Teleghma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Teleghma
Noms
Nom arabe تلاغمة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Mila
Daïra Teleghma
(chef-lieu)
Code postal 43250
Code ONS 4306
Démographie
Population 48 028 hab. (2008[1])
Densité 248 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 06′ 55″ nord, 6° 21′ 51″ est
Altitude 750 m
Min. 710 m
Max. 1 286 m
Superficie 194 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Mila.
Localisation de la commune dans la wilaya de Mila.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Teleghma

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Teleghma

Teleghma, Telerghma, Telergma ou Telaghma (en tamazight talghemt (la chamelle), arabe : التلاغمة, At'elaghma) est une commune algérienne, située dans la wilaya de Mila.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Teleghma est un mot d'origine berbère. Le mot Ait telghemet n'a pas d'étendue en cette plaine que les historiens français leur donnent autre signification loin de toute imagination.

L'archéologue G'zell et l'historien et homme d’état français Ernest Mercier, citent les tribus de Teleghma et ses sources d'eaux dans son œuvre Histoire de Constantine (1903).

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est le chef-lieu d'une daïra d'Algérie, d'une grande importance économique (agriculture et tourisme) pour la région.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Teleghma est située au sud-est de la wilaya de Mila, à 67 km de Mila et 36 km de Constantine.

Communes limitrophes de Teleghma
Chelghoum Laid Oued Athmania Oued Seguen
Chelghoum Laid, M'chira Teleghma Ouled Hamla (Oum El Bouaghi)
M'chira Souk Naamane (Oum El Bouaghi) Souk Naamane (Oum El Bouaghi)

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux rivières, l'Oued Seguen et l'Oued El Ouni.

À la limite nord-ouest s'élève le Djebel Toukouia à près de 1 000 m d'altitude ; au sud-ouest se trouve le Djebel Meziout à 1 116 m et au sud le point culminant, le Djebel Teioualt à 1 286 m.

Transports[modifier | modifier le code]

Route[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la RN100 qui permet de rejoindre M’chira à l'ouest et Ain M'lila à l'est, et par la RN5A au nord en direction de Oued Seguen et Oued Athmania.

Train[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire de Teleghma est desservie par les lignes SNTF Alger-Constantine et Alger-Annaba.

Lieux-dits, quartiers et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune compte une agglomération secondaire appelée Mechtat El Mekhalfa ou Ouled Smail et plusieurs petites mechtas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le centre de peuplement est créé au XIe siècle à l'emplacement d'une source d'eau appelée Ain Seguin, avec la présence d'une personnalité spirituelle Ahmed Ben Tamimount (?-1203).

Cette installation n'est pas encore un village, étant donné que toutes les tribus mènent une vie bédouine, sans exception. Le premier homme à y établir son domicile installe une modeste zaouia avec des tentes, non loin du siège de la commune deM'chira, Daira de Teleghma, Wilaya de Mila.

Ce petit village sera connu grâce à Ahmed Bey ou Hadj Ahmed Bey (1784-1850), qui est le dernier Bey de Constantine. Il construisit le camp d'installation et d'instruction de son armée dans ce petit village afin de diriger la résistance algérienne contre les forces d'occupation française dans l'est de l'Algérie de 1830 à 1848. En plus d'avoir organisé la défense de Constantine, il mena plusieurs batailles contre l'armée française et gagna sa première bataille contre cette armée en 1836 contre le maréchal Clauzel. Quand les Français prennent Constantine, il parvient à s'échapper et à organiser la résistance dans les Aurès. Mais isolé et affaibli, cerné par les forces françaises, il doit se rendre avec quelques résistants en juin 1848. D'après la plupart des récits à Alger, il meurt empoisonné en résidence surveillée.[réf. nécessaire]

Ce village n’était pas au sens propre du mot une agglomération bien construite aux temps des Turcs, comme on peut le déterminer avec les écrits de l'historien E.Vayssettes dans son ouvrage L'histoire de Constantine sous la domination turque de 1517-1837.

