Tomisaburo Wakayama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tomisaburo Wakayama, né le à Tokyo et mort le à Kyoto, est un acteur japonais de cinéma, essentiellement connu pour avoir interprété le rôle principal dans les six films de la saga Baby Cart.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père est un acteur de kabuki et lui et son jeune frère, Shintarō Katsu, le suivent dans tous ses déplacements pour le théâtre. Il commence à faire du judo à l'âge de 13 ans et finit par devenir ceinture noire quatrième dan[1]. Il fait partie de la même troupe de kabuki que son père et son frère mais abandonne ce métier au terme de son contrat de deux ans. Il enseigne alors le judo jusqu'à ce que la Tōhō l'engage pour jouer dans des films de Jidai-geki en 1955[1]. Il débute alors une carrière prolifique, jouant dans plus de 250 films, et s'entraînant pour préparer ses rôles dans plusieurs disciplines martiales comme le kenpō, l'iaidō, le kendo et le bō-jutsu[2]. Il obtient les plus hautes récompenses du cinéma japonais pour son rôle dans Shodo satsujin: Musuko yo mais est surtout célèbre pour son rôle d'Ogami Itto dans les films de chanbara de la saga Baby Cart. Souffrant d'une insuffisance cardiaque, il meurt en 1992.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Blue Ribbon Awards : meilleur acteur dans un second rôle pour Sugata Sanshiro et Akuma no temari-uta en 1978.
  • Awards of the Japanese Academy : meilleur acteur pour Shodo satsujin: Musuko yo en 1980.
  • Kinema Junpo Awards : meilleur acteur pour Shodo satsujin: Musuko yo en 1980.
  • Prix du film Mainichi : meilleur acteur pour Shodo satsujin: Musuko yo en 1980.
  • Blue Ribbon Awards : meilleur acteur pour Shodo satsujin: Musuko yo en 1980.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Gus Leous, « Tomisaburo Wakayama », sur newfinder.org (consulté le 9 décembre 2011)
  2. (en) « Tomisaburo Wakayama », sur Asiateca (consulté le 9 décembre 2011)