Stéphane Gompertz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gompertz.
Stéphane Gompertz
Defaut.svg
Biographie
Naissance
(68 ans)
Nationalité
Activité

Stéphane Gompertz (1949) est un écrivain et un diplomate français. Il est notamment en poste en Égypte et en Éthiopie, puis directeur Afrique au Ministère des Affaires étrangère, puis ambassadeur de France en Autriche, et finalement , dans le cadre de la préparation de la COP21, ambassadeur climat itinérant de la France pour l’Afrique, l’océan Indien et le Moyen-Orient.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1949[1], ancien élève de l'École normale supérieure, (promotion L1967[2]), agrégé de lettres, il a été lecteur de français à l’université Yale[3], puis assistant de littérature médiévale à l’université de Poitiers[3], et membre de la Conférence Olivaint (il y deviendra ultérieurement président de la Branche Anciens).

Puis il intègre l’École nationale d’administration (promotion Droits-de-l'Homme, 1981) et opte pour une la carrière diplomatique, en 1981[4]. Il est en particulier en poste en Suisse, et en Égypte, au Caire pendant quatre ans[5], et devient un spécialiste du Moyen-Orient et de l’Afrique[4]. De 1984 à 1986, il est chargé de mission au cabinet du Premier ministre socialiste Laurent Fabius[4]. En 2004, il devient ambassadeur en Éthiopie[6]. De 2010 à 2012, il occupe le poste de directeur Afrique au Ministère des Affaires étrangères, s'attelant notamment à une coordination de la lutte contre AQMI[7], analysant l'évolution des régimes[8], et accompagnant son ministre dans ses déplacements sur le continent[9]. On lui prête des relations tendues avec Bernard Kouchner[10]. Son départ est annoncé quelquefois[10], mais les changements s'effectuent en définitive à la tête du ministère. En 2012, il est nommé ambassadeur de France en Autriche, succédant ainsi à Philippe Carré.

Il est admis à la retraite en avril 2015[11], mais il sort quelques mois de cette retraite encore récente, pour devenir « ambassadeur climat itinérant de la France pour l’Afrique, l’océan Indien et le Moyen-Orient ». À la demande de Laurent Fabius, il sillonne à nouveau ce continent, dont il est considéré comme un des experts, pour préparer la COP21, et obtenir de différents pays, même de pays avec lesquels la France a des relations plus difficiles, leur « Intended Nationally Determined Contribution » (INDC), le document formalisant leurs intentions de réduction des émissions de gaz à effet de serre. 51 des 54 États africains émettent ainsi leur INDC[12].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Avec Pascal Charvet, Le roi se meurt de Eugène Ionesco, Paris, Armand Colin-Gallimard, 1977.
  • Malgré Rohtko : essai, Apt, L'Ange minotaure, 2008.
  • Le Sourire en chemin : chroniques éthiopiennes (préf. Jean-Christophe Rufin), Forcalquier, L'Ange minotaure, 2011[13],[14].

Postface[modifier | modifier le code]

  • Strabon, Le Voyage en Égypte, Paris, NiL, 2007[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'Honneur (1er janvier 2012).

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF.
  2. Recherche sur archicubes.ens.fr.
  3. a et b Fiche de Malgré Rothko, ouvrage publié en 2008 par Stéphane Gompertz, section « Biographie de l'auteur », sur amazon.fr.
  4. a, b et c « Stéphane Gompertz », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Jacques Lacarrière, « Au fil du Nil et du temps », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « À lire en ligne », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Philippe Bernard, « Paris et Washington face aux djihadistes d'Al-Qaida au Maghreb », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. « WikiLeaks : les coulisses du Dadis show racontées par Washington », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  9. Vincent Hugeux, « Le marathon d'Alain Juppé en Afrique du Sud », L'Express,‎ (lire en ligne)
  10. a et b Élise Colette, « Foucher à la direction Afrique ? », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  11. « Arrêté du 25 novembre 2014 portant admission à la retraite », sur Légifrance (consulté le 18 décembre 2014)
  12. Christophe Boisbouvier et Michael Pauron, « Cop21 : diplomatie climatique et realpolitik à la française », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Amanuel, « Worth Discovering », Capital Ethiopia,‎ (lire en ligne)
  14. Christophe Boisbouvier, « Stéphane Gompertz, diplomate et ancien ambassadeur de France, auteur de Le sourire en chemin, chroniques éthiopiennes », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]