Sniper Elite 4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sniper Elite 4
Logo Sniper Elite 4 zweifarbig.svg

Développeur
Éditeur
Rebellion (version numérique)
Sold Out, U&I Entertainment (version boîte)
Réalisateur
Tim Jones

Date de sortie
Genre
Mode de jeu
Plateforme
Ordinateur(s) :
Console(s) :
Service(s) en ligne :

Langue
Anglais, français, italien, allemand, espagnol, polonais, portugais brésilien, russe, chinois simplifié (d), chinois traditionnel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Moteur
Asura (moteur maison)[1]

Évaluation
PEGI : 16 ?
Site web

Sniper Elite

Sniper Elite 4 est un jeu vidéo d'infiltration et de tir tactique développé et édité par Rebellion Developments, sorti le 14 février 2017 sur Windows, PlayStation 4 et Xbox One, le 1er novembre 2020 sur Google Stadia puis le 17 novembre 2020 sur Nintendo Switch. Suite directe de Sniper Elite III, le jeu se déroule dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale, en Italie, en 1943.

Jeu de tir à la troisième personne dans lequel le joueur incarne un tireur d'élite, l'une des particularités de la série Sniper Elite est l'utilisation d'une killcam permettant de voir de manière détaillée la pénétration de la balle dans le corps des ennemis. Par rapport à ses prédécesseurs, Sniper Elite 4 propose des niveaux plus spacieux et de nouvelles possibilités d'approche pour réaliser les missions.

Univers du jeu[modifier | modifier le code]

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Sniper Elite 4 est situé pendant la Seconde Guerre mondiale. Il suit les aventures du tireur d'élite Karl Fairburne en 1943 durant la campagne d'Italie, au lendemain des événements de Sniper Elite III et peu de temps avant l'Opération Husky et opération Avalanche. Le héros est au service de l'OSS et doit réaliser diverses missions pour préparer le débarquement allié[2].

Scénario du jeu[modifier | modifier le code]

En 1943, alors que la seconde Guerre mondiale ravage l’Europe et le Pacifique (Guerre du Pacifique), le Troisième Reich vient de perdre la bataille de Stalingrad sur le front de l'Est et la campagne de Tunisie sur le front en Méditerranée, mettant fin à la Campagne d'Afrique du Nord d'Hitler (événement de Sniper Elite III), marquant le tournant de la guerre. Les Alliés se préparent à lancer l'opération Husky et à envahir l’Italie de Benito Mussolini, (opération Avalanche). les Alliés pensent qu'attaquer l’Italie (nommée le ventre mou du Crocodile de l’Europe) leurs permettront de pénétrer plus rapidement le cœur de L'Allemagne Nazie.

En apprenant les rumeurs d'une nouvelle arme nazie, la Royal Navy envoie un cargo, l'Orchidea, sur l'île de San Celini en Italie pour enquêter. Le navire est rapidement coulé par cette nouvelle arme, le Henschel Hs 293 A, un missile anti-navire radioguidé, conçu sous le développement du scientifique Andreas Kessler et d'Heinz Böhm, un général nazi.

Le jeu débute lorsque le tireur d'élite Karl Fairburne est envoyé sur l'île de San Celini pour empêcher les Nazis d'utiliser cette nouvelle arme terrifiante qui pourrait changer le cours de la guerre. Karl Fairburne doit assassiner le général Tobias Schmidt avec plusieurs autres officiers qui ont supervisé et filmé l'attaque de l'Orchidea pour l'utiliser comme propagande.

