessins d'actualité militaire de George Townshend.
    L'inventeur de la bande dessinée, le suisse Rodolphe Töpffer, a publié des récits des voyages qu'il effectuait avec ses élèves (Voyages en zig-zag) mais il n'est pas allé jusqu'à utiliser la séquence de dessins pour le faire. Cela ne l'a pas empêché de considérer que l'enseignement était un des débouchés possibles pour son invention, la littérature en estampes.
    L'œuvre de Joe Sacco, auteur formé au journalisme et menant un travail d'enquête sur le terrain (Palestine, Bosnie, Malte) a démontré que le dessin pouvait apporter quelque chose au travail de reportage, notamment lorsqu'il s'agit d'exprimer le ressenti personnel du journaliste. Avec Pyongyang, Guy Delisle parvient de son côté à se remémorer des scènes vécues en Corée du Nord, où il n'aurait pas pu prendre de photographies.

    Revue XXI

    Le récit moral[modifier | modifier le code]

    William Hogarth, a Harlot's progress

    William Hogarth et ses séries de tableaux et de gravures intitulées A rake's progress et a harlot's progress utilise l'image narrative pour illustrer sa vision du chemin qui mène de la mauvaise vie à un destin tragique : maladie vénérienne et mort pour la prostituée, prison et folie pour le libertin.
    On trouve le même genre de récits dans la bande dessinée chinoise telle qu'éditée en Chine communiste, par exemple La combe Chaoyang (He Youzhi, 1972), qui raconte l'histoire d'une jeune femme qui désire devenir actrice et qui finit par être convaincue par les villageois de rester paysanne.

    Le mode d'emploi[modifier | modifier le code]

    Les mode d'emplois sont des séquences d'instructions, souvent sous forme de dessins, ce qui en fait des bandes dessinées. Les agences de syndication telles que Opera Mundi ou le King Features Syndicate proposaient souvent aux journaux des contenus didactiques : cours de photographie, de judo, etc.

    La médiation scientifique[modifier | modifier le code]

    Auteurs emblématiques[modifier | modifier le code]

    Publications[modifier | modifier le code]

    Périodiques[modifier | modifier le code]

    Collections[modifier | modifier le code]

    Plusieurs collections sont dédiées à la transmission de savoir.

    • Les Belles Histoires de l'oncle Paul (1951)
    • Histoire de France en bande dessinée, une collection lancée par les éditionns Larousse en 1976, qui pendant deux ans utilisait le talent de dessinateurs dits "réalistes" (Victor de la Fuente, Raymond Poïvet, Maurillo Manara, etc.) pour produire des fresques historiques progressives. Cette collection a été suivie chez le même éditeur de La découverte du monde en bandes dessinées (1978-1980, avec certains des mêmes auteurs, auxquels se sont ajoutés Guido Buzelli, Enric Sìo, Guido Crepax, Sergio Toppi, etc. Cette collection a servi de prototype à de nombreux albums dédiés à l'histoire locale : Lyon en BD, l'histoire de la Haute-Savoie, Si Laon vous était conté, Arras 2000 ans d'histoire, etc.
    • Les Arènes BD[2], créées en 2015 par Les Arènes
    • La Petite Bédéthèque des savoirs, créée en 2016 par David Vandermeulen aux éditions du Lombard, traite de nombreux thèmes à la manière des encyclopédies de poche telles les collections Que Sais-je? Ou Gallimard découvertes.
    • Sociorama, créée en 2016 par Lisa Mandel et Yasmine Bouagga, cette collection est dédiée à l'illustration d'ouvrages sociologiques par le dessin et la narration.
    • Octopus, aux éditions Delcourt, dirigée par Marion Armiganian et Boulet.
    • L'histoire dessinée de la France, par La Revue dessinée, dirigée par l'historien Sylvain Venayre.

    Documentation[modifier | modifier le code]

    • Antoine Roux, La bande dessinée peut être éducative, L'école,
    • Hubert Védrine, « bd, histoire et géopolitique », Le Débat « Le sacre de la bande dessinée », no 195,‎ , p. 159 à 167 (ISBN 9782072732874)
    • David Vandermeulen, « La bd et la transmission du savoir », Le Débat « Le sacre de la bande dessinée », no 195,‎ , p. 199 à 208 (ISBN 9782072732874)

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. Contribution à l'utilisation de la bande dessinée comme instrument pédagogique : une tentative graphique sur l'histoire de la psychiatrie, Université Claude Bernard Lyon I, (lire en ligne)
    2. « La bande dessinée instructive : le pari des Arènes BD », sur ActuaBD,

    Voir aussi[modifier | modifier le code]

    [[Catégorie:Bande dessinée]]

    en:Non-fiction comics