Équation de Stephen H. Dole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Équation de Drake.

L'équation de Stephen H. Dole permet d'évaluer le nombre probable de planètes habitables par l'homme. Celui-ci est estimé par l'auteur à environ 35 millions[1].

Stephen H. Dole la décrit en 1964 dans son ouvrage Habitable Planets for Man, trois ans après que Frank Drake a suggéré la célèbre équation qui porte son nom et avec laquelle elle partage la même structure mathématique.

L'équation[modifier | modifier le code]

L'équation de Dole exprime ce nombre comme un produit de 10 facteurs. Elle se formule ainsi[2],[3] :

où :

  • est le nombre de planètes habitables pour l'homme ;

et :

  • est le nombre d'étoiles dont la masse est comprise entre 0.35 et 1.43 masses solaires ;
  • est la probabilité d'une telle étoile possède des planètes en orbite ;
  • est la probabilité que l'inclinaison de l'axe d'une telle planète soit correcte au vu du demi-grand-axe de son orbite ;
  • est la probabilité qu'au moins une planète se situe dans la zone habitable de son étoile ;
  • est la probabilité que la planète ait une masse comprise entre 0.4 et 2.35 masses terrestres ;
  • est la probabilité que l’excentricité orbitale de la planète soit suffisamment faible ;
  • est la probabilité que la présence d'une seconde étoile n'ait pas rendu la planète inhabitable ;
  • est la probabilité que la période de rotation de la planète soit appropriée ;
  • est la probabilité que la planète ait un âge convenable ;
  • est la probabilité que, toute ces conditions astrophysiques étant réunies, la vie se soit développée sur la planète.

Dole pose aussi afin de réécrire l'équation :

.

Estimation historique des paramètres[modifier | modifier le code]

Dans Habitable Planets for Man, Dole propose une valeur numérique pour les facteurs de sa formule :

  •  ;
  •  ;
  • dépend du type spectral de l'étoile considérée ;
  •  ;
  •  ;
  •  ;
  •  ;
  • dépend aussi du type spectral de l'étoile considérée ;
  • .

Seuls et sont considérés comme dépendant des propriétés de l'étoile primaire, ce qui permet d'écrire :

.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]