Réalité historique[modifier | modifier le code]

Le joueur est placé dans des niveaux qui reprennent des lieux fictifs mais les ennemis, véhicules, armes et les architectures militaires se rapprochent le plus possible du conflit de la Seconde Guerre mondiale.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Niveaux[modifier | modifier le code]

Le joueur évolue dans des niveaux ouverts plus grand que ceux de Sniper Elite III. On trouve plusieurs type d’environnement comme une île, un port, un village ou une base secrète. Les niveaux se compose de plusieurs zones qui sont sous le commandement de petites garnisons. Chaque garnisons se compose d'un officier et de soldats. Par exemple, dans le niveau Monastère d'Abrunza, on trouve une église et sa place, un checkpoint, un fort, un monastère, des maisons et des petits postes de contrôle, qui possèdent chacun sa garnison. L’officier est celui qui donnent les ordres notamment lors d'une alerte. Quand vous êtes repéré, l'officier envoie des soldats vers votre zone et peut envoyer une fusée de détresse pour vous localiser et envoyer des tirs d'artillerie. Si vous éliminez l'officier, les soldats se replient et leurs actions sont désordonnées. On trouve sur quelques mission, un opérateur radio qui si vous êtes repéré, utilise sa radio et appel du renfort. On trouve aussi des sniper ennemis dans certaines zones qui continuellement observe la carte.

Les environnements sont crédibles avec une intelligence artificielle qui s'occupe à des taches propres en fonction de son grade ou de sa position. Les différentes garnisons sont organisés avec l'officier qui inspecte les troupes, le matériel militaire et fait sa ronde et avec les soldats qui font leurs rondes ou observent aux avant-poste. Des véhicules ennemis (véhicule de troupe et char) circulent dans les niveaux que ce soit continuellement ou au début d'une mission pour amener des soldats dans une zone. Des avions survolent également les niveaux.

La configuration des niveaux permet d'envisager plusieurs possibilités afin de remplir l'objectif principal. S'ajoutent à ce but des objectifs secondaires qui permettent d'engranger des points d'expérience et de varier l'expérience de jeu. Il y a plusieurs façons d'approcher une situation, par exemple en attaquant de front, en déclenchant des explosifs ou par l’infiltration (discrétion) pour ne pas se faire remarquer par les gardes[2].

Certains objets de l'environnement peuvent être utilisés, comme les bidons explosifs, des chargements suspendus par des grues qu'il est possible de faire tomber sur des ennemis, ou encore les véhicules qui peuvent exploser. Les lampes peuvent être neutralisées en leur tirant dessus, afin de faciliter une approche furtive. Le joueur peut aussi utiliser les bruits comme ceux des batteries antiaériennes statiques ou des unités de DCA pour camoufler un tir.

Ennemis[modifier | modifier le code]

On trouve principalement des militaires de la Wehrmacht, du simple soldat à l'officier, du sniper et aussi des troupes d'élite, les Jägers qui se distinguent de l'infanterie par leurs équipement plus lourds, presque toujours armés d'un MKb-42(W), leurs casques de parachutiste et leurs uniformes de camouflage. Ils sont beaucoup plus agressifs dans la poursuite du joueur, travaillent souvent en groupes de 2 à 5 en fonction de l'expérience de jeu et peuvent également subir plus de dégâts pendant le combat et les Jägers de soutien toujours armés de FG 42 et se comportent différemment des Jägers ordinaires, restant derrière leurs alliés et effectuant des tirs de couverture. Lorsque le joueur est proche, ils sortent leur Walther P38[3].

Armes[modifier | modifier le code]

Le joueur dispose d'une arme principale, un fusil de précision, d'une arme secondaire, une mitraillette et d'un pistolet ainsi que de divers équipements tels que des explosifs, des mines ou encore des kits de soin[2].

Avant chaque mission, le joueur à la possibilité de changer d'arme que ce soit pour les armes principales, secondaires ou le pistolet. Le pistolet de base est le Welrod, pistolet silencieux conçu par les Britanniques durant la Seconde Guerre mondiale. Le welrod qui est la seule arme silencieuse de Sniper Elite III, se voit accompagner dans Sniper Elite 4, de munitions silencieuses pour les fusil de précision.

