Sakiet Sidi Youssef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sakiet Sidi Youssef
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Le Kef
Délégation(s) Sakiet Sidi Youssef
Maire Mohamed Salah Chebbi[1],[2]
Code postal 7120
Démographie
Population 6 196 hab. (2004[3])
Géographie
Coordonnées 36° 13′ 20″ N 8° 21′ 17″ E / 36.222084, 8.35469536° 13′ 20″ Nord 8° 21′ 17″ Est / 36.222084, 8.354695  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (administrative)

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Sakiet Sidi Youssef

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (relief)

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Sakiet Sidi Youssef
Liens
Site web www.commune-sakietsidiyoussef.gov.tn

Sakiet Sidi Youssef (arabe : ساقية سيدي يوسف) est une petite ville du Nord-Ouest de la Tunisie située à quelques kilomètres de la frontière algéro-tunisienne, sur la route RN5, entre la ville tunisienne du Kef et la ville algérienne de Souk Ahras.

Administration[modifier | modifier le code]

Rattachée au gouvernorat du Kef, elle constitue en 2004[3] une municipalité de 6 196 habitants ; elle est aussi le chef-lieu d'une délégation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette localité, nommée Naraggara par Ptolémée[4] à l'époque romaine[5], faisait partie de la province romaine d'Afrique proconsulaire. L'historien Polybe l'écrivait Margaron[6]. En 202 av. J.-C., lors de la bataille de Zama, Scipion l'Africain et Massinissa y affrontent Hannibal Barca. Son nom apparaît sur la Table de Peutinger[7].

Le 8 février 1958, le village est victime d'un bombardement de l'armée française[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 6 août 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°59, 9 août 2011, pp. 1448-1450
  2. Décret du 8 mars 2013 modifiant le décret du 6 août 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire de la République tunisienne, Journal officiel de la République tunisienne, n°23, 19 mars 2013, p. 1019
  3. a et b (fr) Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  4. Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 22, par Denis Diderot et Jean Le Rond d'Alembert : NARAGGARITANUS, (Géog. anc.), siège épiscopal d'Afrique, dans la province proconsulaire. Dans une lettre synodale des évêques de cette province au concile de Latran, on lit entre les souscriptions, Benenatus episcop. ecclesioe Naraggaritanoe. C'est la bonne orthographe, car Ptolémée lib. IV. chap. iij. nomme la ville Naraggara. Tite-Live, lib. XXX. chap. xxix. l'appelle Nadagara. Antonin la met entre Tagaste & Sica veneria, à vingt-cinq milles pas de la première, & à trente-deux milles de la seconde.
  5. (fr) Paul Monceaux, « Une inscription chrétienne d'Algérie », CRAI, vol. 63, n°3, 1919, pp. 248-251
  6. (fr) Ridha Alghaddhab, « Zama Regia (Henchir Jama, Tunisie), Proconsulaire », Jeunes Tunisiens, 10 février 2008
  7. [image] Table de Peutinger (section 3 : Afrique et Numidie)
  8. (fr) André Urban, États-Unis, tiers-monde et crises internationales (1953-1960) : aux origines d'un affrontement, éd. L'Harmattan, Paris, 2005, p. 119