Conférence Olivaint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conférence Olivaint de Belgique.
Conférence Olivaint
Logo de l’association
Logo officiel de la Conférence Olivaint
Cadre
Forme juridique Association loi 1901[1]
But Former à la vie publique
Zone d’influence Grandes Écoles & Universités
Fondation
Fondation 1874
Fondateur Pierre Olivaint
Identité
Siège 36, rue de Grenelle
75007 Paris
Président Stéphane Gompertz (anciens) et Morgan Bougeard (jeunes)
Trésorier Arthur Moinet (jeunes)
Affiliation européenne Réseau international Politeia[2]
Financement cotisations, subventions, dons
Slogan Éloquente, audacieuse, indépendante.
Site web conferenceolivaint.fr

La Conférence Olivaint est une association étudiante française.

Fondée à l'automne 1874[3], c'est l'une des plus anciennes de France[4]. Son activité principale est la tenue de conférences hebdomadaires avec des hommes politiques et, depuis 2003, des personnalités de la vie civile[5].

Le modèle de la Conférence Olivaint a été repris en Belgique où il existe une « Conférence Olivaint de Belgique » depuis 1954.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Conférence Olivaint est créée à l'automne 1874 par les pères Jésuites. Elle tient son nom du Père Olivaint, dirigeant de la congrégation Rue de Sèvres. Le Père Olivaint a été arrêté puis tué par les communards.[réf. nécessaire]

Le père Olivaint voulait former les jeunes à la vie publique et à la vie politique : « Si vous êtes poussé vers la carrière politique, il importe que vous y teniez un des premiers rangs. Dans un temps de révolution, il faut, par le savoir, le caractère, l’indépendance, s’élever au-dessus de tous les partis, pour ne voir que les intérêts du pays et se dévouer à son salut », disait-il[réf. nécessaire].

L'objectif de la Conférence Olivaint était de recruter les jeunes gens issus de la congrégation Rue de Sèvres et de les préparer à devenir les défenseurs des intérêts de l’Église et du pays[6].

La séance du mercredi est une tradition de la Conférence Olivaint[précision nécessaire] depuis sa création. L’invité prononçait un discours de portée générale, souvent à forte connotation politique ou morale.

La Conférence Olivaint a bénéficié de l’ultramontanisme. En effet, le pape Pie IX ensuite le Pape Léon XIII accordaient à la Conférence Olivaint leur bénédiction apostolique en insistant sur le rôle spécifique que remplissait à leurs yeux cette organisation. Ils la qualifiaient « d’intérêt général pour la société»[réf. nécessaire][7].

Au lendemain de la Première Guerre mondiale et jusqu’à la suivante, la Conférence Olivaint souhaite orienter ses débats à l’international. La Conférence Olivaint invite des hommes de presque tout bord politique.

En 1946, la Conférence Olivaint invite des étudiants italiens à venir échanger avec les Olivaints sur le thème « Démocratie et fascisme ». L’année suivante a lieu la première d’une série de sessions franco-allemandes, qui a pour thème « Responsabilité et nazisme ».

Après-guerre, la Conférence Olivaint est de sensibilité plutôt démocrate-chrétienne et surtout pro-européenne.[réf. nécessaire] En 1968, la laïcité est communément acceptée, sous la présidence de Laurent Fabius (branche Jeunes) et de Hervé de Charette (branche Anciens). Dans les années 1980, de nombreux jeunes collaborateurs de François Mitterrand sont recrutés par des Anciens comme Jacques Attali ou Hubert Védrine. En 2013, sous l'impulsion de la présidence des jeunes[réf. nécessaire], la laïcité est inscrite en tant que principe fondateur dans les statuts et le règlement de l'association.[réf. souhaitée]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le recrutement des nouveaux membres de la Conférence Olivaint s’effectue au cours d’un processus de cooptation fondé sur l’étude préalable d’un dossier (comportant une lettre de motivation et un curriculum vitæ) et, par la suite, d’un entretien individuel devant les responsables des cooptations de la Conférence Olivaint.

