Tout sur l'Algérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tout Sur l'Algérie)
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Tout Sur l'Algérie
Image illustrative de l'article Tout sur l'Algérie

Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Langue Français, Arabe
Périodicité Quotidienne
Format Site internet
Genre Actualité nationale
Diffusion 4 millions de visiteurs uniques par mois.12 millions de pages vues. ex. (2015 [1])
Fondateur Lounès Guemache
Date de fondation 2007

Propriétaire TSA Média (Lounes Guemache), société de droit français, sise à Paris
Site web Tout Sur l'Algérie

Tout Sur l'Algérie, ou TSA, est un site web d'information généraliste francophone, lancé en juin 2007 par deux frères journalistes, Hamid et Lounès Guemache. Ce dernier est responsable de la rédaction. Hamid Guemache est directeur du titre.

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

TSA est lancé en juin 2007 avec peu de moyens financiers et trouve rapidement son lectorat. Le site se présente aujourd'hui comme le premier quotidien électronique algérien. En 2015, il comptait 4 millions de visiteurs uniques par mois et 12 millions de pages vues[1]. Ses lecteurs se trouvent autant en Algérie que parmi la communauté algérienne à l'étranger.

En 2014, TSA lance son application mobile, disponible pour iPhone et téléphones sous Android. Le site propose aussi une refonte complète de son interface graphique et mise davantage sur la vidéo durant la présidentielle algérienne.

TSA se veut une source d'information fiable centrée sur l'actualité politique, économique, sociale et sécuritaire de l'Algérie. Il publie aussi des dossiers sur le Maghreb et le Moyen-Orient avec des mises à jour régulières, en fonction de l'évolution de l'actualité.

En février 2014, TSA publie l'interview choc de Amar Saadani, secrétaire général du FLN, lequel s'en prend ouvertement au chef du renseignement algérien, le Général Toufik. En mai 2014, l'homme d'affaires Issad Rebrab, l'une des premières fortunes d'Algérie, annonce dans TSA qu'il quitte le Forum des chefs d’entreprises (FCE).

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Équipe rédactionnelle[modifier | modifier le code]

L’équipe de la rédaction de TSA est constituée d’une vingtaine de journalistes basée à Alger. Hamid Guemache est le directeur. Lounès Guemache est le responsable de la rédaction. L'équipe rédactionnelle est complétée par Achira Mammeri, Hadjer Guenanfa, Massissilia Chafai, Tewfik Abdelbari, Souhila Bouazza, Zahra Rahmouni, Imen Misraoui, Houssam Eddine Beggas, Samy Bechiri et Yacine Babouche. Le caricaturiste Ghilas Aïnouche officie aussi sur TSA.

Outre les journalistes, TSA dispose aussi de chroniqueurs permanents qui publient des billets hebdomadaires. Mohamed Benchicou et Hafid Derradji en font partie. Le mystère plane sur l'identité des deux autres contributeurs, Gauthier de Voland et Ghani Gedoui. Le ministre de la Communication Hamid Grine fut soupçonné d'écrire sous ce dernier pseudo. Lui a toujours démenti. Gauthier de Voland et Ghani Gedoui ont cessé d'écrire sur TSA à l'été 2014.

Accord de partenariat[modifier | modifier le code]

Un accord de partenariat entre TSA et l'hebdomadaire économique français La Tribune, signé le 29 octobre 2015[1]. Cet accord a pour objectif de renforcer les relations entre ces deux médias et d’optimiser le traitement de l’information économique qui se traduit par un échange de contenus éditoriaux axés sur la coopération économique entre l'Algérie et de la France qui seront publiés simultanément sur le deux médias et la formation des journalistes de TSA au traitement de l’information économique par la rédaction de La Tribune et par l’accueil dans chacune des rédactions des journalistes du média partenaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]