Joe Sacco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'ancien joueur de hockey sur glace, voir Joe Sacco (hockey sur glace).
Joe Sacco
Description de cette image, également commentée ci-après
Joe Sacco vers 2005
Naissance (57 ans)
Drapeau de Malte Malte
Activité principale
Journaliste, auteur de bandes dessinées
Auteur
Langue d’écriture anglais (USA)
Genres

Joe Sacco, né le sur l'île de Malte, est un auteur de bandes dessinées et journaliste travaillant aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peu après sa naissance (2 octobre 1960), sa famille émigre en Australie, puis part s'installer à Los Angeles alors qu'il a douze ans. Il fait une licence de journalisme à l'université de l'Oregon. N'ayant étudié ni l'art ni la bande dessinée[1], il s'y intéresse pourtant et envoie quelques pages au magazine Raw. Pendant plusieurs années, il porte un travail consacré à la guerre du Viêt Nam, qui n'aboutira jamais. Dans How I Loved the War, il analyse ses sentiments de téléspectateur face à la guerre du Golfe.

En 1992, il fait un voyage de plusieurs mois en Palestine et en Israël afin de mieux se rendre compte d'un conflit qu'il juge « atroce » et « injuste » et traité de façon trop partisane par ses collègues journalistes aux États-Unis. Il en tire une série de bandes dessinées, éditées en français en deux albums : Palestine : Une nation occupée (1993) et Palestine : Dans la bande de Gaza, regroupés ultérieurement, en deux tomes, sous le titre de Palestine. Cette œuvre étonnante l'a fait reconnaître comme le père de la BD-reportage consistant à réaliser un reportage journalistique sous forme de bandes dessinées. Sa rigueur professionnelle lui vaudra la reconnaissance et l'admiration des journalistes plus encore que celle des bédéphiles. Pour Palestine, il reçoit notamment le American Book Award en 1996. En 1995, Sacco part pour l'ex-Yougoslavie, notamment en Bosnie-Herzégovine à Sarajevo. De cette expérience il tirera Soba, The Fixer : une histoire de Sarajevo et Gorazde (deux tomes).

En 2010, la revue américaine Virginia Quarterly Review, le magazine français Courrier international et le journal britannique The Guardian publient une bande dessinée inédite de Joe Sacco, Les Indésirables (The Unwanted, titre anglais)[2]. Joe Sacco est retourné dans son île d'origine, Malte, et a enquêté sur l'arrivée massive de migrants africains : il rencontre ces migrants mais aussi des habitants de l'île, assez hostiles aux migrants, des humanitaires et des hommes politiques locaux.

L'œuvre de Joe Sacco évoque le parcours des « journalistes-aventuriers du début du XXe siècle »[réf. souhaitée]. Toujours soucieux de montrer l'humain derrière les grands événements, Joe Sacco permet à ses lecteurs de décrypter l'actualité. Son dessin est soucieux de détails évocateurs et sert parfaitement son propos.[interprétation personnelle]

Publications[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alix Bergeret, « BD-Theque : Interview de Joe Sacco », sur www.bdtheque.com (consulté le 20 octobre 2016)
  2. « The Unwanted, Part 1 », The Virginia Quarterly Review, Vol. 86, no 1, hiver 2010 ; « Joe Sacco: Not In My Country », The Guardian, 17 juillet 2010 ; « Un inédit de Joe Sacco pendant tout l’été », Futuropolis.