Texte occidental

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Codex Bezae - principal témoin du “texte occidental” - Page du texte grec - Luc 23,47-24,1

Depuis Griesbach[1] (1775) et Michaelis[2] (1802), les spécialistes de la critique textuelle identifient quatre grands types ou familles de texte du Nouveau Testament : alexandrin, occidental, césaréen et byzantin[3],[4].

Le texte occidental est la version du Nouveau Testament qui, traduite depuis le grec, a fixé le texte de la Vulgate latine et de la bible syriaque. C’est aussi celle que l’on retrouve dans les citations de certains pères de l’Église des IIe et IIIe siècles : Cyprien, Tertullien et Irénée de Lyon. Le texte occidental possèdent des traits caractéristiques que l’on retrouve notamment dans les Évangiles, les Actes des Apôtres et les épîtres pauliniennes ; il ne comporte ni les épîtres catholiques, ni l’Apocalypse. L’appellation « texte occidental » est due à l'érudit allemand Semmler (1725–1791), qui situait son origine dans les premiers foyers chrétiens en Occident.

Traits caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Lacunes de la tradition occidentale : Matt 16,2-3; Luc 22,43-44; Jean 5,4; 7,53-8,11; 21,25; Rom 16,24.

Le texte occidental a été conservé par les manuscrits suivants :

Signe Nom Date Contenu
37 Papyrus 37 ca. 300 fragment de Mt 26
38 Papyrus Michigan c. 300 fragment de Ac
48 Papyrus 48 IIIe siècle fragment de Ac 23
69 Oxyrhynchus XXIV IIIe siècle fragment de Lc 22
0171 IVe siècle fragments de Mat et Lc
(01) ﬡ Codex Sinaiticus IVe siècle Jn 1,1-8,38
Dea (05) Codex Bezae c. 400 Évangiles et Actes
W (032) Codex Washingtonianus Ve siècle Mc 1,1-5,30
Dp (06) Codex Claromontanus VIe siècle Actes, Épîtres catholiques, et Épîtres de Paul
Fp (010) Codex Augiensis IXe siècle Épîtres de Paul
Gp (012) Codex Boernerianus IXe siècle Épîtres de Paul
Autres sources manuscrites
25, 29 (?), 41, 066, 0177, 36, 88, 181, 255, 257, 338, 383, 440, 614, 913, 915, 917, 1108, 1245, 1518, 1611, 1739, 1836, 1874, 1898, 1912, 2138, 2298[5].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Griesbach et Gabler (dir.), Opuscula Acadenzica,, vol. 1, , thèse de doctorat, « Dissertatio Critica de Codicibus Quatuor Evangeliorum Origenianis (pars prima) », p. 239, puis Griesbach et Schulz (dir.), Prolegomena in Novum Testamentum, vol. 1 (réimpr. 3e), lxx et suiv.
  2. Michaelis et Marsh (dir.), Introduction to the New Testament, vol. 2, Londres, F. & C. Rivington, (lire en ligne), p. 173 et suiv.
  3. D’après Frederic Kenyon, Our Bible & the Ancient Manuscripts, Eyre & Spottiswoode, (réimpr. 4e, 1939)) (lire en ligne).
  4. D’après James Strong et John McClintock, The Cyclopaedia of Biblical, Theological and Ecclesiastical Literature, New York, Harper and Brothers, 1867-1887 (lire en ligne), « Recensions Of The New Testament ».
  5. David Alan Black, New Testament Textual Criticism, Baker Books, 2006, p. 65.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Rendel Harris, Four lectures on the western text of the New Testament (London 1894)
  • A.F.J. Klijn, A Survey of the Researches Into the Western Text of the Gospels and Acts (1949-1959), Novum Testamentum, Volume 3, Numbers 1-2, 1959, pp. 1-53.
  • Bruce M. Metzger, Bart D. Ehrman, The Text of the New Testament: Its Transmission, Corruption and Restoration, Oxford University Press, 2005.
  • Bruce M. Metzger, A Textual Commentary On The New Testament: A Companion Volume To The United Bible Societies' Greek New Testament, 1994, United Bible Societies, London & New York, pp. 5*-6*.
  • Delobel J., Focus on the ‘Western’ Text in Recent Studies, Ephemerides Theologicae Lovanienses, 1997, vol.73, pp. 401-410.