Thibault Lamarque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thibault Lamarque
Thibault Lamarque.png
Biographie
Naissance
(43 ans)
Sèvres
Nationalité
Formation
Activité
Fondateur et Président directeur général de Castalie
Autres informations
Distinction

Thibault Lamarque est un entrepreneur français. Il est le fondateur et président de la société Castalie.

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Thibault Lamarque grandit à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine[1]. Il présente dès l’enfance un intérêt pour la protection de l’environnement[1]. Il étudie ensuite les affaires internationales à l’université Paris-Dauphine, où il décroche un DESS et écrit un mémoire sur l’accès à l’eau au Maroc[1],[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière en faisant un VIE chez Veolia en Australie[2] puis comme auditeur interne chez Veolia Environnement avant de devenir directeur financier d’Alter Eco, une entreprise spécialisée dans la vente de produits bio et issus du commerce équitable, fondée par Tristan Lecomte[1].

En 2011, Thibault Lamarque s'engage dans la lutte contre l'utilisation de bouteilles en plastique, selon lui une « aberration écologique et économique[3] ». Il crée alors Castalie, une entreprise proposant à la location, d’abord dans le secteur de l'hôtellerie-restauration puis dans les entreprises de tous les secteurs[2], une fontaine à eau qui microfiltre l’eau du réseau, permettant ainsi d’en supprimer le chlore, les particules, les métaux lourds et d’avoir une eau neutre en goût, plate ou pétillante[4].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Thibault Lamarque publie en juin 2019 une tribune dans Le Parisien, dans laquelle il appelle les pouvoirs publics à lancer une campagne nationale de sensibilisation sur le plastique et les limites du recyclage[5]. En novembre de la même année, il co-signe, notamment aux côtés de François Gabart et Marie Tabarly, une tribune dans le Journal du Dimanche appelant à mettre fin à la folie des bouteilles en plastique[6]. Enfin, en décembre, dans le cadre d’une réflexion sur l’impact de la tech sur le réchauffement climatique, il se prononce dans Les Échos pour une limitation du flux de données accordé aux services de streaming et à leurs utilisateurs[7].

En 2021, il investit à titre personnel et accompagne des startups à impact, parmi lesquelles moka.care, une start-up française spécialisée dans le bien-être au travail[8] ou auum, une entreprise proposant une machine de nettoyage rapide de verres, qui se veut une alternative écologique aux gobelets en plastique[9].

Thibault Lamarque est membre de Sea Shepherd et de Greenpeace[1]. Il est chevalier de l’ordre national du Mérite, promotion janvier 2021[10].

Notes & références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Camille Wong, « Thibault Lamarque veut nous faire boire de l'eau du robinet, et ça marche », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a b et c Bruno Jacquot, « Castalie: «Un capitalisme cohérent et humain» », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Patricia Salentey, « L'eau de Castalie, une alternative aux eaux minérales pour les restaurants », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Nathalie Lamoureux, « Histoires d'eau », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Thibault Lamarque, « Thibault Lamarque : «Nous fonçons droit sur un iceberg de plastique !» », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Thibault Lamarque, François Gabart et Marie Tabarly, « TRIBUNE. "Mettons fin à la folie des bouteilles en plastique" », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. Collectif, « La Tech face au défi climatique », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Romain Dillet, « Moka.care is a European mental healthcare solution for employees », TechCrunch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Peggy Baron, « auum lève 1,3 millions € pour faire disparaître les gobelets à usage unique en entreprise », L'ADN,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Décret du 31 décembre 2020 portant promotion et nomination dans l'ordre national du Mérite », sur Légifrance, (consulté le )