Umm al-Faraj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Umm al-Faraj
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Nom local
(ar) أُم الفرجVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Sous-district
Altitude
30 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
800 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Localité disparue (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Dissolution
Localisation sur la carte de la Palestine mandataire
voir sur la carte de la Palestine mandataire
Red pog.svg

Umm al-Faraj (en arabe : أم الفرج) était un village de Palestine mandataire, situé dans une plaine à 10,5 km au nord-est d’Acre. Il a été capturé et dépeuplé pendant la guerre israélo-arabe de 1948.

Histoire ancienne et médiévale[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques ont mis au jour sur l’emplacement du village des artefacts des périodes romaine et byzantine[1]. Tant les sources historiques que les fragments de bols à cristallisation trouvés sur place ont permis d’identifier le site comme un lieu de production de sucre dès le XIe siècle ; cette production continua pendant l’époque croisée et mamelouke, et jusqu’au début du XVIIe siècle[1].

Le village était connu à l’époque des croisades sous le nom de « Le Fierge », et appartenait au fief de Casal Imbert[2]. En 1253, Henri Ier de Chypre accorda les terres de Casal Imbert, dont Le Fierge, à Jean d'Ibelin (1179-1236)[3],[4],[5],[6]. Peu après, en 1256, Jean d’Ibelin loua pour dix ans Az-Zeeb et ses dépendances, en particulier le village du Fierge à l’ordre Teutonique[7],[5]. En 1261, Az-Zeeb, Le Fierge et Le Quiebre, furent vendus à l’ordre teutonique, en échange pour une somme annuelle versée tant qu’Acre restait aux mains des chrétiens[8],[9]. En 1283, le village faisait encore partie du domaine des Croisés, basés à Acre, car il est mentionné à ce titre lors de la trêve entre eux et le sultan mamelouk Al-Mansûr Sayf ad-Dîn Qala'ûn al-Alfi[10],[11].

Selon l’historien Ahmad al-Maqrîzî, en revanche, le village était sous gouvernement mamelouk en 1291 : le sultan al-Ashraf Khalil attribue le revenu du village, indiqué alors sous le nom de Farah, à un waqf au Caire[12],[13].

Période ottomane[modifier | modifier le code]

Intégré à l’empire ottoman en 1517 comme toute la région de la Palestine, le village, sous le nom de Farja apparaît dans le registre fiscal ottoman de 1596, comme faisant partie du nahié (sous-district) of Tibnine dans le sandjak de Safed, doté de 24 ménages et13 célibataires, tous musulmans[14]. Les villageois paient un impôt au taux fixe de 20% sur les produits agricoles, le blé, l’orge, les récoltes d’été, le coton, les chèvres et les ruches, ainsi que sur d’autres revenus occassionels et sur un moulin à eau, pour un total de 1 576 astres. La moitié était versée à un waqf non identifié[15]

En 1799, le village est désigné sous le nom de El Fargi sur la carte de Pierre Jacotin, établie dans le cadre de la campagne d’Égypte[16]. Une inscription en marbre, dans le mur au-dessus du portail de la mosquée du village, date la construction de ce bâtiment de l’an 1254 de l’Hégire, soit 1838-1839[17].

En mai 1875, l’explorateur et géographe français Victor Guérin visita la région. Il décrit le village comme entouré de « délicieux jardins » et irrigué par l’eau du Nahr al-Mafshukh. Beaucoup de maisons, ajoute-t-il, étient construites avec soin, certaines intégrant de morceaux de pierre antiques. Il note aussi que l’emplacement d’une vieille église démolie est encore reconnaissable et que les 200 habitants du village sont musulmans[18]. En1881, le Survey of Western Palestine du Fonds d’exploration de la Palestine le décrit aussi comme construit en pierre et doté d’une population de 200 habitants. Les villageois y plantaient des figuiers, des oliviers, des mûriers et des grenadiers[19],[2].

Mais le recensement fait en 1887 environ indique qu’Um el Ferj a alors 690 habitants, tous musulmans[20].

Le village sous mandat britannique[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 1922, conduit par les autorités britanniques en Palestine mandataire, Umm al-Faraj a une population de 322 personnes, de religion musulmane[21], qui augmente à 415 personnes, dont deux chrétiens, répartis en 94 maisons, lors du recensement de 1931[22]. La population vivait de l'agriculture[2].

