Boukadir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boukadir
Noms
Nom arabe بوقادير
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Chlef
Daïra Boukadir
Président de l'APC Hicham MEDJADJI
Code postal 02300
Code ONS 0212
Démographie
Gentilé BOUKADEROIS
Population 51 340 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 03′ 49″ nord, 1° 07′ 28″ est
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Chlef.
Localisation de la commune dans la wilaya de Chlef.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Boukadir

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Boukadir

Boukadir (anciennement Charon pendant la colonisation française), est une commune de la wilaya de Chlef en Algérie, située à 20 km à l'ouest de Chlef sur la route d'Oran.

Branche de mairie BOUKADIR
Mairie BOUKADIR
Mosqué à BOUKADIR

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Boukadir situé dans la plaine de l’ouest de Chlef, le siège de l’Etat, Seulement 22km  est estimée à 225 kilomètres carrés et une population de 48,548 habitants, selon les dernières statistiques pour l’année 2003.

Elle bordé au nord par la commune de Sobha et les montagnes de Dahra au sud par la commune de El Ouldja et Ammi Moussa et Ramka de l’Etat de Relizane et la municipalité de Ouled Ben Abdelkader  Chlef Province  à l’est par la commune de Oued Sly et le siège de l’Etat et sur la pelouse ouest de la municipalité de Merdja Sidi Abed dans la province de Relizane. Carte géographique de Boukadir

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

Pour le climat de la commune de Boukadir est un climat d’hiver froid dans une température modérée à 10°C et chaud en été , lorsque la température attient 45°C , de sorte que le sens économique essentiellement agricole et commercial.

Les revenus de la municipalité : magasin de location et des ressources municipales.

  • forêt  de richesse : environ 1 200 hectares.-au siège de population municipale 20180 habitants.
  • la municipalité occupe réseau routier  environ 220 km y compris 15 km route national et 17 km route provinciale, en tant que la commune à la chance dans le passage de l’autoroute Est-Ouest sur son territoire environ 17 km, En ce qui concerne les installations et les institutions la commune de Boukadir repose sur un certain nombre d’institutions économiques, l’enseignement de l’éducation et de service et les institutions économiques telles que les banques, les taxes et le centre Sonelgaz et  établissements d’enseignement telles que les écoles primaires et moyennes et secondaires et un centre de formation et maison de jeune et salle de sport et une aire jeux et les institutions gouvernementales officielles et poste de police et une unité d’intervention rapide de la caserne de la police judiciaire et la gendarmerie nationale et une unité de protection civile et cour de la justice .
  • Que ce soit pour  tremblement de terre la commune a secoué le dixième d'octobre 1980 et soulevé derrière et pour cette raison est l'urbanisation à construction naissante dans nos bâtiments municipaux et de nombreux bâtiments modernes. La commune de Boukadir a également reçu deux visites au président algérien Abdelaziz Bouteflika et ceci dans le but de lance des projets établis dans le cadre du programme de développement.
Bureau de poste à Boukadir
La mairie de Boukadir
Boukadir centre-ville

Toponymie[modifier | modifier le code]

le village prit le nom de :«Boukadir»,toponyme à la signification diversement interprétée. Il serait selon certains chercheurs, la transcription altérée par l’usage populaire de l’anthroponyme arabe [ Abd al Qàder] : en effet le nom a perdu le déterminatif [abd], laissant le second composant sous forme de nom simples «Abd al qàdar» qui signifie : «adorateur du Tout Puissant» est devenu : Qader ,Qadir ou Kader et Kadir associé plus tard à l’attributif Bou ; devient : [Bou-kader] nom attribué à un ancien oues qui traversait autrefois le village avant que l’on dévie actuellement par un canal souterrain et dont le bassin verseua se situe au pied du mausolée marabout Sidi Abdel Kader, donc [Oued Bou-kader] et probablement le même oued qu’on dénomme aujourd’hui (Oued khantéch). Une autre version bien qu’elle soit différent converger certainement avec la première vers le même trait géographique de la ville,disait que le toponyme est à l’origine :Bou-ghedir, nom du cours d’eau saisonnier qui arrose jadis le village. Bou : attributif, Ghedir veut dire : boue ;Bou Ghedir :qui signifie donc :[aux eaux boueuses]. El Ghadir signifie aussi [l’étang] qui serait plus probable en référence à un puits naturel, dit le trou du diable, communément appelé (Bir djennab) situé à 6 Km au Sud de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

La localité Boukadir est l'ancienne cité antique romaine de Vagal dont les vestiges sont toujours présents.

Anciennement Bou-Khader avant la colonisation, la localité est nommée Charon en 1896 et fait partie du département d'Alger puis du département d'Orléansville[2].