Au bout de trois ans, les membres de la branche Jeunes reconnus pour leur implication dans la vie de l'association peuvent accéder à la branche Anciens.

La branche Jeunes comprend une forte majorité d'étudiants et une minorité d'actifs. Parmi les étudiants, environ deux tiers[Quand ?] sont étudiants de Sciences Po Paris ou des facultés de droit et de sciences politiques, le reste se partageant principalement entre les autres grandes écoles.

Activités[modifier | modifier le code]

L'activité principale de la Conférence Olivaint est l'organisation de conférences hebdomadaires avec des personnalités du monde politique et de la société civile. Bien que ces conférences soient ouvertes au public, la tradition veut que la confidentialité soit maintenue sur les propos tenus lors de ces conférences.[réf. nécessaire] Ces dernières sont organisées au sein de Sciences Po, de l'Institut Catholique de Paris, au Cercle France-Amériques[8] ou à la Sorbonne.

Son autre tradition est la formation à l'art oratoire. Des joutes oratoires et un portrait de l'invité précèdent ainsi chaque conférence hebdomadaire. Depuis 1947, des cours d'art oratoire sont dispensés par des avocats. Jacques Pradon, Mario Stasi et Olivier Schnerb se sont succédé au poste de conseiller d'art oratoire de la Conférence Olivaint[7]. Depuis 2017, François Martineau et Antoine Vey remplissent cette office.

Depuis 2008, la Conférence Olivaint organise, en collaboration avec la Conférence du stage du Barreau de Paris, la « Joute des Conférences », concours annuel d'art oratoire. Les joutes de ce concours se sont tenues en 2012 à Sciences Po Paris, en 2013 dans la salle de criées du palais de Justice, en 2014 au Conseil d'État, en 2015 dans la Bibliothèque de l'Ordre du Barreau de Paris au palais de Justice sous la présidence du Bâtonnier Christian Charrière-Bournazel, en 2016 à l'Assemblée nationale sous la présidence de la ministre Marylise Lebranchu et en 2017 au sein de l'Hôtel de Harlay sous la présidence du ministre Hervé de Charette.

Depuis 2017, la Conférence Olivaint a créé le Prix d'éloquence Olivier Schnerb en hommage à son conseiller oratoire disparu.

La Conférence Olivaint organise également chaque année :

* Un colloque ouvert au public
    • en 2006 à l'Institut du monde arabe sur le thème de l'intégration.
    • en 2007 à l'Assemblée nationale sur le thème de l'enseignement supérieur.
    • en 2008 à l'Institut d'études politiques de Paris sur le thème de l'immigration.
    • en 2009 à l'Assemblée nationale sur le sujet « Décision et pouvoir dans la société française »[9].
    • en 2010 à l'Assemblée nationale sur le sujet « La France face aux réformes politiques ».
    • en 2011 au Sénat sur le sujet « Ressusciter l'Europe ».
    • en 2012 à la Mairie du 5e arrondissement de Paris sur le sujet « La jeunesse française en 2012 ».
    • en 2013 à Science Po sur le sujet : «Stimuler la créativité de la jeunesse ».
    • en 2014 à l'Assemblée nationale sur le sujet : « Repenser la gouvernance mondiale, pourquoi? Avec qui? Comment? » en partenariat avec l'Assemblée des Jeunes Francophones pour les Organisations Internationales (AJFOI).
    • en 2015 à l'Assemblée nationale sur le sujet : « Réformer la France ».
    • en 2016 à l'ENS sur le sujet : « Portrait d'une France en guerre »
    • en 2017 au Sénat sur le sujet : « Les femmes et le pouvoir ».
  • Un voyage d'étude à l'étranger (la Turquie en 2007, les États-Unis en 2010[10], le Kosovo en 2011, la Chine en 2012, la Tunisie en 2013, l'Iran en 2014, la Grèce en 2016, le Liban, le Vatican[11] et l'Italie en 2017), où les membres de la Conférence rencontrent des personnalités politiques du pays visité.
  • Un concours de nouvelles politiques. Les derniers sujets étaient : «Courage fuyons!» (2011), «Sans culottes» (2012), «Baisers voilés» (2013), «Vivre Debout» (2014) et «Utopia » (2017).
  • Le forum de Weimar[12] réunissant des jeunes étudiants allemands, polonais et français lors d'un colloque international. En 2017, le forum s'est déroulé au sein de l'Assemblée nationale sur le thème du numérique et de l'Europe sous le haut patronage du ministre Jean-Marc Ayrault et de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes.