Dans les statistiques établies en 1945, la population d'Umm al-Faraj atteint 800 habitants, tous musulmans[23] établis sur un total de 825 dounams de terres[24]. Les citrons et les bananes étaient cultivés sur 745 dounams 18 dounams étaient utilisés pour les céréales, 42 dounams étaient irrigués ou plantés de vergers[2],[23],[25], et 15 dounams étaient occupés par des bâtiments et des maisons[23],[26]. Les maisons les plus anciennes étaient très proches les unes des autres et rassemblées en cercle, tandis que les maisons plus récentes, construites après 1936, étaient dispersées dans les vergers[2].

La guerre de 1948 et ses suites[modifier | modifier le code]

Au cours de la guerre israélo-arabe de 1948, Umm al-Faraj fut attaqué par la brigade Carmeli lors de la deuxième phase de l'opération Ben-Ami. L'ordre opérationnel émis le 19 mai 1948 était d« attaquer avec l'objectif d'une conquête, de tuer les hommes adultes, de détruire et de brûler[27] ». L'attaque se produisit les 20 et 21 mai 1948, les forces Carmeli s'emparant d'Umm al-Faraj ainsi que d'Al-Kabri, d'al Tall et d'Al-Nahr, avant de les démolir[28].

Après la guerre, la zone fut incorporée au nouvel état israélien. Le moshav de Ben Ami fut établi en 1949, en partie sur des terres de l'ancien village[29].

L'historien palestinien Walid Khalidi décrivit ainsi les restes du village en 1992: « Seule demeure la mosquée de pierre. Elle est fermée, dans un état de décrépitude au milieu de hautes herbes sauvages. On peut voir de nombreux arbres, peut-être antérieurs à la destruction du village. Les terres à proximité sont cultivées ; une plantation de bananiers appartient à la colonie de Ben Ammi[30],[29] ».

