Estrellita Castro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Estrellita Castro
Description de l'image Estrellita Castro.JPG.
Informations générales
Surnom « Reine des Pasodobles  »
«La Castro »
Nom de naissance Estrella Castro Navarrete
Naissance
Séville,Espagne
Décès
Genre musical copla andaluza, flamenco
Instruments Voix
Années actives 1921 - 1983

Estrellita Castro, de son vrai nom Estrella Castro Navarrete, est une actrice et chanteuse espagnole, née le à Séville, morte à Madrid le . Elle est considérée comme la créatrice de la copla andaluza, un genre de musique véritablement espagnol. Ses chansons ont atteint une grande popularité dans les années 1930 et 1940 , elle a interprété divers styles de musique espagnole, des zambras, des boléros-cubanos, des mazurcas et même des tangos, ou des pasodobles. On la surnomme par ailleurs « la reine du pasodoble ». Son succès de chanteuse lui a ouvert les portes du cinéma espagnol, et joue dans seize longs métrages[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Estrellita naît à Séville dans la Calle Mateos Gago[2]. Elle était la fille d'un poissonnier galicien, José Castro Bascuas (né en 1875) et de son épouse, Sebastiana Navarrete Funes, née à Malaga (morte en 1953)  étant la plus jeune d'une fratrie de onze enfants[3]. Les origines d'Estrellita Castro remontent au moins à son arrière-grand-père, Francisco de Castro, originaire de la paroisse de Rubín et marié à María Ponce. De ce mariage naquirent trois enfants : José, Manuela et Juana Castro Ponce, tous installés dans la paroisse voisine d'Ancorados[3].

Elle apprend à chanter à l'Académie des Maestro Realito. Elle finance ses cours en effectuant des tâches ménagères dans la maison du Realito. Estrellita est bien connue dans sa ville où elle chante lors des mariages et des baptêmes dans le quartier où elle a grandi. À quatorze ans, elle joue dans les Reales Alcázares de Séville avant le règne du roi d'Espagne Alphonse XIII et de la Reine Victoire-Eugénie de Battenberg[4]. Grâce au matador Ignacio Sánchez Mejías, Estrellita chante dans une fête de charité au Salón Imperial de Séville. Après son succès dans cette ville, elle parcourt l'Andalousie. En 1929, elle est présentée à Barcelone avec le spectacle « La Copla Andaluza » avec le grand artiste Angelillo[5].

En 1935, Estrellita fait ses débuts au cinéma dans le film Rosario la Cortijera, qui lui procure un gain de notoriété. Dans les années 1930 et 1940, elle joue dans plusieurs films, les plus célèbres étant El Barbero de Sevilla, Suspiros de España et Mariquilla Terremoto, tournés en Allemagne en 1938[4]. Depuis le milieu des années 1940, elle se consacre entièrement à ses spectacles de folklore andalou. À la fin des années 1940, elle fait sa deuxième tournée en Amérique latine, qu’elle parcourt en vedette. En 1953, elle rentre en Espagne pour donner son spectacle Romería[6], et en 1956 crée le spectacle Estrella de España[7].

Après sa période de splendeur des années 1930 et 1940, elle ne se retire jamais du monde du spectacle. Dans les décennies 1960 et 1970, elle reçoit de nombreux hommages, parmi lesquels, en 1962, la Medalla al Mérito en el Trabajo (Médaille du Mérite au Travail)[8].

Elle passe ales dernières années de sa vie avec son partenaire sentimental, Demetrio Corbi[9],[10] dans une situation financière précaire, soignée par une nièce[11].

En 1978, la mairie de Séville lui nomme une rue en son hommage[12].

La ville de Séville rend hommage à Estrellita en [13].

Elle meurt le 10 juillet 1983 des suites d'un arrêt cardiaque[1],[10].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « Estrellita Castro », sur www.ecured.cu (consulté le ).
  2. Last Night in Orient- LNO ©, « Estrellita Castro », sur Last Night in Orient (consulté le )
  3. a et b (es) Suso Souto, « Las raíces estradenses de Estrellita Castro », sur www.elcorreogallego.es (consulté le )
  4. a et b Mémoires de Guerre, « Castro Estrellita - Memoires de guerre », sur Mémoires de Guerre (consulté le ).
  5. Andalucíapedia
  6. Hemeroteca ABC
  7. Hemeroteca La Vanguardia
  8. Hemeroteca La Vanguardia
  9. (es) « Biografía de Estrellita Castro », sur Plusesmas.com (consulté le )
  10. a et b (es) « Grandes funerales: Estrellita Castro », sur Entre piedras y cipreses, (consulté le ).
  11. (es) El País, « La tonadillera Estrellita Castro murió en precaria situación económica », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  12. Hemeroteca ABC
  13. Hemeroteca ABC

Liens externes[modifier | modifier le code]