Parallèlement, la Conférence Olivaint a initié en 2014 un partenariat avec la Société universitaire canadienne de débat inter-collégial en vue de participer à différents tournois ; ce projet permet ainsi chaque année l'envoi d'une délégation Olivaint à Montréal pour le championnat national canadien de débat et à la réception d'une délégation canadienne à Paris[13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuelle Bastide, « La Conférence Olivaint : 1947-1987 : un lieu de formation des élites à la vie civique », Institut d'études politiques, 1990.
  • David Colon. La Conférence Olivaint et le Parlement, de 1875 à nos jours. Conférence de la commission internationale des Assemblées d'État, Sep 2006, Paris, France. Assemblée Nationale, pp.1208-1222, 2010.
  • David Colon, « Les conférences d’éloquence : l’exemple de la Conférence Olivaint », dans Fabrice d’Almeida (direction), L’Éloquence politique en France et en Italie de 1870 à nos jours, École française de Rome, Rome, 2001.
  • David Colon, « Les jeunes de la Conférence Olivaint et l'Europe, de 1919 à 1992 », dans Histoire@Politique n°10 « Jeune Europe, jeunes d'Europe», 2010.
  • Conférence Olivaint, « Séance solennelle de clôture sous la présidence de M. le Comte Mercier, Premier ministre de la province de Québec », Paris, F. Levé, 1891.
  • Henri Gauthier-Villars, « Conférence Olivaint - séance du 2 mars 1882 : Les Parnassiens », Paris, Gauthier-Villars, 1882.
  • Vincent Soulages, « 50 ans d'effort pour former une élite de jeunes à la politique : la Conférence Olivaint, 1947-1997 », Université Paris 10, 1997.
  • Tribouille (de la) E., 2011 : « La conférence Olivaint : à débattre ! », Contrepoint, l'autre point de vue de l'actualité du monde étudiant (ISSN 2102-0582) no 23 (février 2011) - p. 18.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Conférence Olivaint », sur infogreffe.fr
  2. « Accord Politeia »
  3. « La Conférence Olivaint - 1875-1940 » (consulté le 6 septembre 2015).
  4. « Dans les coulisses de l’éloquence à Sciences Po », sur La Péniche (consulté le 31 juillet 2018)
  5. « Archives Sciences Po », sur Sciences Po.
  6. « À un groupe d'adhérents à la « Conférence Olivaint » parisienne (27 mars 1948) | PIE XII », sur w2.vatican.va (consulté le 29 avril 2018)
  7. a et b David Colon, « Les jeunes de la Conférence Olivaint et l'Europe, de 1919 à 1992 », Histoire@Politique, vol. 10, no 1,‎ , p. 5 (ISSN 1954-3670, DOI 10.3917/hp.010.00101, lire en ligne)
  8. « Association - France-Amériques », France-Amériques (consulté le 31 juillet 2018)
  9. « Rue89 au colloque de la Conférence Olivaint », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  10. « La Conférence Olivaint au Consulat général de France à New York »
  11. « Audience générale du 14 juin 2017 | François », sur w2.vatican.va (consulté le 29 avril 2018)
  12. « Prospectus des Troisièmes Rencontres Jeunes du Triangle de Weimar PARIS, les 11-12-13 mai 2007 », (consulté le 28 juillet 2018)
  13. « Joutes oratoires francophones : le Québec, la Belgique et la France s’affrontent à Montréal - L'Outarde Libérée », L'Outarde Libérée,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]