Ainsi la soumission deAhmed Bey n'a aucun lien avec les tribus de Teleghma. Car il y a des écrits officiels qui traitent ça loin de toute manipulation (voir: Histoire de Constantine d'Ernest Mercier p:524).

Après la mort du Bey Ahmed, l'occupation française prend le camp et y installe son armée ; le camp est rebaptisé et devient la plus grande caserne sur le territoire algérien. L'armée française inaugure un aéroport militaire au sein de la caserne, et c'est de cet aéroport que les avions bombardiers français décolleront vers le village frontalier Sakiet Sidi Youssef pour le bombarder : Le 8 février 1958, l'armée française indique qu'un avion, touché par une mitrailleuse postée à Sakiet Sidi Youssef, a dû se poser en catastrophe à Tébessa. Le général Edmond Jouhaud, commandant de la 5e région aérienne, décide d'effectuer un raid et demande à Gaillard et Jacques Chaban-Delmas (ministre de la défense) l'autorisation de riposter. Vers 10h50, un marché où se pressent des paysans de la région est mitraillé par une escadrille de chasseurs volant en rase-mottes. Ensuite, trois vagues de sept bombardiers B26 pilonnent la localité jusque vers midi. Le bilan varie entre 72 et 75 morts et 148 blessés dont une douzaine d'élèves d'une école primaire et des réfugiés algériens regroupés par une mission de la Croix-Rouge.

C'est après l'indépendance de l'Algérie que le drapeau algérien flottera dans la caserne de Telergma qui est occupée par l'Armée Algérienne depuis lors, et ce petit village devient une daira de la wilaya de Mila. La commune est fondée en 1958.

L’armée française ne s'est pas emparée d'un camp existant à Teleghma après la soumission de Ahmed Bey, aucun groupement militaire n’était à cet endroit rallié au bey de Constantine en dehors de la ville du Beylik. Sa soumission était le 2 juin 1848 après une préparation par des intermédiaires arabes au camp des bureaux arabes qui ont bien joué l'affaire avec un de ses anciens alliés qui a changé sa position et rejoint les rangs du gouvernement français en Algérie. Sa mort a lieu après quelques mois de captivité et d'internement à Alger.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Teleghma est un nom numide comme d'autres cités tel que Tamlouka. Son histoire remonterait, d'après certaines sources[Qui ?], à environ 1 000 ans ou plus.

Économie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2012)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'élevage de moutons et les cultures des légumes, du blé et de l'orge sont les principales activités agricoles.

Actuellement l’économie de cette région a bien connu une transformation radicale en ses sources et potentialités. Elle s'est largement spécialisée en agrumes et en légumes avec les forages d'eaux que les agriculteurs ont mis pour rentrer aux marchés de gros non loin de leurs demeures et terres cultivées.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Il existe une source thermale appelée Hammam Ouled Djali et des ruines romaines de Mashta Almzaash.

Le tourisme dans cette région dispose de peu de moyens. Malgré l'apparition d'une nappe d’eaux thermales et l'investissement des propriétaires de ces sources, très peu est encore fait à cause du manque d'investissements.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1984 1990 2008
30 456 40 846 48 028

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Liste des présidents d'APC de Teleghma[modifier | modifier le code]

Présidents d'APC
Période Identité Étiquette Qualité
2002 2006 Saïd Athmani FLN  
2006 2006 Chadi Derradji Al Islah  
2007 2011 Messaoud Haddadou FLN  

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Teleghma a longtemps abrité la base aérienne de la 5e région militaire avant qu'elle ne soit transférée à Berriche (Oum El Bouaghi). Elle reste cependant une importante ville de garnison.

En revenant aux temps lointains et d’après ce qui a été écrit par l'historien sociologue Ibn Khaldoun qui a été le maître sans équivoque de l'histoire du Maghreb et dans son œuvre Histoire des Berbères.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]