Contrairement à Sniper Elite III, les armes, explosifs et autres objets de Sniper Elite 4 possèdent des fonctions secondaires. Par exemple, si vous placez une mine anti-char dans sa fonction primaire, sur le passage d'un groupe de 3 soldats, le premier soldat marche sur la mine et meurt immédiatement avec l'explosion, sans forcement tuer les deux soldats qui se trouvent quelques mètres derrière. Si vous choisissez la fonction secondaire de la mine anti-char, cela active le double contact, le premier soldat, active la mine en marchant dessus, le deuxième soldat la fait exploser en marchant dessus et entraine la mort du soldat devant lui et du soldat derrière lui. La fonction secondaire de la mine anti-char permet un plus grand champ d'action. Nous avons aussi la grenade qui dans sa fonction secondaire, se colle sur l'ennemi et le caillou qui habituellement sert à distraire un soldat, devient dans sa fonction secondaire un sifflet qui permet lorsque l'on se cache dans un buisson, de siffler un ennemi pour le forcer à venir vers vous et ensuite de le tuer et de le cacher automatiquement dans ce même buisson.

Killcam[modifier | modifier le code]

Lors d'un tir au fusil à lunette touchant son but, une kill camera permet de visualiser le trajet de la balle à l'intérieur du corps de l'ennemi et ses dégâts sur les organes internes et le squelette de la victime, les dégâts étant localisés[2]. Le projectile peut ensuite ricocher et continuer sa course pour éventuellement toucher d'autres personnages[2]. Nouveauté de ce jeu, cette caméra est également activée lors de coups au corps-à-corps ou d'explosions. Elle peut cependant être désactivée.

Difficulté[modifier | modifier le code]

Cinq niveaux de difficulté sont disponibles (Cadet, Soldat, Sniper élite, Authentique et Authentique plus), allant d'un gameplay typé arcade (Cadet) avec une Intelligence artificielle basique, de positions ennemis et d'objectifs qui sont indiqués sur la carte, du marquage des ennemis aux jumelles et d'une aide au tir (absence de gravité, de vitesse du vent, de rythme cardiaque du personnage, d'un réglage de zoom des lunettes de fusil sur 3 niveaux et d'une aide au marquage du fusil sur les ennemis) jusqu'à un gameplay typé réaliste (Authentique plus), dans laquelle l'Intelligence artificielle est plus réactive et ne suis plus le même chemin une fois l'alerte donnée (les ennemis continuent les recherches même après la fin de l'alerte ou modifient leurs occupations), les dégâts reçus sont plus importants, les positions du joueur et des objectifs ne sont pas indiqués sur la carte, les munitions restantes et les objets sélectionnés ne sont pas indiqués à l'écran, tout comme la provenance des tirs ennemis. Absence du marquage des ennemis aux jumelles et absence de l' aide au tir (prendre en compte la gravité, la vitesse du vent, le rythme cardiaque du personnage, du réglage de la porté du fusil qui remplace le zoom des difficultés précédentes et absence d'aide au marquage des fusils sur les ennemis)[2].

Modes de jeu[modifier | modifier le code]

Les différents modes de jeu sont la campagne solo, le mode coopératif qui permet de faire la campagne à deux, le mode Survie qui permet de résister à des vagues d'ennemis (jouable jusqu'à quatre), et d’un mode multijoueur en ligne (jouable jusqu'à 12) qui comprend de nombreux modes de jeux et de cartes tels que les matchs à mort, match à mort par équipe, le roi de la distance et roi de la distance par équipe (le but est de faire les tirs les plus longs possibles pour gagner en termes de distance), capture de drapeau par équipe et contrôle (défendre des positions tout en tentant de s’emparer des points de l’équipe adverse), séparés (un terrain vague se trouve entre les équipes) et enfin le mode élimination (dès qu’un ennemi est abattu, il est exclu de la carte)[2],[4].