L’histoire du village de Bou-Kadir remonte jusqu’à la nuit des plus reculés ; son ancienneté fut marquée dés la préhistoire, par un peuplement pain d’origine berbère au hauteur de ses montagnes ;les grottes et les sépultures anciennes de différentes dimensions attentent bel en bien d’une présence néolithique, l’une d’elle analogues à celle de retaimia prés de Oued Rhiou. Au cours des guerres puniques en 219 av .J-C,la région entière devint une terre de passage ou se mêlent les influences des grandes royaumes berbères. le sort voulut que la limite, d’ailleurs fort incertaine, de ces .royaumes confinait notre région,alors qu’elle se trouvait ralliée aux masaesyles, subissant de temps à autre les incursions des massyles et ce jusqu’à l’unification de la Numidie par le grand aguellid Massinissa en 202 av. J-C.Beaucoup plus tard, la région fut solidement occupée par les romains, qui y fondèrent une colonie militaire sous le nom ethnique de «vagal» , à partir de 40 après J.C, date marquant la division de l’Afrique du Nord en deux région administratives, le territoire de Vagal devint frontière au Limes qui défendait la Mauritanie Césarienne, auquel appartenait des royaumes berbères du Sud encore dissidents. Aujourd’hui ses ruines sont à la place de Bokat-el-Aouana prés de Bou- kaabane Sidi Ben Thiour à 5 km au Nord de Boukadir Durant les «Futuhates» de l'islam, la région fut investie entre 675 et 682 après J-C. (53-62 de l’hégire) sous le commandement du chef militaire «Abou El Mouhajir Abou Dinar » de la tribu des Ziride, puis une sécession de dynasties musulmanes, Omeyades, Rustumides, Almohades et enfin Zianides après l’effondrement du dernier royaume musulman de Grande en 1492, Dés le début du seizième siècle, en successivement Mazouna puis Mascara en 1701. Au temps de l’émir Abdelkader vers 1843, la région fut la théâtre de dures batailles entre l’armée française et les tribus de la région. Quatre ans plus tard, les deux grandes tribus berbères ; Sbéah et flitta optent pour un fort soutien au profit de l’émir Abdelkader contre les troupes de l’occupation.Quand la région fut sous l’emprise du régime colonial, ce dernier créa en 1875 une commune sous le nom de «Oued Bou-kader» sur des terres prélevées sue les douars communes Zeboudjt-el-ouast et Taflout formant ainsi l’ancienne tribu des Sbéah du sud à 22 km à l’Ouest d’Orléans ville (chlef) En 1896, la localité est rebaptisée Charon en mémoire du général Viala Charon Gouverneur Général de l’Algérie entre (1848/1850) dont le nom atteste l’influence du second empire à l’instar des autres communes et villages qui reçoivent à l’époque des noms puisés dans les souvenir historique rappelant ainsi les vicissitudes de la politique coloniale. Au cours des années 1956 et 1958 la guerre de libération nationale atteignit son paroxysme, la région montra une farouche résistance, lourdement menée au profond massif montagneux de Karoun par ses valeureux martyrs dont le nombre avait atteint plus 629 martyrs. Après l’indépendance, le village prit le nom de :«Boukadir»,toponyme à la signification diversement interprétée. Il serait selon certains chercheurs, la transcription altérée par l’usage populaire de l’anthroponyme arabe [ Abd al Qàder] : en effet le nom a perdu le déterminatif [abd], laissant le second composant sous forme de nom simples «Abd al qàdar» qui signifie : «adorateur du Tout Puissant» est devenu : Qader ,Qadir ou Kader et Kadir associé plus tard à l’attributif Bou ; devient : [Bou-kader] nom attribué à un ancien oues qui traversait autrefois le village avant que l’on dévie actuellement par un canal souterrain et dont le bassin verseua se situe au pied du mausolée marabout Sidi Abdel Kader, donc [Oued Bou-kader] et probablement le même oued qu’on dénomme aujourd’hui (Oued khantéch). Une autre version bien qu’elle soit différent converger certainement avec la première vers le même trait géographique de la ville,disait que le toponyme est à l’origine :Bou-ghedir, nom du cours d’eau saisonnier qui arrose jadis le village. Bou : attributif, Ghedir veut dire : boue ;Bou Ghedir :qui signifie donc :[aux eaux boueuses]. El Ghadir signifie aussi [l’étang] qui serait plus probable en référence à un puits naturel, dit le trou du diable, communément appelé (Bir djennab) situé à 6 Km au Sud de la ville.

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Chlef : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion », sur ons.dz. Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Atlas de l'Algérie 1830-1960, Éditions Archives & Culture, , 80 p. (ISBN 978-2-35077-157-1, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]