Tour Carbonnière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour Carbonnière
Tour Carbonnière V05.JPG
La tour Carbonnière vue du sud
Présentation
Type
Construction
XIIIe siècle
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Red pog.svg

La tour Carbonnière est une tour de guet construite à la fin du XIIIe siècle[1] pour protéger la ville fortifiée d'Aigues-Mortes, dans le département français du Gard en région Occitanie.

Localisation[modifier | modifier le code]

La tour se trouve sur le territoire de la commune de Saint-Laurent-d'Aigouze, dans le département du Gard en région Occitanie.

Elle se dresse au milieu des marais, entre le Vistre et le canal du Rhône à Sète, sur l'ancienne route reliant Saint-Laurent-d'Aigouze à Aigues-Mortes.

Sa terrasse offre une vue panoramique sur la Petite Camargue.

La tour Carbonnière vue depuis le sentier de découverte et le marais.

Historique[modifier | modifier le code]

La tour Carbonnière est citée pour la première fois dans un texte daté de 1346 qui donne des précisions sur la fonction de l’ouvrage : il y est dit que « cette forteresse est la clé du royaume en cette contrée. »

En effet, située au milieu des marais, elle était le passage obligé pour accéder à Aigues-Mortes : son franchissement faisait l'objet d'un péage. Elle était tenue par une garnison composée d’un châtelain et de plusieurs gardes. La terrasse pouvait supporter jusqu'à quatre pièces d'artillerie.

Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1889[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

La porte de la tour

De plan rectangulaire, la tour est édifiée en pierres de taille à bossage (pierres de taille avec partie centrale saillante et joints accentués), exactement comme les remparts d'Aigues-Mortes. À mi-hauteur, la tour présente une rangée de pierres à bossage plus régulières et de couleur plus foncée. Certaines pierres de taille présentent des marques de tâcheron similaires à celles que l'on trouve sur les remparts d'Aigues-Mortes.

La route traversait jadis la tour, par une porte défendue par une herse et surmontée d'un arc surbaissé. La base et le sommet des façades méridionales et septentrionales est percée de deux grandes meurtrières. Le parapet de la plate-forme qui surmonte la tour est doté d'un créneau unique sur chaque face et d'une échauguette à chaque angle.

Le site aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Fin 2009, la tour Carbonnière a fait l'objet de travaux visant à assurer la sécurité du public, notamment sur l'escalier et la terrasse. Un sentier de découverte a également été créé dans le marais alentour. Ces aménagements ont été réalisés par le Centre des monuments nationaux, la DRAC de la région Languedoc-Roussillon et le Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise, dans le cadre de l'opération Grand site en Petite Camargue[3].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]