Développement[modifier | modifier le code]

Sniper Elite 4 a été développé par le studio anglais Rebellion Developments. Le directeur créatif Tim Jones déclare en que le jeu est conçu pour être « un paradis pour les snipers »[5]. Dans ce but, l'équipe a créé des niveaux plus vastes et plus ouverts, avec plus de verticalité, permettant ainsi de plus longs tirs[5]. Il y a de nouveaux outils à disposition pour varier les façons de piéger l'intelligence artificielle, via des explosifs par exemple[5]. L'aspect infiltration a été travaillé également afin de permettre plus d'approches discrètes[5]. D'après Tim Jones, le jeu ne se veut pas absolument réaliste dans tous ses aspects, mais doit plutôt avoir un ressenti « authentique », tout en étant instantanément gratifiant et amusant[6].

Contrairement à Sniper Elite III, le 4 a été développé seulement pour les consoles de dernière génération (PS4 et Xbox One) et le PC, sans avoir la contrainte de devoir être compatible avec les précédentes générations de consoles[1],[7]. Cela a permis de mieux utiliser les ressources à disposition, et ainsi d'avoir des niveaux beaucoup plus vastes, et un fonctionnement différent des personnages non-joueurs, qui sont aussi plus nombreux qu'auparavant. En effet, au lieu que les personnages apparaissent lorsque le joueur entre dans une zone précise comme dans le jeu précédent, ils sont présents et actifs à tout moment dans la map, et ont un comportement émergent et non scripté[1],[7].

Dans une interview en , le lead designer Paul Wright a déclaré que le choix de situer le jeu en Italie s'était fait selon une « logique chronologique », le précédent se passant en Afrique du Nord[8]. Ce choix convenait également à la volonté d'avoir des paysages variés et ouverts[8],[6]. Pour Tim Jones, c'était aussi un moyen de se distinguer de la plupart des autres jeux, l'Italie étant un contexte de la Seconde Guerre mondiale peu exploré dans la culture populaire[6].

Les développeurs ont plus insisté sur l'histoire du jeu que pour les précédents Sniper Elite, car d'après eux, c'était un reproche qui leur était fait[9]. Ainsi, bien que Sniper Elite 4 soit toujours plus concentré sur des missions et le gameplay que sur la narration, des efforts ont été faits afin d'approfondir cet aspect, notamment par la présence de lettres que le joueur peut récupérer, ainsi que les personnages non-joueurs avec lesquels il peut interagir[9]. Un scénariste était chargé de faire des recherches historiques, et d'écrire un scénario le plus réaliste possible[8]. Les armes et uniformes des différentes factions ont été créés grâce à un partenariat avec Leeds Armouries afin de s'assurer de leur vraisemblance[8]. L'équipe a ainsi eu du temps pour accéder à de vrais fusils et les manipuler réellement[6]. Paul Wright justifie le fait que l'armement n'ait pas beaucoup changé depuis l'épisode précédent par le fait qu'il se déroule un an après, et que les armes réelles n'avaient elles-mêmes pas évolué dans ce laps de temps[8].

Concernant l'interaction du joueur avec les décors, Paul Wright précise qu'ils n'avaient pas les ressources pour rendre tous les bâtiments destructibles, limitant ainsi les interactions possibles avec certains éléments seulement[8].

Le système de kill cam a été complètement retravaillé pour cet épisode[6]. L'équipe a dit avoir amélioré la fidélité des fractures des os et les dommages des tissus mous, avec des organes qui se déforment de façon plus réaliste[6]. Une autre nouveauté est que la caméra se déclenche également pour des combats au corps à corps ou des explosions[6].

Distribution et sortie[modifier | modifier le code]

La distribution numérique est faite par le studio Rebellion Developments lui-même. Contrairement aux deux jeux précédents, les copies physiques de Sniper Elite 4 ne sont pas produites par 505 Games mais par Sold Out, en coopération avec U&I Entertainment pour les États-Unis[10].

