Soupirs d'Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Soupirs d'Espagne (en espagnol Suspiros de España) est un paso doble espagnol populaire. Il a été composé par Antonio Álvarez Alonso (es), originaire de Martos dans la ville espagnole de Carthagène, en 1902. En 1938, José Antonio Álvarez Cantos (es) (1897-1964), neveu du compositeur, y ajoute des paroles, chantées par Estrellita Castro dans le film homonyme, qui sont ensuite modifiées et reprises par d'autres grandes figures, telles que Conchita Piquer[1]. Sa mélodie, articulée en tonalité mineure, exprime une profonde nostalgie du pays de tous les Espagnols qui ont émigré à cette époque[2] et devient l'une des pièces les plus célèbres de la musique espagnole.

Pasodoble[modifier | modifier le code]

Le pasodoble est à l'origine une marche de l'Infanterie Royale qui, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, devient populaire sous la forme de pièces de concert puis de danse. C'est dans ce contexte, que trois pièces fondamentales sont composées dans la ville de Carthagène en quelques années : La Gracia de Dios (La Grâce de Dieu) (Ramón Roig i Torné (es), 1880), Soupirs d'Espagne, 1902) et El Abanico (L'Éventail) (Alfredo Javaloyes López (es), 1910).

Origine de Soupirs d'Espagne[modifier | modifier le code]

Ce pasodoble populaire aux allures de tauromachie est l'œuvre du pianiste et compositeur de zarzuelas Antonio Álvarez Alonso, dans la tradition musicale espagnole. Selon le musicien originaire de Carthagène, García Segura[Qui ?], l'origine de 'Soupirs d'Espagne' serait la suivante[3] :

Le Maître Álvarez Alonso donnait des concerts lors des veillées du café La Palma Valenciana, dans la grande rue de Carthagène. Une nuit, à la fin de la performance, il fit part à ses amis d'une mélodie de pasodoble qu'il avait écrite sur une table du café, et qui reçut un accueil très favorable[4].

Il s'était arrêté devant une confiserie nommée España, située en face du café, et remarquant une pâtisserie typique appelée suspiros (noisettes caramélisées), s'en est inspiré pour intituler sa mélodie Soupirs d'Espagne[5].

Cette version de l'origine a été écartée par l'historien Fernández García[Qui ?], qui affirme que la mélodie n'a pas pu être présentée au café La Palma Valenciana de Carthagène, puisque Álvarez Alonso meurt en 1903 et que le café n'a pas ouvert ses portes avant 1911[6].

Le pasodoble a été présenté par l'Orchestre du 3e Régiment d'Infanterie de Marine dirigé par Ramón Roig i Torné, le jour de la Fête-Dieu de 1902 sur la place de Saint-Sébastien de Carthagène[7]. Les ordres militaires empêchaient que le chef Roig cédât la direction à Antonio Álvarez Alonso, en raison de son statut de civil. Une plaque commémorative est installée sur la place.

Dans les exils provoqués par la Guerre Civile espagnole et surtout dans l'émigration, le pasodoble "Soupirs d'Espagne" a pu symboliser la nostalgie du pays perdu. Sa composition sur le mode mineur évoque la tristesse. La musique a aussi été utilisée quelquefois par Radio España Independiente, émettrice communiste clandestine depuis l'étranger (Prague et Moscou).

En terre étrangère[modifier | modifier le code]

Manuel Penella a composé en 1927 la chanson En tierra extraña (En terre étrangère), interprétée par Concha Piquer, qui inclut comme un hommage, ou sous la forme d'une chanson dans la chanson, la musique de Soupirs d'Espagne, en présentant une réunion d'Espagnols à New York pour célébrer le Réveillon de Noël[8].

Paroles[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Ce paso doble est chanté pour la première fois au cinéma par Estrellita Castro dans le film Suspiros de España (1938), réalisé par Benito Perojo.
  • La chanson a été interprétée par Paquita Rico dans le film Suspiros de Triana en 1955.
  • Cette chanson a été utilisée par Carlos Saura dans son film Ay, Carmela!
  • En 1982, cette chanson a été utilisée dans le film La estanquera de Vallecas, où la séquestration dans un bureau de tabac finit en fête, tandis que la police s'étonne de la musique qui émane de l'établissement.
  • En 2002, cette chanson a été utilisée au début du film El florido pensil[Quoi ?].
  • En 2003, Diego el Cigala a réalisé une version du pasodoble pour le film Soldados de Salamina
  • En 2009, la chanson En tierra extraña, interprétée par Concha Piquer, a été utilisée comme bande son du film Rec 2, suite du grand succès Rec (film)[9]. Pourtant, du fait que dans la dernière copla, la chanson Soupirs d'Espagne est mentionnée, ceci a entraîné la confusion entre les deux pasodobles.
  • Dans le film Buen viaje excelencia (Bon voyage excellence) (2003) de Els Joglars[Qui ?], le pasodoble est utilisé comme musique de fond en lui donnant un air plus tragique.
  • Dans la quatrième saison de la série La casa de papel, (2020), il a été utilisé pour insister sur le caractère espagnol.

Autres versions et références[modifier | modifier le code]

  • À l'occasion du cinquantenaire du couronnement de l'Esperanza Macarena de Séville, ce pasodoble fut joué à la sortie de l'enceinte de la Place d'Espagne.
  • Pasión Vega l'a interprété lors de ses spectacles: dans "Azabache 20 ans", "Deux pianos avec Passion (Lettres depuis New York)" avec les pianistes Dúo del Valle; et l'a enregistré dans le disque "Passion inédite" en 2005.
  • L'écrivain Terenci Moix a publié un livre consacré à la copla intitulé "Soupirs d'Espagne" et Manuel Vázquez Montalbán fait mention de la mélodie dans son œuvre intitulée "Cancionero général du franquisme", dans la section à propos de la copla et du cinéma de ses souvenirs, faisant référence à celle qui fut sa chanson favorite, choisie pour ses obsèques[10] .
  • Un arrangement pour piano de ce pasodoble a été utilisé pour la série Pepa et Pepe, produite et émise par Télévision Espagnole en 1995.
  • Il est la mélodie d'ouverture du programme Cantares présenté par Lauren Postigo sur TVE en 1978.
  • Il est la mélodie actuelle du programme de esRadio "Le matin de Federico", présenté par l'animateur Federico Jiménez Losantos.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Meseguer, Manuel Nicolás: La intervención velada: El apoyo cinematográfico alemán al bando franquista. Murcia: Universidad de Murcia, 2004. (ISBN 84-8371-463-9)
  2. (es) « Canciones con historia: El origen de 'Suspiros de España' | Onda Cero Radio », sur www.ondacero.es, (consulté le )
  3. GARCÍA SEGURA, Alfredo. Músicos en Cartagena. Datos Biográficos y Anecdóticos. Cartagena, 1995. (ISBN 8487529291).
  4. (es) « El origen de «Suspiros de España», el popular pasodoble compuesto en una hora », sur abc, (consulté le ).
  5. (es) « Canciones con historia: El origen de 'Suspiros de España' | Onda Cero Radio », sur www.ondacero.es, (consulté le ).
  6. https://www.laopiniondemurcia.es/cartagena/2016/08/14/palma-valenciana/760154.html
  7. (es) Memoria de Cartagena, « Te contamos la historia de Suspiros de España. », sur Memoria de Cartagena, (consulté le )
  8. Un siglo de canciones: En tierra extraña
  9. http://www.imdb.com/title/tt1245112/soundtrack
  10. El País, 22 de octubre de 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]