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Umm al-Faraj » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b Getzov, Stern et Shapiro 2016.
  2. a b c d et e Khalidi 1992, p. 34.
  3. Strehlke 1869, 84-85, No. 105.
  4. Röhricht 1893, RRH, p. 318, No. 1208.
  5. a et b Frankel 1988, p. 264.
  6. Ellenblum 2003, p. 68.
  7. Röhricht 1893, RRH, p. 328, No. 1250.
  8. Strehlke 1869, p. 106-107, No. 119.
  9. Röhricht 1893, RRH, p. 341-342, No. 1307.
  10. Barag 1979, p. 204, #24.
  11. Khamisy 2014, p. 93, #31.
  12. Maqrizi 1845, vol 2, p. 131.
  13. Barag 1979, p. 203.
  14. Rhode 1979, p. 6, conteste la date et conclut que le registre en question date en fait de 1548-1549.
  15. Hütteroth et Abdulfattah 1977, p. 193.
  16. Karmon 1960.
  17. Sharon 1997, p. 170-171.
  18. Guérin 1880, p. 45-46.
  19. Conder et Kitchener 1881, SWP I, p. 147.
  20. Schumacher 1888, p. 190.
  21. Barron 1923, Table XI, Sub-district of Acre, p. 36.
  22. Mills 1932, p. 105.
  23. a b et c Statistiques de 1945, p. 5.
  24. Hadawi 1970, p. 41.
  25. Hadawi 1970, p. 81.
  26. Hadawi 1970, p. 131.
  27. Morris 2004, p. 253, note 727.
  28. Morris 2004, p. 253-254, note 729.
  29. a et b Khalidi 1992, p. 35.
  30. « Only the stone mosque remains. It is shut and stands in a state of decay amid tall wild grass. Many trees that might predate the village's destruction can be seen. The nearby lands are cultivated; a banana grove belongs to the Ben Ammi settlement ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Department of Statistics, Village Statistics, April, 1945, Government of Palestine, (lire en ligne).
  • Taki-Eddin-Ahmed-Makrizi (trad. Étienne Marc Quatremère), Histoire des sultans mamlouks de l’Egypte, t. 2, Paris, Oriental Translation Fund of Great Britain and Ireland et Benjamin Duprat, (lire en ligne).
  • (en) Dan Barag, « A new source concerning the ultimate borders of the Latin Kingdom of Jerusalem », Israel Exploration Journal, vol. 29,‎ , p. 197–217.
  • (en) John Bernard Barron, Palestine : Report and General Abstracts of the Census of 1922, taken on the 23rd of Octobre, 1922, Jérusalem, Greek Convent Press, (lire en ligne), Table XI, Sub-district of Acre, p. 36.
  • (en) Claude Reignier Conder et Horatio Herbert Kitchener, The Survey of Western Palestine: Memoirs of the Topography, Orography, Hydrography, and Archaeology, Londres, Committee of the Palestine Exploration Fund, (lire en ligne).
  • Claudine Dauphin, La Palestine byzantine, Peuplement et Populations, vol. III : Catalogue, Oxford, Archeopress, coll. « BAR International Series » (no 726), .
  • (en) Ronnie Ellenblum, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge University Press, (ISBN 9780521521871).
  • (en) Robert Fisk, Pity the nation: Lebanon at war, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 978-0192801302, lire en ligne), chapitre 2.
  • (en) Rafael Frankel, « Topographical notes on the territory of Acre in the Crusader period », Israel Exploration Journal, vol. 38, no 4,‎ , p. 249–272.
  • Nimrod Getzov, Edna J. Stern et Anastasia Shapiro, « Umm al-Faraj (Moshav Ben Ami) », Hadashot Arkheologiyot - Excavations and Surveys in Israel, vol. 128,‎ (lire en ligne).
  • Victor Guérin, Description Géographique Historique et Archéologique de la Palestine, vol. 3: Galilee, pt. 1, Paris, Imprimerie Nationale, (lire en ligne).
  • (en) Sami Hadawi, Village Statistics of 1945: A Classification of Land and Area ownership in Palestine, PLO Research Center, (lire en ligne).
  • (en) Wolf-Dieter Hütteroth et Kamal Abdulfattah, Historical Geography of Palestine, Transjordan and Southern Syria in the Late 16th Century, Erlangen, Vorstand der Fränkischen Geographischen Gesellschaft, coll. « Erlanger Geographische Arbeiten » (no 5), (ISBN 3-920405-41-2, lire en ligne).
  • (en) Yehuda Karmon, « An Analysis of Jacotin's Map of Palestine », Israel Exploration Journal, vol. 10, nos 3,4,‎ , p. 155–173; 244–253 (lire en ligne).
  • (en) Walid Khalidi, All That Remains: The Palestinian Villages Occupied and Depopulated by Israel in 1948, Washington D.C., Institute for Palestine Studies, (ISBN 0-88728-224-5, lire en ligne).
  • (en) Rabei G. Khamisy, « The Treaty of 1283 between Sultan Qalāwūn and the Frankish Authorities of Acre: A New Topographical Discussion », Israel Exploration Journal, vol. 64, no 1,‎ , p. 72–102.
  • (en) Eric Mills, Census of Palestine 1931 : Population of Towns, Villages and Administrative Areas, Jérusalem, Greek Convent and Goldberg Presses, (lire en ligne).
  • (en) Benny Morris, The Birth of the Palestinian Refugee Problem Revisited, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-00967-6, lire en ligne).
  • (en) Edward Henry Palmer, The Survey of Western Palestine: Arabic and English Name Lists Collected During the Survey by Lieutenants Conder and Kitchener, R. E. Transliterated and Explained by E.H. Palmer, Committee of the Palestine Exploration Fund, (lire en ligne).
  • (en) Harold Rhode, Administration and Population of the Sancak of Safed in the Sixteenth Century (Ph D en sciences politiques), Columbia University Press, (lire en ligne).
  • (la) Reinhold Röhricht, (RRH) Regesta Regni Hierosolymitani (MXCVII-MCCXCI), Innsbrück, Libraria Academica Wagneriana, (lire en ligne).
  • (en) Gottlieb Schumacher, « Population list of the Liwa of Akka », Quarterly statement - Palestine Exploration Fund,‎ , p. 169-191 (lire en ligne).
  • (la) Moshe Sharon, Corpus Inscriptionum Arabicarum Palaestinae, B-C, vol. 2, Brill, (ISBN 9789004110830, lire en ligne).
  • (la) Ernst Strehlke, Tabulae Ordinis Theutonici ex tabularii regii Berolinensis codice potissimum, Berlin, Weidmanns, (lire en ligne).

Lien externe[modifier | modifier le code]