Le jeu est annoncé officiellement le , et doit à l'origine sortir dans l'année 2016[11]. Cependant, à l'occasion de l'E3 en , sa sortie est repoussée au [12].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média PC PS4 Xbox One
Canard PC (FR) 7/10[13] - -
Game Informer (US) - 7,75/10[15] -
PC Gamer (UK) 84/100[14] - -
Presse numérique
Média PC PS4 Xbox One
Gamekult (FR) 7/10[2] - -
GameSpot (US) 8/10[16] 8/10[16] 8/10[16]
IGN (US) - 8,3/10[17] 8,3/10[17]
Jeuxvideo.com (FR) - 15/20[18] 15/20[18]
Agrégateurs de notes
Média PC PS4 Xbox One
Metacritic 78[19] 77[20] 81[21]

Les critiques sont globalement bonnes, avec un score allant de 77 à 81 sur l'agrégateur Metacritic selon le support (voir tableau ci-contre).

Jeuxvideo.com[18] et Gamekult[2] relèvent par exemple des niveaux ouverts plus intéressants que par le passé, ou encore une kill camera grisante, le tout procurant beaucoup de plaisir de jeu.

Ventes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Ravi Sinha, « Sniper Elite 4 Interview: Bringing Sniping Back », sur Gaming bolt, (consulté le ).
  2. a b c d e f g h et i Stoon, « Semaine de camping sur Sniper Elite 4 », sur Gamekult, (consulté le ).
  3. (en)Jägers are a new elite enemy type introduced in Sniper Elite 4 . (sniperelite.fandom.com)
  4. Sniper Elite 4 (Nintendo Switch) – Le test (nintendo-town.fr)
  5. a b c et d (en) Mike Holmes, « Rebellion on making Sniper Elite 4 "a sniper's paradise" », sur Gamereactor.eu, (consulté le ).
  6. a b c d e f et g (en) Shakyl Lambert, « Interview – What to Expect In Sniper Elite 4 », sur cgmagonline.com, (consulté le ).
  7. a et b (en) Christian Vaz, « Set your sights on our interview with Rebellion to get the latest information on Sniper Elite 4 », sur Game Watcher, (consulté le ).
  8. a b c d e et f Umlaut, « Sniper Elite 4 : Présentation et Interview de Paul Wright, lead designer », sur gamer-network.fr, (consulté le ).
  9. a et b (en) Stefan L, « Interview: Rebellion On Sniper Elite 4's Many Ways To Play », sur thesixthaxis.com, (consulté le ).
  10. Edward Dang, « ‘Sniper Elite 4’ is Getting a Physical Release », sur hardcoregamer.com, (consulté le ).
  11. AndromedeLirium, « Sniper Elite 4 sort de l'ombre », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  12. ChewbieFR, « E3 2016 : Sniper Elite 4 est repoussé au 14 février 2017 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  13. Guy Moquette, Sniper Elite 4 : Ceci est mon gore, 1er mars 2017, Canard PC n°355, p.16-17.
  14. (en) Tyler Wilde, « Sniper Elite 4 review », sur PC Gamer, (consulté le ).
  15. (en) Brian Shea, « Sniper Elite 4: Hitting The Target », sur Game Informer, (consulté le ).
  16. a b et c (en) Richard Wakeling, « Sniper Elite 4 Review », sur GameSpot, (consulté le ).
  17. a et b (en) Brian Albert, « Sniper Elite 4 review », sur IGN, (consulté le ).
  18. a b et c Epyon, « Test : Sniper Elite 4 : un jeu d'infiltration mire-obolant », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  19. (en) « Sniper Elite 4 : PC », sur Metacritic.com (consulté le ).
  20. (en) « Sniper Elite 4 : PlayStation 4 », sur Metacritic.com (consulté le ).
  21. (en) « Sniper Elite 4 : Xbox One », sur Metacritic.com (consulté le ).