El Karimia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

El Karimia
Noms
Nom arabe الكريمية
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Chlef
Code postal 02008
Code ONS 0204
Indicatif 027
Démographie
Population 28 821 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 07′ 00″ nord, 1° 33′ 00″ est
Localisation
Localisation de El Karimia
Localisation de la commune dans la wilaya de Chlef.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
El Karimia
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
El Karimia

El Karimia, anciennement Lamartine, est à la fois une daïra et une commune de la wilaya de Chlef en Algérie. El Karimia compte plus de 35 000 habitants et est située à 28 km au sud-est de Chlef, chef-lieu de la wilaya.

Géographie[modifier | modifier le code]

El Karimia est située entre les communes d'Oued Fodda, Harchoun, Sendjas et Beni Bouateb ; sur l'oued Fodda à l'entrée des portes de fer où il pénètre dans le massif de l'Ouarsenis par des gorges où est construit le premier barrage ou «petit barrage».

Il y a aussi d’autres équipements administratifs comme les siege de la commune, de la daïra, de la police nationale et de la gendarmerie, etc.

Le barrage de Beni Bouateb est appelé aussi barrage Steeg, du nom d’un des gouverneurs de l'Algérie française. La construction du barrage débute en 1926 et se termine en 1932[2]. Il est le premier des grands barrages construits en Algérie.[réf. souhaitée]

Ce barrage est considéré comme une une infrastructure hydraulique de premier plan par capacité de 225 millions de mètres cubes couvrant la demande d’irrigation la rive gauche de la vallée de Chlef.[Passage à actualiser]

Mosquées et lieux de culte[modifier | modifier le code]

Il existe trois mosquées dans la commune de El Karimia qui sont : la mosquée de l'émir Abdelkader, la mosquée de Ali Ibn Abi Taleb et la mosquée d'El Massoudi.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La commune est doté de plusieurs établissements scolaires repartis à travers son territoire; on peut citer les écoles primaires suivantes: École Mohamed Belacen, École Ibn Badiss, École Ahmed Mekraz. Les collèges suivants: CEM de Hassiba Ben Bouali, CEM de Nahdj El Djamhouria, CEM Chafaa Elarbi, CEM de Ali Elachachi. Les lycees suivants: Lycée de Hassiba Ben Bouali et Lycée d'Eldjadida.[3]

Situation[modifier | modifier le code]

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, quartiers et hameaux[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cette commune était appelée anciennement Lamartine en l’honneur d’Alphonse Lamartine, politicien et poète français. [réf. souhaitée]

Histoire[modifier | modifier le code]

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

La région fut bombardée au napalm par l'armée française durant la guerre d'Algérie. La population, perchée dans une montagne, faisait face au massif montagneux de l'Ouarsenis, fief des maquisards algériens durant la guerre d'Algérie.

Guerre civile algérienne[modifier | modifier le code]

Durant la guerre civile algérienne des années 1990, (décennie noire), la population fut forcée à l'exil par les groupes armés; car pour ces derniers, elle représentait un passage vers les autres wilayas comme Tissemssilet, Ain Defla, Relizane, etc.

Démographie[modifier | modifier le code]

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]