Tabac d'Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Argynnis paphia

Le Tabac d'Espagne (Argynnis paphia) est une espèce paléarctique de lépidoptères de la famille des Nymphalidae et de la sous-famille des Heliconiinae.

Description[modifier | modifier le code]

Imago[modifier | modifier le code]

L'imago du Tabac d'Espagne est un grand papillon dont la longueur de l'aile antérieure (LAA) varie entre 27 et 37 mm[1].

Le dessus des ailes a un fond fauve orangé orné d'un ensemble de lignes et taches brun-noir, notamment deux séries de taches rondes submarginales et postdiscales à chaque aile. Le dimorphisme sexuel se manifeste dans la couleur de fond, orangé vif chez le mâle et plus terne, voire verdâtre, chez la femelle, et par la présence de quatre larges stries androconiales sur les nervures 1 à 4 de l'aile antérieure des mâles. Sur les femelles de la forme minoritaire valesina, récurrente dans la plupart des populations européennes, la couleur de fond n'est pas fauve mais grise à reflets verdâtres[2].

Le revers de l'aile antérieure est similaire au dessus, mais sa zone apicale est verdâtre. Le revers de l'aile postérieure a un fond gris-vert avec des bandes transversales argentées. Chez la forme immaculata, présente en Corse et en Sardaigne, ces bandes sont plus réduites et font place à un lavis doré argenté[1],[2].

Espèce ressemblante[modifier | modifier le code]

Le Tabac d'Espagne est parfois confondu avec le Cardinal (Argynnis pandora), chez qui le dessus est plus terne avec des taches plus linéaires et le revers de l'aile antérieure est rose carmin.

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille a la tête noire, le dos brun avec deux bandes jaunâtres, et les flancs marron-roux ornés de traits et de taches brun foncé. Le prothorax porte deux scoli courbés vers l'arrière[3].

Chrysalide[modifier | modifier le code]

La chrysalide est brune avec des points dorés.

Biologie[modifier | modifier le code]

Plantes-hôtes et ponte[modifier | modifier le code]

Les plantes-hôtes larvaires sont des violettes, notamment Viola reichenbachiana, Viola canina, Viola odorata et Viola riviniana. Les femelles pondent leurs œufs isolément sur l'écorce d'arbres situés près d'un lieu où les violettes poussent en abondance[1],[2].

Phénologie[modifier | modifier le code]

Le Tabac d'Espagne est univoltin : il vole en une génération entre fin mai et septembre suivant la localisation[2].

L'espèce hiverne à l'état de chenille néonate, dans les crevasses des écorces des arbres où les œufs ont été pondus[2]. La chenille ne descend donc sur sa plante-hôte qu'au début du printemps[1].

Distribution et habitats[modifier | modifier le code]

Le Tabac d'Espagne a une répartition paléarctique[4], qui couvre l'Eurasie tempérée et l'Afrique du Nord (Est de l'Algérie). Largement répandu en Europe, y compris dans la plupart des îles méditerranéennes, il manque cependant dans le Nord de la Grande-Bretagne et de la Scandinavie et dans le Sud de la péninsule Ibérique[2]. À l'est, il atteint la Sakhaline et le Japon[5].

Le Tabac d'Espagne est présent dans tous les départements de France métropolitaine[6],[7], où il est le plus commun des Argynnis[1].

Biotope[modifier | modifier le code]

Le Tabac d'Espagne est un papillon des clairières et allées forestières. Les imagos butinent fréquemment les ronces, les chardons et les eupatoires chanvrines (Eupatorium cannabinum). Il tire peut-être de ces dernières des « PAs », alcaloïdes de la pyrrolizidine utilisés dans la défense et la biologie sexuelle[8].[C'est-à-dire ?]

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Argynnis paphia a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Papilio paphia[9].

Elle est l'espèce type pour le genre Argynnis Fabricius, 1807.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Papilio paphia Linnaeus, 1758protonyme
  • Papilio valesina Esper, 1798[10]
  • Argynnis immaculata Bellier, 1862[10]

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Argynnis paphia formosicola

Selon FUNET Tree of Life (17 mai 2017)[11]:

  • Argynnis paphia argyrophontes Oberthür, 1923 — dans le Sud-Ouest de la Chine.
  • Argynnis paphia argyrorrhytes Seitz, [1909] — dans le Nord du Caucase.
  • Argynnis paphia butleri Krulikovsky, 1909 — dans le Nord de l'Europe.
  • Argynnis paphia delila Röber, 1896 — en Turquie.
  • Argynnis paphia dives (Oberthür, 1908) — en Algérie.
  • Argynnis paphia formosicola Matsumura, 1027 — à Taïwan.
  • Argynnis paphia geisha Hemming, 1934 — au Japon.
  • Argynnis paphia masandarensis Gross & Ebert, 1975 — en Iran.
  • Argynnis paphia megalegoria Fruhstorfer, 1907 — en Chine.
  • Argynnis paphia neopaphia Fruhstorfer, 1907 — dans la région de l'Amour.
  • Argynnis paphia pusilla Wnukowsky, 1927 — dans le Nord-Ouest de la Sibérie.
  • Argynnis paphia thalassata Fruhstorfer, 1909 — dans le Sud de l'Europe.
  • Argynnis paphia tsushimana Fruhstorfer, 1906 — au Japon.
  • Argynnis paphia virescens Nakahara, 1926 — aux Kouriles.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • en français : le Tabac d'Espagne, ou plus rarement le Nacré vert, la Barre argentée ou l'Empereur[12]
  • en anglais : silver-washed fritillary
  • en allemand : Kaisermantel ou Silberstrich
  • en espagnol : Nacarada

Le Tabac d'Espagne et l'Homme[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

L'espèce n'a pas de statut de protection particulier en France[13].

Philatélie[modifier | modifier le code]

Ce papillon apparaît sur un timbre du Luxembourg, sorti le (valeur faciale : 0,70 €), ainsi que sur un timbre du Togo émis en 1999 (valeur faciale : 200 f).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Tristan Lafranchis, Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Biotope, coll. « Parthénope », (ISBN 9782951037922)
  2. a, b, c, d, e et f Tom Tolman et Richard Lewington, Papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-02045-6)
  3. D.J. Carter et B. Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Delachaux et Niestlé, Paris 2001, (ISBN 978-2-603-00639-9) (DL février 2005).
  4. Funet.
  5. (en) Russian insects.
  6. INPN : Répartition.
  7. Lépi'Net.
  8. Lopez, A., « Note sur l'Eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum : Asteraceae) et son entomofaune dans l'ouest de l'Hérault. », Bull.Soc.Et.Sci.nat.Béziers. N.S., XXVIII, 69, p.9-18.,‎
  9. Linnaeus, 1758; Syst. Nat. (Edn 10) 1 : 481
  10. a et b INPN : Taxonomie
  11. FUNET Tree of Life, consulté le 17 mai 2017
  12. INPN
  13. INPN : Statuts.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tristan Lafranchis, Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Biotope, coll. « Parthénope », (ISBN 9782951037922)
  • Tom Tolman et Richard Lewington, Papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-02045-6)